Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Huitième et dernière FREMM de la Marine nationale, la frégate « Lorraine » a été admise au service actif


Recommended Posts

https://www.opex360.com/2023/11/15/huitieme-et-derniere-fremm-de-la-marine-nationale-la-fregate-lorraine-a-ete-admise-au-service-actif/

lorraine-aster30-20230323.jpg

Lancée le 13 novembre 2020 puis livrée à la Marine nationale deux ans plus tard, la huitième et dernière frégate multimissions [FREMM] Lorraine qui, comme l’Alsace, dispose d’une capacité de défense aérienne renforcée, vient d’être admise au service actif, à l’issue d’un déploiement de longue durée [DLD] marqué notamment par son engagement dans l’opération Sagittaire, au large du Soudan, en avril dernier.

« L’amiral [Nicolas] Vaujour, chef d’état-major de la Marine [CEMM] a admis au service actif, le 13 novembre 2023, la frégate multi-missions à capacité de défense aérienne renforcée [FREMM-DA] Lorraine. Elle est désormais opérationnelle et en mesure d’être déployée sur ordre du chef d’état-major des armées [CEMA] », a en effet annoncé le ministère des Armées, via un communiqué.

Pour rappel, et par rapport aux six autres FREMM, la Lorraine et l’Alsace ne sont pas dotées de missiles de croisière navals [MdCN], ce qui leur permet d’emporter deux fois plus de missiles surface-air Aster 15 et/ou Aster 30 [soit 32].

Leur mâture est en forme dite « taille de guêpe » afin de réduire l’effet de masque sur l’arrière pour le radar Herakles +, qui permet de détecter et de suivre jusqu’à 400 échos maritimes et aériens. Enfin, elles disposent des mêmes capacités de lutte anti-sous-marine, qui est l’un des points forts des frégates de cette classe.

L’admission au service actif de la Lorraine, qui remplace la frégate de lutte antiaérienne « Jean Bart » clôt le volet industriel du programme FREMM qui, confié à Naval Group [ex-DCNS] en 2005, prévoyait la construction de dix-sept unités. Cette cible avait été revue à onze exemplaires par la Loi de programmation militaire [LPM] 2009-14, puis à seulement huit en 2015, au profit du projet de Frégate de défense et d’intervention [FDI]. Aussi, et comme l’avait souligné la Cour des comptes dans un rapport rendu public en 2017, cela a fait s’envoler le coût unitaire de ces navires, avec une hausse de 67% par rapport au devis initial.

Avec la Lorraine, la « Marine nationale prend ainsi possession d’une nouvelle frégate. À horizon 2035, [elle] disposera de 15 frégates de premier rang : huit FREMM [dont deux FREMM-DA], deux frégates de défense aérienne [FDA] et cinq futures frégates de défense et d’intervention [FDI] », rappelle le ministère des Armées.

Seulement, le contrat opérationnel de la Marine nationale suppose que celle-ci soit en mesure de déployer 15 frégates dites de premier rang. Pour le moment, le compte n’y est pas, même en ajoutant les trois frégates de type La Fayette [FLF] rénovées aux huit FREMM et aux deux FDA. La FDI « Amiral Ronarc’h », première de la série, doit en principe être livrée en 2024.

Photo : Tir d’un missile surface-air Aster 30 par la FREMM-DA Lorraine – Marine nationale

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...