Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Le général Mille s’inquiète de l’état des aéronefs déployés au Niger après plusieurs semaines d’inactivité


Recommended Posts

https://www.opex360.com/2023/11/03/le-general-mille-sinquiete-de-letat-des-aeronefs-deployes-au-niger-apres-plusieurs-semaines-dinactivite

niger-detchasse-20230925.jpg

.............../...................

Mais l’essentiel de l'opération de désengagement concerne la base aérienne projetée à Niamey, où cinq drones MQ-9A Reaper Block 5, trois Mirage 2000D et un avion de transport A400M « Atlas » étaient déployés au moment du putsch, le 26 juillet. L’espace aérien nigérien leur étant interdit, leur rapatriement en France s’avère compliqué.

Lors de la partie à huis clos d’une audition à l’Assemblée nationale [le compte rendu vient d’être publié, ndlr], le 5 octobre, le chef d’état-major de l’armée de l’Air & de l’Espace [CEMAAE], le général Stéphane Mille, a semblé inquiet.

« Ma priorité porte sur la sortie des objets à très haute valeur. Par exemple, cinq drones Reaper, trois Mirage 2000D et un A400M sont déployés à Niamey. Je rappelle par ailleurs qu’un appareil qui ne vole pas ne démarrera pas aussi facilement le jour où nous voudrons l’utiliser. Or ces appareils n’ont pas été utilisés depuis deux mois. Par exemple, les joints des circuits carburant ont probablement séché », a expliqué le général Mille aux députés.

Aussi, a-t-il continué, les « mécaniciens devront donc travailler de manière intense » et « certains avions ne seront pas en mesure de décoller le jour où l’espace aérien leur sera ouvert ».

Cela étant, la question de l’accès à l’espace aérien n’est « pas la plus grave » pour le CEMAAE, contrairement à celle des « pick-up installés tous les 200 mètres sur les taxiways » afin de bloquer l’accès à la piste. « En réalité, le problème porte plus sur l’accord pour pouvoir rouler et décoller que sur l’espace aérien en tant que tel, à mon avis », a-t-il dit.

Qu’en est-il un mois plus tard? La situation n’a pas changé… Lors du point presse du ministère des Armées, le 26 octobre dernier, le porte-parole de l’EMA, le colonel Pierre Gaudillière, a ainsi indiqué que les drones Reaper n’avaient pas encore été rapatriés mais qu’ils « étaient mis en condition » pour l’être.

  • Like 1

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...