Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

La France pourrait rejoindre le duo anglo-allemand pour renouveler ses capacités de franchissement


Recommended Posts

https://www.forcesoperations.com/la-france-pourrait-rejoindre-le-duo-anglo-allemand-pour-renouveler-ses-capacites-de-franchissement/

https://www.forcesoperations.com/wp-content/uploads/2021/04/Une-RFI-pour-remplacer-les-moyens-de-franchissement-du-ge%CC%81nie.jpg

L’Allemagne et le Royaume-Uni projettent depuis plusieurs années de renouveler conjointement leurs engins de franchissement de coupures humides. La conduite de ce programme sera bientôt confiée à l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR), programme auquel la France envisage d’adhérer.

WWGC dans le collimateur de la France
 

Et si le remplacement des Engins de franchissement de l’avant (EFA) et des Ponts flottants motorisés (PFM) des régiments du génie français passait par une coopération avec Londres et Berlin ? C’est un scénario évoqué par l’OCCAR, à qui l’Allemagne et le Royaume vont confier le pilotage d’un projet d’acquisition à l’objectif équivalent.

Baptisé « Wide Wet Gap Crossing » (WWGC), ce programme couvre le développement, la production et le soutien en service initial d’une nouvelle capacité de franchissement « allant au-delà des systèmes actuellement disponibles sur le marché ». Coût estimé : entre 1 et 2 Md€ sur la période 2022-2036 pour les seuls clients anglais et allemand. Le feu vert a été obtenu le 10 décembre 2021, permettant d’entamer le processus d’incorporation dès cette année.
 

Un troisième pays pourrait venir s’accoler au duo initial. D’après l’OCCAR, la France a en effet « manifesté un intérêt pour ce programme et est déjà entrée en contact avec l’équipe d’intégration pour plus d’informations ».  Si l’intérêt se confirme, WWGC deviendrait le 14e projet de l’OCCAR auquel participe la France, après l’assimilation annoncée du VBAE.

La conjonction de Triton et de SSB2 (puis de SYFRALL ?)
 

WWGC trouve son origine dans la conjonction des besoins exprimés au travers des programmes nationaux Triton et SSB2, lancés respectivement par le Royaume-Uni et l’Allemagne. S’il n’y aucune information disponible concernant SSB2, les premières mentions de Triton remontent à 2018. Il visait alors au remplacement, d’ici à 2027, des systèmes M3 d’origine américaine. Un véhicule de pontage amphibie également utilisé par le génie allemand, incitant les deux armées à évoquer un achat conjoint. Ne restait qu’à déterminer une conduite commune, désormais confiée à l’OCCAR.

Gréement amphibie M3

L’armée britannique n’a dès l’origine exclu aucune hypothèse, son intérêt portant autant sur les solutions similaires au M3 que sur des systèmes de pontage plus « conventionnels ». Une définition suffisamment large que pour inclure le PFM du groupe français CNIM parmi les candidats potentiels. Depuis, celui-ci a développé un PFM de nouvelle génération modulaire et adapté aux véhicules les plus lourds, dont le char Challenger britannique et le char Leopard 2A7 allemand.

image.jpeg.40f5511b9d41e098e35c0f059fef1c69.jpeg

En France, le seul effort connu dans ce segment reste celui relatif au « système de franchissement lourd-léger », (SYFRALL, ou encore SYFRAL). Évoqué depuis près de deux décennies, le sujet est resté au placard durant une décennie pour finalement aboutir à la publication d’une nouvelle demande d’informations au printemps 2021. Un ancrage rapide dans l’OCCAR garantirait un lancement effectif et permettrait d’éviter une rupture de capacité pour le génie tout en profitant des coûts d’échelle et de l’interopérabilité générés par un développement en coopération.

  • Like 1

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...