Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

La Cour des Comptes appelle les armées françaises à se décarboner davantage


Recommended Posts

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2024/03/12/la-cour-des-comptes-appelle-les-armees-francaises-appelees-a-24476.html

Dans son rapport annuel sur l'adaptation au changement climatique, la Cour des Comptes rappelle que le ministère des Armées s'est doté en avril 2022 d'une stratégie Climat et Défense pour identifier les adaptations nécessaires au changement climatique (le général d’armée aérienne Éric Autellet, major général des armées, avait alors été désigné délégué climat).

A ce jour, ces travaux sur ce sujet "sont insuffisamment avancés pour que le ministère des Armées soit en mesure d'en évaluer les coûts", estime la Cour des Comptes, qui recommande aux armées des mesures plus précises. Le ministère doit publier une réflexion de prospective interarmées sous la houlette de Nicolas Regaud, conseiller climat du Major général des armées (à lire ici un entretien avec Nicolas Regaud sur les armées et le changement climatique).

Ce document "donnera des orientations par armée" sur l'emploi des forces, les efforts pour adapter les équipements, infrastructures, uniformes et armements, ainsi que l'entraînement des soldats dans la chaleur humide extrême, les tempêtes de sable ou le grand froid.

Conso d'énergie
Le rapport de la cour précise que la consommation annuelle moyenne d'énergie par personnel du ministère des Armées représente le double de celle du personnel tous secteurs d'activité confondus en France, soit 45 800 kWh (pour le ministère des Armées) contre 28 300kWh (en moyenne nationale).

conso énergie.jpg

Cette consommation est, pour les trois quarts, imputable aux opérations des armées et à l'utilisation des avions et hélicoptères, navires de surface et sous-marins et véhicules terrestres. Les aéronefs de l'armée de l'Air et de l'Espace mais aussi de la Marine et de l'armée de Terre représentent 75% de cette consommation opérationnelle.

Le quart restant correspond essentiellement à la consommation au titre de l’activité dite non opérationnelle, c’est-à-dire le chauffage des bâtiments et les usages liés au fonctionnement courant. Le ministère des Armées a réduit la consommation d’énergie de ses infrastructures de 20 % entre 2010 et 2021. "Pour une part, cette réduction résulte sans conteste de l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments. Elle a aussi été obtenue par la diminution des surfaces utilisées qu’a entraînée la réduction du format des armées".

Deux risques
La cour rappelle que les missions spécifiques des armées "justifie(nt) l'octroi de dérogations" pour l'utilisation de technologies fortement émettrices de gaz à effet de serre. Mais elle attire l'attention sur deux risques :
- un risque de décrochage concernant les motorisations des équipements qui "s'éloigneront de celles du monde civil, augmentant en conséquence leurs coûts d'approvisionnement",
- un risque sur les recrutements parmi la jeune génération, réputée plus sensible à l'environnement. Les recrutements pourraient "souffrir d'un manque d'attractivité en raison de la conservation de démarches non vertueuses", écrit la Cour.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...