Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

La mise en place de l'exercice franco-britannique Griffin Strike a démarré hier


Recommended Posts

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/04/09/griffin-strike-15989.html

Les armées françaises et britanniques vont lancer un exercice d'entraînement interarmées baptisé Griffin Strike 2016 qui se déroulera du 14 au 22 avril au Royaume-Uni. La mise en place des moyens a commencé hier avec l'arrivée du BPC Dixmude à Devonport:

dixmude.jpg

Les deux pays travaillent à la mise sur pied d’une force expéditionnaire commune interarmées, la CJEF (Combined Joint Expeditionary Force) depuis six années. Cette coopération étroite a permis d’améliorer l’interopérabilité des forces franco-britanniques.

Comme le précise l'EMA, "cet exercice de niveaux opératif et tactique, permettra d’aboutir à la validation du concept (Full Validation of Concept) de CJEF dans la totalité de ses composantes (terrestre, maritime et aérienne). Après Griffin Strike 2016, les forces françaises et britanniques poursuivront leur coopération en vue de son possible emploi dans le cadre d’opérations bilatérales ou menées au sein d’une coalition".

Voici le rappel des forces françaises engagées:

griffin.jpg

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

http://forcesoperations.com/examen-final-pour-la-force-expeditionnaire-franco-britannique/

J-2 avant le lancement de l’exercice franco-britannique « Griffin Strike 2016 », qui aura lieu du 14 au 23 avril rassemblant jusqu’à 5 500 militaires (dont 2 040 soldats français). Ces manœuvres conjointes valideront définitivement le concept de « Force expéditionnaire commune interarmées » (CJEF) mis en place par les deux pays suite aux accords de Lancaster House signés en 2010.

 

Les hommes du 1er regiment de Tirailleurs s'échauffent sur le terrain d’entrainement de Copehill Down en vue de l'exercice "Griffin Strike" (Crédit photo: 1er régiment de tirailleurs)

Les hommes du 1er regiment de Tirailleurs s’échauffent sur le terrain d’entrainement de Copehill Down en vue de l’exercice « Griffin Strike » (Crédit photo: 1er régiment de tirailleurs)

Le CJEF devrait permettre à la France et au Royaume-Uni de déployer rapidement des forces d’intervention en zone de conflit, en prévision de la constitution d’une coalition militaire plus large, ou pour assurer une assistance d’urgence en cas de désastre naturel ou de catastrophe humanitaire.

Une fois le concept de CJEF validé, « la France et le Royaume-Uni pourront dès lors envisager de planifier et de mener une première opération de déploiement avec les forces de réaction rapide des deux pays », réaffirmaient les deux partenaires lors du 34e sommet franco-britannique organisé à Amiens le 3 mars dernier.

« Griffin Strike » est un exercice dans les trois dimensions: terrestre, aérienne et navale. Sur le sol, l’armée de Terre prévoit de déployer près de 300 militaires : l’état-major de la 7e brigade blindée et les postes de commandement du 35e régiment d’infanterie et du 1er régiment de Chasseurs prendront part aux exercices de commandement sur la base aérienne Saint Mawgan de la Royal Air Force (RAF) dans la péninsule de Cornouailles ; le 1er régiment de tirailleurs, soutenu par des éléments du 1er régiment de chasseurs, du 1er régiment d’artillerie et du 3ème régiment de génie, sera quant à lui engagé dans les manœuvres de terrain sur la plaine de Salisbury dans le sud-ouest de l’Angleterre. Ils auront à leur disposition quatre chars Leclerc, huit Véhicules Blindés de Combat d’Infanterie et deux Véhicules de l’Avant Blindés.

 

VBL et chars Leclerc côte à côte au Royaume-Uni en préparation de Griffin Strike (Crédit: 1er régiment de Tirailleurs)

VBL et chars Leclerc côte à côte au Royaume-Uni en préparation de Griffin Strike (Crédit: 1er régiment de Tirailleurs)

Dans le ciel, des avions de chasse Rafale et Typhoon fourniront un soutien aérien depuis la base RAF de Lemming dans le nord-est de l’Angleterre.

Finalement, dans les eaux, une dizaine de navires de combat, dont le BPC Dixmude de la Marine nationale française, assurera la conduite du volet naval avec, entre autres, la réalisation d’assauts amphibies.

 

Des tirailleurs du 1er RTir sur le site de de Copehill Down (Crédit photo: 1er régiment de Tirailleurs)

Des tirailleurs du 1er RTir sur le site de de Copehill Down (Crédit photo: 1er régiment de Tirailleurs)

Les manœuvres culmineront avec une «    démonstration de force » terrestre sur la plaine de Salisbury, soutenue par des avions et hélicoptères de combat. Une force combinée d’infanterie mécanisée simulera la prise de contrôle d’un village.

Cela constituera l’aboutissement d’une longue série d’exercices bilatéraux : Corsican Lion 2012, Joint Warrior 2013, Capable Eagle 2013, Rochambeau  2014, et Griffin Rise 2015 premier des deux exercices de validation de la CJEF.

Au fur et à mesure que nous aurons des photos et des histoires à vous raconter sur l’exercise Griffin Strike 2016 nous ne manquerons pas de les poster !

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

http://forcesoperations.com/exercice-griffin-strike-suite/

Nous y apprenons plusieurs choses, notamment que « la France a fait de Griffin Strike 2016 l’une de ses priorités malgré l’importance de ses engagements opérationnels. Elle y assure une participation pleine et entière. »

Nous y avons aussi trouvé une carte qui est plus parlante qu’une description pour vous montrer où s’effectuent ces exercices. FOB sera sur place à Salisbury jeudi.

carte Griffin Strike

 

Le dossier de presse nous apprend que Griffin Strike vise à jouer le déploiement complet d’une force expéditionnaire binationale. Couvrant l’ensemble des niveaux, stratégique, opératif et tactique, il permettra ainsi de tester en grandeur réelle la cohérence de la chaîne de commandement binationale, l’interopérabilité franco-britannique sur l’ensemble des composantes, et la réactivité d’un déploiement conjoint.

Le commandement de la force revient à la partie britannique qui assure également celui des deux composantes, terrestre et aérienne, la France commandant la composante maritime.

Pour ce qui est de la composante terrestre, la coordination entre états-majors est entièrement simulée.

Parallèlement, les échelons tactiques participent, au travers de manoeuvres réelles, à l’exécution des actions de combat sur le terrain militaire de Salisbury. Ces séquences permettront notamment de tester l’interopérabilité des chaînes de communication et de commandement. Cette partie portera sur des manoeuvres combinées en zone urbaine (à pied, avec des blindés et de l’infanterie), l’utilisation d’appui feu avec l’infanterie d’assaut britannique, et sur des procédures de relève (relève par dépassement, relève sur position).

Dans notre article du 12 avril nous avions fait état de « près de 300 militaires » français participant pour la composante terre avec 14 véhicules à leur disposition. Nous apprenons qu’en fait l’armée de terre française déploie plus de 450 militaires et une cinquantaine de véhicules. Dans notre liste nous n’avions pas les six véhicules blindés légers ; neuf véhicules de transport de troupe; l’engin du génie rapide d’appui et de protection ; le dépanneur de char Leclerc et le porteur polyvalent lourd de dépannage (PPLD).

Nous allons nous arrêter quelques instants sur ces PPLD qui entrent progressivement en service dans l’armée de Terre. Bénéficiant d’un fort potentiel de chargement tout en conservant une bonne mobilité, en offrant à l’équipage une protection adaptée aux opérations extérieures, le PPLD DP assure des missions de ravitaillement logistique, de transport ou d’évacuation de personnel, de maintenance et d’évacuation de véhicules immobilisés, de transport de matériaux pour l’appui à la mobilité, à la contre-mobilité et à l’aide au déploiement d’urgence.

 

Le nouveau porteur polyvalent lourd de dépannage avec dispositif de protection (PPLD DP).  Le PPLD DP est l'un des 4 nouveaux porteurs polyvalents terrestres qui entrent progressivement en service dans l’armée de Terre. Ils permettront de remplacer, à terme, le parc vieillissant de véhicules poids lourds (TRM 10000, VTL…). Bénéficiant d’un fort potentiel de chargement tout en conservant une bonne mobilité et en offrant à l’équipage une protection adaptée aux opérations extérieures, le PPLD DP assure des missions de ravitaillement logistique, de transport ou d’évacuation de personnel, de maintenance et d’évacuation de véhicules immobilisés, de transport de matériaux pour l’appui à la mobilité, à la contre-mobilité et à l’aide au déploiement d’urgence.

Le PPLD, autorisant quatre personnes en cabine, permet le halage d’autres véhicules immobilisés à l’aide d’un treuil de 18 tonnes, le levage jusqu’à 12 tonnes de divers organes (groupe motopropulseur, tourelles, etc.) à l’aide d’une grue, et le remorquage tracté-tiré ou tracté-levé des principaux véhicules en service (notamment du VBCI).

Le PPLD 8×8, fabriqué par le groupement franco-italien IVECO/SOFRAME, est projetable par BPC ou A400M. Il peut être équipé d’un dispositif de protection comprenant : une cabine blindée face aux agressions balistiques-mines-IED, une protection des vitrages contre les jets de pierres, un support d’armement d’autodéfense de 7,62 mm (permettant de recevoir la future mitrailleuse MAG58) avec une protection balistique du tireur et un dispositif de roulage à plat après perforation des pneumatiques. Au total, 400 systèmes de protection doivent être acquis au titre du programme. Le PPLD est prédisposé à recevoir la radio PR4G, le système d’information SITEL, le GPS DAGR ou PLGR, pour les versions protégées, un brouilleur de moyenne puissance et les moyens de simulation et d’entraînement CMT/STC-CENTAURE.

Les premières commandes fermes notifiées fin 2010 concernent respectivement l’acquisition de 50 PPLD, tous équipés de dispositifs de protection (cabines blindées avec circulaires protégées). Les premières livraisons des véhicules de série à l’armée de terre ont été effectuées en 2013.

Dans les mythologies anciennes le griffon (griffin en anglais)  est une créature avec la tête, les ailes et les serres d'un aigle, et l'abdomen, les pattes et la queue d'un lion ; il est muni d'oreilles de cheval

Dans les mythologies anciennes le griffon (griffin en anglais) est une créature avec la tête, les ailes et les serres d’un aigle, et l’abdomen, les pattes et la queue d’un lion ; il est muni d’oreilles de cheval

 

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...