Jump to content
Aumilitaire

BTX

Membres +
  • Posts

    41,658
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1,317

BTX last won the day on April 19

BTX had the most liked content!

About BTX

Contact Methods

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Statut
    Ancien militaire
  • Armée
    Armée de Terre

Recent Profile Visitors

92,833 profile views

BTX's Achievements

Grand Master

Grand Master (14/14)

  • Well Followed Rare
  • Dedicated Rare
  • Reacting Well Rare
  • Conversation Starter Rare
  • One Year In Rare

Recent Badges

9.4k

Reputation

  1. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2024/04/21/entre-guerres-de-francois-lecointre-24578.html Pas de “général” sur la couverture. François Lecointre est pourtant l’ancien chef d’état-major des armées. A son tour, comme nombreux de ses camarades ou anciens, il a commis un livre. Sur la fameuse couverture de la Collection blanche de Gallimard, un titre: “Entre guerres”. Mais pas de titre (ou de grade). Un livre à la première personne (la sienne) et au nom de la fraternité qui l’unit à ses “forbans”, ses “frères”. Ces 115 pages ont été écrites “au moment où la guerre qui revient nous fait peur” (p. 12) mais François Lecointre n'a pas cédé à la tentation trop courante de se raconter d'une part ou de commenter indéfiniment ces guerres d'Ukraine ou du Proche-Orient qui chamboulent les certitudes du passé et qui servent de prétextes à de vaniteux et péremptoires traités de stratégie d'autre part. "Entre guerres", c'est d'abord un "entre soldats", ceux que les décideurs politiques envoient à la bataille "en imaginant que nous pourrions ne pas avoir à combattre. Ou que nous pourrions ne combattre que modérément, avec la retenue qui sied à nos pudeurs de démocrates" (p. 70). Ces mêmes décideurs engagent "les armées en mesurant au plus strict les moyens qu'on leur donnait puisque de toute façon, on était incapable de leur fixer un objectif politique clairement défini". Et cet "entre soldats", c'est celui d'hommes qui "ne peuvent tuer que pour la France. Tuer en son nom. Sans le salir. Tuer le moins possible, en contrôlant notre force, en mesurant nos coups, en respectant l'ennemi que nous devons regarder comme une personne de dignité égale à la nôtre" (p. 72). On lira donc avec respect ces 115 pages empreintes de dignité et d'humanité. Entre guerres, Gallimard, 115 pages, 17€
  2. https://www.forcesoperations.com/ces-programmes-repriorises-par-la-lpm-2024-2030/ Si les axes d’effort de la loi de programmation militaire pour 2024-2030 sont bien documentés, il fallait attendre le projet de loi de règlement pour l’exercice 2023 pour découvrir le report sine die de plusieurs opérations, notamment dans le domaine des hélicoptères. Transformé en « loi relative aux résultats de la gestion et portant approbation des comptes de l’année », le projet publié cette semaine reprend d’autres résultats d’arbitrages jusqu’alors passés sous les radars. Mais pas question de parler de renoncement. Le ministère des Armées lui préfère la formule d’une « mise en cohérence avec les décisions de la LPM 2024-2030 ». « Certains jalons ont pu être réaménagés ou repriorisés, comme ALSR, C130, HUG ou HMNG, ce qui a conduit à des écarts avec les jalons initialement prévus », pointe le document. Parmi ces décisions en filigrane, deux relèvent de l’avenir d’une partie des Puma et Super Puma des armées. Ainsi, l’armée de l’Air et de l’Espace devra faire une croix sur une partie des hélicoptères de manoeuvre acquis pour anticiper le remplacement de ses Puma. Huit Caracal avaient été acquis en 2021 dans le cadre du plan de relance aéronautique. Ils seront livrés à compter de cette année. Une autre tranche pour quatre machines supplémentaires passe quant à elle à la trappe. Inscrit dans le cadre du programme d’hélicoptère de manoeuvre nouvelle génération (HMNG), cet incrément 2 devait à l’origine se matérialiser en décembre 2022. Son lancement en réalisation est désormais déplacé au-delà de 2030. Même dynamique pour le programme d’hélicoptères à usage gouvernemental (HUG). Engagé en 2022, celui-ci visait à remplacer les trois Super Puma de la flotte gouvernementale. Il semble en réalité ne jamais avoir décollé. Après un premier report au lancement du programme, la commande de trois appareils neufs ne sera finalement pas réalisée. Côté armement, la redéfinition des priorités a pour conséquence de ne pas intégrer le missile anti-navire léger (ANL) sur le premier standard de l’hélicoptère interarmées léger (HIL) Guépard, successeur désigné des Dauphin, Écureuil, Alouette III, Panther et Gazelle. Les armées ont en effet choisi de privilégier la roquette guidée laser, portée par l’armée de Terre. Conduit par MBDA au profit de la France et du Royaume-Uni, le programme ANL sera donc « réorienté en conséquence ». Quant au missile haut de trame (MHT) découlant du programme MAST-F, les messages contradictoires contribuent au flou persistant concernant la poursuite du développement d’un missile potentiellement intégré sur l’hélicoptère d’attaque Tigre et sur la version française du futur drone MALE européen. D’un côté, DGA Techniques terrestres aura réalisé des prestations d’essais portant sur la qualification du missile. De l’autre, une fraction des engagements relevant du périmètre EuroMALE ne se sont pas concrétisés en raison de « l’arrêt des travaux d’intégration du MHT ». Rehaussée à 800 missiles après l’inclusion dans l’équation de l’EuroMALE, la cible du programme MAST-F disparaît en projet de loi de règlement. L’avenir du sujet MHT reste étroitement lié à celui de la rénovation à mi-vie du Tigre, un programme réorienté pour privilégier « la pérennisation du parc tout en réduisant les ambitions d’améliorations capacitaires » en raison du retrait allemand. La suite dépendra en effet d’une décision concertée avec l’Espagne, seul partenaire subsistant. Encore mentionnée l’an dernier, la tranche ferme actée en 2022 pour la rénovation de 14 Tigre sur les 42 envisagés dans un premier temps disparaît cette fois des tableaux. Crédits image : EMACOM
  3. https://www.forcesoperations.com/ukraine-des-appels-du-pied-pour-plus-de-samp-t/ Ukraine : des appels du pied pour plus de SAMP/T L’Ukraine a besoin d’une défense anti-aérienne renforcée et elle en a besoin maintenant. Le pays multiplie depuis quelques jours les appels du pied envers ses alliés, notamment vers la France et l’Italie pour l’envoi de systèmes moyenne portée SAMP/T supplémentaires. « Un besoin urgent » « Le message est simple : le monde ne peut pas se contenter de voir des Ukrainiens se faire tuer par des missiles et des drones russes. L’Ukraine a un besoin urgent de systèmes de défense aérienne supplémentaires PATRIOT et SAMP/T pour se protéger du terrorisme russe », martelait ce jeudi le ministre des Affaires étrangères ukrainiens, Dmytro Kuleba, en amont d’une réunion du G7. « Le Groupe des sept est constitué de pays qui ont la capacité de fournir sans délai davantage de systèmes de défense aérienne à l’Ukraine, et nous faisons tout notre possible pour que les décisions soient prises le plus rapidement possible », complétait le ministre lors d’un entretien avec la chaîne télévisée italienne TG1. Visiblement excédé par l’ampleur de l’aide occidentale apportée à Israël lors de la récente attaque iranienne, le président Ukrainien Volodymir Zelensky renchérissait simultanément au cours d’un sommet extraordinaire du Conseil européen. Les vagues de missiles et de drones russes « ne peuvent être arrêtées que par la défense aérienne – par des systèmes spécifiques tels que les PATRIOT, IRIS-T, SAMP-T, NASAMS… Des systèmes dont vous disposez. L’Ukraine en a besoin à l’heure actuelle », rappelait-il. Pour l’instant, seule l’Allemagne a réagi concrètement avec l’annonce de l’envoi d’un troisième système PATRIOT et de munitions. D’autres répondent timidement ou indirectement. Les Pays-Bas, par exemple, mentionnaient ce lundi l’achat de missiles AMRAAM compatibles avec le système norvégien NASAMS, lui aussi en service en dans les forces ukrainiennes. Les États-Unis, dont le paquet d’aide de 60 Md$ sera soumis demain au vote de la Chambre des représentants, planche sur le soutien des systèmes moyenne portée HAWK III donnés à l’Ukraine, une procédure conduite en urgence via le mécanisme de Foreign Military Sales. La France, pourtant copilote avec l’Allemagne d’une « coalition défense aérienne » (CapCo IAMD), n’a pour l’instant rien officialisé concernant la cession d’autres systèmes. Et la France ? L’aide française en la matière repose toujours sur des systèmes Crotale NG et MISTRAL ainsi que sur l’unique SAMP/T cédé en collaboration avec l’Italie et opérationnel depuis l’été 2023. Paris peut-il faire davantage ? L’équation, nullement exclusive à la France, s’avère toujours plus complexe à résoudre. Des huit unités en service, l’une est déployée en permanence en Roumanie dans le cadre de la mission Aigle. Deux autres devraient être mobilisés durant l’été pour les Jeux olympiques et paralympiques de Paris. La cession d’un système supplémentaire pourrait donc venir déforcer un parc identifié comme insuffisant au vu du contexte et que la France a choisi de renforcer de 50% seulement après 2030. Et une capacité dont la rénovation vers le standard NG sera notifiée cette année, conduisant à l’immobilisation temporaire de certains éléments. Reste la fourniture de munitions. Fin mars, le ministère des Armées disait s’apprêter à débloquer « un nouveau lot de missiles Aster 30 pour le dispositif SAMP/T donné à Kiev » dans un entretien accordé à La Tribune. Les cadences de production augmentent progressivement dans ce segment grâce aux efforts entrepris par MBDA, dont le site de Bourges sera visité lundi prochain par le ministre des Armées. Essentielle, la dynamique se heurte cependant aux tensions persistantes en mer Rouge, où la protection des navires face aux frappes des Houthis mobilise une partie des stocks d’Aster français. Plusieurs signaux vont néanmoins dans le bon sens. Le canal franco-italien est régulièrement activé. Fin mars, les deux ministres avaient convenu « qu’il était temps de maximiser les efforts pour soutenir le peuple ukrainien, afin que les conditions puissent être créées pour une solution négociée apportant une paix juste », déclarait la partie italienne à l’issue d’un échange téléphonique. Une dynamique similaire est à l’oeuvre entre ministres des Affaires étrangères français et ukrainien. Le 11 avril, Dmytro Kuleba, exhortait Paris à « intensifier ses efforts pour doter l’Ukraine de nouveaux systèmes capables d’intercepter les missiles balistiques. Kiev et Paris savent où se trouvent ces systèmes. Certaines décisions peuvent être prises rapidement. D’autres nécessitent du temps, mais les travaux doivent commencer immédiatement. Une action urgente est requise ». Hier, une nouvelle rencontre avec son homologue français, Stéphane Séjourné, permettait cette fois d’identifier « des mesures communes pour accélérer les décisions concernant la fourniture à l’Ukraine de systèmes de défense aérienne et de missiles supplémentaires ». Une lueur d’espoir à la veille d’un nouveau conseil virtuel OTAN-Ukraine, fenêtre idéale pour quelques annonces ? Crédits image : EMACOM
  4. http://ainsi-va-le-monde.blogspot.com/2024/04/lexemplarite-attendue-du-titulaire-dune.html Vue du palais de Salm, siège de la grande chancellerie @GC Pour espérer figurer dans une promotion de la Légion d’honneur, il est indispensable que des « mérites éminents » soient signalés. Pour l’ordre national du Mérite se sont des « services distingués ». On attend évidemment des détenteurs de ces deux décorations un comportement exemplaire. Oui, mais… régulièrement des membres de ces ordres sont soient suspendus, soient exclus, en application du code de la Légion d’honneur (qui vaut pour les peines disciplinaires de l’ONM). Ainsi, ce matin, le journal officiel nous apprend qu’Hervé Lucbéreilh, ancien maire d’Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), condamné par la cour d’appel de Pau dans un dossier de détournement de bien publics à un an de prison avec sursis, cinq ans d'inéligibilité et l'interdiction d'occuper un emploi public pendant cinq ans a été suspendu 7 ans de « l’exercice des droits et prérogatives attachés à sa qualité de chevalier de l’ordre national du Mérite » précise le décret du président de la République, pris sur proposition du chancelier de l’ONM ou selon les cas, du grand chancelier de la Légion d’honneur et après consultation du conseil de l’ordre concerné. Dans ce même JO, figure l’exclusion de Joëlle Kerivin, condamnée par la justice (Nantes) à trois ans de prison, dont 10 mois fermes, pour abus de bien social, abus de confiance et détournement de fonds publics.
  5. Camerone 2018 @LE Le 30 avril la Légion étrangère, que ce soit à Aubagne au sein du commandement et du 1er RE, des autres régiments en métropole ou outre-mer, des compagnies ou sections en mission, célébrera Camerone. Cette année, au quartier Vienot (COMLE), c’est le général Pierre Schill, chef d’état-major de l’armée de Terre qui présidera la cérémonie à laquelle devrait assister 5 500 personnes.
  6. Bienvenue Bravo et vous intégrez l'ENSOA dans le DS "combat du génie" ? BTX
  7. Bienvenue Ne pas oublier que les vacances sont faites pour tout le monde, vous comme le CeR. BTX
  8. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2024/04/21/le-definitif-us-go-home-de-la-junte-nigerienne-24576.html Le définitif "US go home" de la junte nigérienne Les Etats-Unis vont bien retirer leurs troupes du Niger, comme je l'avais écrit dans un post du 17 mars. Un accord a finalement été trouvé entre le secrétaire d'Etat adjoint américain, Kurt Campbell, et la junte au pouvoir au Niger, lors d'une rencontre à Washington avec le Premier ministre Ali Mahamane Lamine Zeine qui a formellement confirmé que Niamy avait choisi le camp de Moscou L'accord prévoit l'envoi d'une délégation américaine au Niger dans les prochains jours pour s'accorder sur les détails du retrait de ces troupes engagées dans la lutte antidjihadiste. Les forces US sont principalement déployées sur des bases aériennes, à Niamey et Agadez. Jusqu'au coup d'Etat survenu en juillet 2023, le Niger était un partenaire clé en matière de sécurité dans la région pour la France et les États-Unis. Mais les nouvelles autorités du Niger ont décidé, comme les juntes du Mali et du Burkina Faso voisins, de mettre fin aux accords militaires avec leurs anciens alliés occidentaux, de quitter la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et de favoriser des liens plus étroits avec la Russie. D'ailleurs, le mercredi 10 avril, des instructeurs russes sont arrivés à Niamey, tandis que les autorités du pays réceptionnaient leur première livraison de matériel militaire russe dans le cadre de la nouvelle coopération sécuritaire avec Moscou. Deux jours plus tard, Africa Corps -- perçu comme le successeur de la société paramilitaire Wagner en Afrique -- a confirmé son arrivée dans le pays.
  9. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2024/04/19/legion-quand-le-mythe-rencontre-la-legende-24574.html "Dragons-Légion : quand le mythe rencontre la légende" est le thème de la nouvelle exposition du musée de la Légion étrangère (depuis le 15 avril 2024 et jusqu'au 30 janvier 2025), avec plus de 200 pièces à découvrir. L'exposition « Dragons - Légion, quand le mythe rencontre la légende » offre une plongée fascinante dans l’univers du combat épique, militaire et guerrier. Elle explore la relation singulière entre le dragon et la Légion étrangère. Le dragon, en tant qu'entité hybride mythique, incarne diverses symboliques, oscillant entre force indomptable et incarnation de la puissance. L’exposition met en lumière la manière dont les légionnaires, au fil de leurs déploiements à travers le monde, se sont imprégnés de cette figure emblématique, évoquant cette ombre ambivalente sur leurs missions. Par sa nature hybride, le dragon, animal chthonien, peuplant les profondeurs terrestres, les airs et les eaux, devient un référent naturel pour les combattants des régiments de la Légion, quelle que soit leur spécialité du 2e régiment Étranger parachutiste de Calvi aux plongeurs du 1er régiment de Génie. L’exposition explore également la dualité du dragon, incarnant tantôt le mal combattu par les héros chevaleresques tels saint Georges ou saint Michel, tantôt un protecteur bienveillant dans les expéditions d'Extrême-Orient. Un jeu subtil d'influences, de proximité et de transferts magiques se déploie entre dragons et légionnaires, unissant ces deux univers dans une relation complexe et fascinante. Le dragon est aussi le symbole de la combativité, de la résilience et de l'accomplissement de la mission à tout prix, des traits de caractère partagés par ces guerriers d'élite. Les combats de Diên Biên Phu, il y a 70 ans, illustrent cette dualité, symbolisant la féroce détermination des légionnaires à se battre contre l’hydre ennemie. Dans les griffes du dragon et sous un déluge de feu, ce combat épique, incarne les vertus guerrières et sacrificielles des légionnaires qui apprivoisent toutes les dimensions de la créature. L'exposition souligne enfin, comment, forgées par près de deux siècles d'engagements, les unités et les personnalités de la Légion étrangère continuent de s'approprier et de réinventer l'image du dragon. Utilisée pour personnifier l'engagement sur les terres lointaines par de nombreuses promotions d’officiers et de sous-officiers, cette symbolique évoque une subtile association entre courage et danger. Jusque dans les plus récents engagements contemporains de la Légion étrangère en opérations extérieures, l’usage vivant du dragon dans de la symbolique confirme l’union indéfectible du plus bel esprit militaire avec cet animal légendaire. Informations pratiques Exposition « Dragons- Légion, quand le mythe rencontre la légende » L’exposition est ouverte jusqu’au 30 janvier 2025, du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h. L’entrée à l’exposition est gratuite. Musée de la Légion étrangère Chemin de la Thuilière, 13400 Aubagne
  10. C'est à dire car là peut être se trouve le début du commencement de l'explication du pourquoi ? BTX
  11. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2024/04/19/la-base-navale-de-degrad-des-cannes-fete-ses-30-ans-et-ouvre-24572.html C'est loin, la Guyane mais la base navale locale n'ouvre pas ses portes tous les jours; elle mérite donc un peu de pub! La base navale de Degrad des Cannes fête ses 30 ans cette année ! Cet anniversaire est l'occasion de faire découvrir la base navale et les métiers de la Marine nationale lors d’une journée portes ouvertes, le samedi 20 avril de 8h à 18h. Au programme : Tours du plan d’eau à bord d’unités de la Marine (Embarcation Relève-filets Caouanne, Pousseur Atipa, Vedette de gendarmerie maritime Charente). Sur inscription à votre arrivée sur site. Visites à quai des patrouilleurs Antilles Guyane La Confiance et La Résolue. Sur inscription à votre arrivée sur site. Démonstrations dynamiques des marins-pompiers et des manœuvriers Parcours du fusilier marin Structures gonflables Restauration et boissons sur place Vente d’articles de représentations, dont les bénéfices iront à l’association Entraide marine, qui vient en aide aux orphelins et blessés de guerre Stand recrutement.
  12. https://www.opex360.com/2024/04/21/le-ministere-des-armees-veut-reduire-le-delai-moyen-de-versement-de-la-solde-de-ses-reservistes-de-79-a-65-jours/ Le renforcement de la réserve opérationnelle est l’une des priorités de la Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30, celle-ci ayant fixé l’objectif de parvenir à un ratio de un réserviste pour deux militaires d’active à l’horizon 2035. Ce qui suppose de recruter et de fidéliser 105’000 volontaires. Pour cela, certains critères ont été revus, comme la limite d’âge, désormais fixée à 72 ans, sous réserve que la condition physique soit adaptée à l’emploi souhaité. Alors que, actuellement, un réserviste opérationnel sur deux est salarié, le concours des entreprises et des administrations est évidemment crucial. Cela passe par la signature de conventions entre la Garde nationale et les employeurs, à l’image de celle qui a été officialisée le 17 avril dernier par le groupe Renault, lequel s’est engagé à faciliter la disponibilité et la réactivité de ses employés réservistes, en allant au-delà des dispositions prévues par la loi. « Cette convention accorde en outre une autorisation d’absence de 15 jours ouvrés par année civile au titre de ses activités dans la réserve opérationnelle [soit 5 jours de plus que le minimum légal] », s’est ainsi félicité le ministère des Armées. Grâce à ce système de conventions, « nous arrivons en moyenne à multiplier par deux le nombre de jours. Autrement dit, au lieu d’effectuer dix jours chaque année dans la réserve comme le prévoit la loi, le salarié-réserviste pourra en réaliser une vingtaine sans avoir à piocher dans ses congés ou ses RTT », a par ailleurs expliqué le général Louis-Mathieu Gaspari, le Secrétaire général de la Garde nationale. En outre, a-t-il continué, « de plus en plus d’employeurs décident même de maintenir tout ou partie de la rémunération de leurs employés-réservistes. Car dans une entreprise, le soutien apporté aux réserves opérationnelles est de plus en plus perçu comme un outil de fidélisation, voire de recrutement ». Ces mesures produisent des effets positifs puisque, selon les derniers chiffres, 2000 réservistes opérationnels supplémentaires ont été recrutés depuis septembre 2023 [et donc la promulgation de la LPM 2024-30]. Cela étant, pour les réservistes opérationnels qui ne sont pas salariés [étudiants, travailleurs indépendants, etc.], il est important que les soldes qui leur sont dues soient versées dans des délais raisonnables… Or, ce n’est actuellement pas le cas, comme l’a admis le ministère des Armées, dans une réponse à deux questions écrites posées par les députés Christophe Bentz et Nathalie Da Conceicao Carvalho. « Depuis le début de l’année 2023, le délai moyen de versement de la solde des réservistes sous contrat d’engagement à servir dans la réserve opérationnelle est de 79 jours. Sur cette période [de janvier à juin 2023], environ 14 % des soldes ont été versées en moins de 45 jours et 51 % en moins de 65 jours », a en effet indiqué le ministère. Mais ces délais varient en fonction des armées et des grades. Ainsi, en 2023, les militaires du rang réservistes de l’armée de Terre ont attendu, en moyenne, 94 jours pour percevoir leur solde. Leurs camarades de la Marine nationale et de l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE] sont à peine mieux lotis puisqu’ils ont dû patienter 90 jours. Ces délais ont été de 89 jours pour les officiers réservistes du Service de santé des armées [SSA], qui sont souvent des médecins, et de 82 jours pour ceux de la Marine nationale. En revanche, les sous-officiers et les officiers réservistes de l’armée de Terre ont reçu leurs soldes au bout de 70 jours en moyenne. « Le délai de versement de la solde est fonction du cycle de paiement des soldes mensuelles. D’une manière générale, les activités de réserve sont prises en compte mensuellement pour une mise en paiement le mois suivant, ce qui permet de fixer comme objectif deux mois pour le délai de paiement », a détaillé le ministère des Armées. Visiblement, cet objectif n’est pas atteint… car, a-t-il ajouté, « en fin d’année, les règles propres à la fin de gestion peuvent entraîner un allongement des délais de liquidation ». Quant à la différence de traitement entre les militaires du rangs, sous-officiers et officiers, le ministère a expliqué qu’elle tenait aux fonctions et affectations des réservistes. « Les sous-officiers et officiers exercent généralement leur période de réserve de manière isolée au sein d’états-majors », ce qui fait que la « validation de leurs jours d’activité est individuelle et transmise plus rapidement à l’organisme payeur », a-t-il avancé. En revanche, a-t-il poursuivi, « l’activité de réserve des militaires du rang est généralement collective. La transmission de leurs activités de réserve s’effectue de façon groupée pour l’ensemble de l’unité concernée, ce qui peut entraîner un allongement des délais ». Quoi qu’il en soit, comme cette question peut influer sur la fidélisation des réservistes, le ministère des Armées, qui a reconnu que ces délais constatés restaient encore « trop importants », a dit s’être engagé « dans une démarche » visant à les réduire à moins de 65 jours. « Fruit des actions entreprises sur certaines causes techniques à l’allongement des délais, entre novembre 2022 et août 2023, ces délais ont diminué de dix jours. Un travail d’harmonisation des processus doit permettre de continuer à les abaisser », a-t-il conclu.
  13. Au passage, le motif d'inaptitude est-il d'ordre médical et touche t'il au domaine "psychologie /psychiâtrie" ? BTX

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...