Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

La France et la Malaisie ont l’intention de renforcer leur coopération militaire


Recommended Posts

https://www.opex360.com/2023/12/08/la-france-et-la-malaisie-ont-lintention-de-renforcer-leur-cooperation-militaire/

scorpene-malaisie-20170401.jpg

Bien qu’entretenant des relations cordiales avec Kuala Lumpur, Pékin se verrait bien mettre la main sur les récifs « James Shoal » et « Luconia Shoal » qui, administrés par la Malaisie, font partie de la ligne en « neuf traits » que les autorités chinoises produisent pour justifier leurs revendications territoriales en mer de Chine méridionale.

Ainsi, des « pêcheurs » chinois y sont régulièrement repérés, parfois en nombre, comme en 2016, avec une centaine de navires, ce qui avait donné lieu à des protestations de la part de Kuala Lumpur. Plus récemment, une importante formation d’avions de transport de l’Armée populaire de libération [APL] survola les récifs en question… avant de faire demi-tour à seulement 60 nautiques des côtes malaisiennes. Là encore, cette « intrusion » avait été vivement dénoncée auprès de Pékin.

Cependant, en avril, le Premier ministre malaisien, Anwar Ibrahim, a dit être prêt à ouvrir des négociations avec Pékin afin de solder ce différend territorial et garantir la prospection d’hydrocarbures dans la zone en question, où le groupe pétrolier malaisien Petronas dispose d’une grande plateforme off-shore. « J’ai souligné, qu’en tant que petit pays, nous avions besoin de ressources, comme le pétrole et le gaz, et que nous devions poursuivre » les projets d’exploration. Mais si les conditions sont qu’il doit y avoir des négociations, alors nous sommes prêts à négocier », a-t-il en effet affirmé, après un déplacement en Chine.

spacer.png

Par ailleurs, la Malaisie, comme le souligne le Quai d’Orsay, cultive aussi une « relation de bonne qualité » avec la France. Pour Paris, ce pays est même un « partenaire essentiel » en Asie du Sud-Est ainsi qu’auprès de l’ASEAN. Ces liens sont évidemment économiques [320 entreprises françaises y sont implantées] mais aussi militaires.

Dans un passé assez récent, la Malaisie a ainsi commandé à la France deux sous-marins Scorpène [photo ci-dessus], des hélicoptères H225M Caracal et un radar Ground Master [GM] 400. En outre, la force aérienne malaisienne est dotée de quatre avions de transport A400M.

Par ailleurs, les forces armées des deux pays ont régulièrement des « interactions », comme en juillet dernier, avec l’envoi de quatre Rafale, de deux A330 MRTT et de deux A400M sur la base aérienne de Subang, dans le cadre de la mission PEGASE 23.

Cela étant, il est question de renforcer cette relation militaire. Après avoir participé au « South Pacific Defence Ministers’ Meeting » [SPDMM] à Nouméa, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, s’est envolé vers Kuala Lumpur pour rencontrer M. Mohamad Hasan, son homologue malaisien.

Selon le ministère des Armées, les deux responsables ont eu une « discussion productive au cours de laquelle ils ont pu échanger leurs points de vue sur le contexte stratégique actuel ». À cette occasion, ils ont aussi « souligné l’importance de travailler ensemble pour préserver la mer de Chine méridionale en tant qu’espace de paix, de stabilité et de commerce, par des moyens continus et pacifiques, conformément aux lois internationales universellement reconnues », à commencer par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982.

spacer.png

Quant à la coopération militaire, celle-ci devrait avoir une connotation plus « opérationnelle » à l’avenir et se concentrer sur l’industrie de défense. Des négociations sur un accord sur le statut des forces [SOFA] vont en effet être lancées à cette fin. Probablement qu’elles seront finalisées d’ici la prochaine réunion du Haut Comité Stratégique Conjoint de Défense [HCSCD] France-Malaisie, qui se tiendra en 2024. Il s’agit d’une « plateforme importante pour discuter des questions de défense et de sécurité communes pertinentes pour les deux pays », a d’ailleurs souligné le ministère des Armées.

En attendant, le ministère malaisien de la Défense a confirmé la commande d’un radar GM 400 supplémentaire, avec la signature d’une « lettre d’accord » avec Thales. Ce système sera installé à Bintulu [Sarawak] afin de surveiller l’espace aérien au-dessus de la zone économique exclusive malaisienne en mer de Chine méridionale.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...