Jump to content
Aumilitaire

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 05/13/2024 in all areas

  1. Bonjour tous le monde, après plusieurs mois d’attente j’ai enfin eu la réponse de la commission!! Je suis accepter au 21 rima a frejus 😍 Petit message pour toute les personnes ayant fait quelque bêtise étant plus jeune mais qui rêvent de rejoindre l’es rang de l’armée, n’abandonner jamais! Malgres un refus définitif en 2016, j’ai pas lâcher j’ai fait la demande de supprimer le casier b2 (ils voit quand même tout et même plus que les condamnations) j’ai effectuer un service civique et surtout je n’ai jamais perdu espoir malgres que tous le monde me disait que c’était mort. Si des personnes sont dans cette situation n’hésitez pas à venir me poser des questions peut importe lesquels je serrai content de vous aider. Et surtout ne négligez pas votre condition physique et votre motivation c’est un gros point qui m’a aider à ce qu’ont prenne mon dossier au sérieux!
    8 points
  2. Bonjour à tous, retour de candidature. Celle-ci à été retenue. Départ pour octobre en complémentaire sur la liste de Septembre. Merci à tous pour votre aide.
    4 points
  3. Pourquoi ne pas pousser les études un peu plus loin, prendre de l’âge, progresser physiquement et intellectuellement, gagner sa roue de secours, rassurer papa maman et même gagner en assurance pour evso par la suite ? D’ailleurs, je ne comprends pas trop la critique des autres réponses sur l’attitude de vos parents, étant donné que vous n’êtes même pas majeur ! Et dans le fond, ils ont relativement raison. La majorité des militaires du rang quittent l’institution à la fin de leur premier contrat, c’est une réalité, et vos parents ont raison d’être inquiet, car vous avez de grandes chance vous retrouver au début de votre 20aine de retour dans le civil. Après là où je ne suis pas du tout d’accord avec vos parents, c’est sûr l’ENSOA. Vous avez peu de chance d’être pris en artillerie, encore moins au 35e à la fin de votre formation. Si vous ne souhaitez pas commander et que vous n’avez pas goût à ça, ce n’est pas en 6 mois à Saint-Maixent*** que vous deviendrez un leader dans l’âme. Et puis, que vous sortiez au bout de 5 ans en tant que militaire du rang ou sous-officier direct, la réalité sera la même : vous serez un jeune sans diplôme, sans connaissance ni expérience du monde du travail. D’ailleurs En vérité, vous savez très bien ce que vous ne voulez pas aller à l’ENSOA. Je pense que vous êtes en doute sur votre engagement, et que les réflexions de vos parents n’ont fait qu’aggrandir ces doutes. Je pense que vous cherchez donc une sorte de validation extérieure de votre projet afin de vous rassurer. Prenez bien le temps de réfléchir, posez vous les bonnes questions, vous avez le temps…
    4 points
  4. Pas très inventif : le 14 juillet sur les champs. Un rêve de gamin qui devient réalité. Et dans le défilé le + beau souvenir : quand il y a revue des troupes du PR avec la garde nationale à cheval tambours battant ...
    3 points
  5. Merci à tous pour tous vos retours rapides, j'ai recueilli une panoplie d'avis qui vont m'être précieux pour prendre ma décision. J'ajoute cependant des informations complémentaires : mon adjudant a bien discerné mon profil qui s'apparente plus à celui d'un EVAT qu'à celui d'un ENSOA et je pense qu'il a raison parce que je suis beaucoup plus serein à l'idée de rentrer comme EVAT. Pour mes résultats sportifs j'ai atteint le pallier 11 au LL, 16 tractions et 56 squats. Si je rentre en EVAT j'essaierais comme certains me l'ont conseillé de sortir premier de ma promo pour pouvoir intégrer Saint Maix (je suis motivé et confiant sur ce point-là).
    3 points
  6. Bienvenue, quelques réflexions "en vrac" : Ecouter ses parents pour ses choix de vie : oui Laisser ses parents faire ses choix de vie : non Donc c'est de vous que doit venir la décision. Vous êtes encore jeune, même trop jeune pour vous engager, seulement à 18 ans révolus. Et là deux choses s'offrent à vous : 1°) S'engager comme EVSO, ne vous faites pas d'illusion, vous êtes encore très jeune, votre profil au CSO n'est pas "parfait" comme EVSO, même si certains EVSO ont vers 19 ans à St Maix, en général on prend quand même des engagé(e)s avec un peu plus de bouteille, donc envisagez peut-être d'abord une formation "post-Bac" de 2/3 ans qui pourrait vous servir tant à l'armée que dans le civil ? Ou bien refaites votre Terminale mais dans un pays Anglophone (si c'est possible), vous aurez une expérience d'autonomie longue (il faut aussi savoir quitter papa-maman) et vous maitriserez bien l'anglais, un gros plus pour une candidature EVSO. Dites-vous aussi que 2-3 ans entre vos 18 et 21 ans vous permettront d'aquérir de l'assurance, de faire du renforcement sportif/physique et même de se préparer, avec un contrat dans la réserve. 2°) Vous ne tenez plus, la vie khakie vous appelle trop fortement, engagez-vous comme EVAT, vous aurez plus de chance de rejoindre une spécialité qui vous attire (para, alpin, artillerie ou cavalerie, ...) alors qu'en temps qu'EVSO, il y a une grosse loterie à la sortie de St Maix. De plus pour l'instant le recrutement EVAT souffre plus que le recrutement EVSO, donc vous aurez sans doute pas mal de choix. Si vous êtes bon, avez un peu de chance, à 21-22 ans vous rejoignez St Maix, et même peut-être plus tôt, si vous terminez major de vos classes comme EVAT on vous proposera sans doute d'aller directement à St Maix. Clairon
    3 points
  7. Bonjour En gros vous êtes un jeune homme, mineur, sans diplome, qui rêve d’être militaire et qui a peur de la décision à prendre car inquiet sur ses capacités. Vos parents n’ont pas tort, mais c’est vous qui prendrez la décision finale. Je ne saurais trop vous conseiller de suivre quelques études pour avoir un diplôme qualifiant, prendre de maturité (vieillir un peu) et d’intégrer la réserve. Ps. J’ai l’impression de revivre l’engagement de mon fils que nous avons obligé d’aller au bac et de rentrer à Saint Maixent, au même âge que vous. Mais lui avait du caractère. Aujourd’hui SO supérieur il avoue que nous avions raison mais regrette de n’avoir aucun diplôme car à quarante ans il va sans doute quitter l’institution et trouver une formation qui lui convienne...O ego!!
    3 points
  8. les tractions si vous atteignez 20 c'est bien mais y en a qui font beaucoup plus donc si vous visez bac +5 profitez en pour atteindre les 25 cela ne peut que renforcer votre dossier. Idem pour le Luc léger palier 11 serait bien car ce n'est pas anodin de voir des candidat faire palier 12 ( dans ma section au CSO il était au moins le quart à avoir fait palier 12^^) Pour les squats 55 c'est peu vu que c'est le minimum qu'il demande. Pour fairemilitaire du rang ou sous off vous avez la un bon dossier mais je pense que faut faire beaucoup plus pour espérer être pris en officier. en deux ans vous pouvez largement progresser et faire + Bon courage en tous cas
    3 points
  9. Les us et coutumes veulent que cela reste entre initiés. Ce que tu peux savoir, c'est que cela va être d'une durée relativement longue de plusieurs années, avec divers stages via toutes les plateformes disponibles entre autres les 3 fameux sigles réputés du milieu des mythes et légendes urbaine ! lol En effet, la mise en situation se passe généralement en pays ''ami'' proche d'une de nos frontières ... par soucis de praticité technique ! (Sa sent bon le jambon) Tu sais largement ce que tu as besoin de savoir, après je vais être honnête avec toi. Tu ne pourras jamais te préparer à la formation, elle est exigeante, très technique et si tu n'as pas les capacités, tu seras éjecté même si tu es coopté par un joli chaperon de la boite ! Au lieu de perdre du temps à vouloir savoir où tu sautes, c'est plus utile pour toi d'affûter ton corps et ton esprit. Je rajouterai que c'est un projet de vie et que tu devras apporter beaucoup de preuve tout au long de ta carrière pour espérer toucher du doigt ces missions. Le plus dur n'est pas d'être repéré, car le service cherche en permanence des effectifs, mais de faire l'affaire.
    3 points
  10. Actuellement, pour rentrer, c'est minimum sous-officier dans n'importe quelle arme. Après l'opérateur n'est pas forcément seul, ni forcément accompagner, tout dépends des circonstances sur zone et des missions. Chaque exigence est propre à la mission et au climat à l'instant T, qui va naturellement influer sur la mise en place des effectifs.
    3 points
  11. En mission de courte durée à Mayotte au sein du détachement de la légion étrangère (DLEM), j'ai eu la chance d'avoir été sélectionné pour armer le détachement sur l'île des Glorieuses pendant 2 mois avec 12 autres camarades. Emmanuel Macron s'y est rendu en 2019, les images sont dispos sur google. Je vous laisse imaginer le cadre de vie. Avec 12 camarades, nous occupions pendant 2 mois seuls au monde cet île de 8 km². Sans réseau, sans téléphone portable, uniquement un téléphone satellitaire qui nous relie aux secours. Mission pour nous : - entretenir l'île - repousser une potentielle invasion malgache
    2 points
  12. Bonsoir, Cornichon, je prépare les concours d'entrée à l'ESM Saint-Cyr voie lettre afin d'intégrer les TDM et poursuivre le métier des armes toute ma vie !
    2 points
  13. Mad Max n'a qu'à bien se tenir ! long range desert group vehicles .....pas de carnet de bord en effet ...😁
    2 points
  14. Après la lampe tu n'utiliseras que la nuit 😅 Et dans le noir, bon courage pour faire la différence entre un bandeau noir, gris, marron,...
    2 points
  15. Vux. Donc si aptitude TAP acquise, le35e RAP à Tarbes. Si non, le 93e RAM. J'ai bon ? BTX
    2 points
  16. La "sortie de la tanière" quoi... 😏 §§§ Les sorties montagne par grand bleu... Le retour des sorties montagne dans la tourmente... §§§ Une remise de brevets sous la neige, sur la place d'armes du Fort des Rousses... Une Marseillaise d'anthologie en fin de Challenge National de Tir, clamée d'une seule voix avec le ton, la diction et le volume juste parfaits, par trois cents gars explosés après quatre jours d'épreuves au CEITO.. Sans exagération, ce fût une pure merveille ! 👍
    2 points
  17. Hey ! Effectivement celle fournie n'est pas terrible d'autant qu'ils ne te donnent pas les piles avec donc pour le 1e terrain, c'est un peu compromettant. Je ne sais pas combien de lumens il faut mais celle de Decathlon fait l'affaire pour moi. Autant rester sobre pour la couleur du bandeau mais ce qui importe vraiment, c'est que la lampe éclaire en rouge. La lumière blanche étant tout simplement proscrite sur le terrain.
    2 points
  18. Saarburg une bien jolie ville. J'ai vécu les derniers moments du 16e BCP. Bitche à côté ne souffre pas la comparaison. Où j'ai assisté à la PA de dissolution du 57e RA. Mais ça c'était avant............
    2 points
  19. Bonjour à tous, j'ai une très bonne nouvelle à vous annoncer: je suis pris à st-Maix, dans le domaine de l'infanterie!!! Je fais ma rentrée en septembre donc si il y a des nouveaux EVSO qui sont de cette rentrée venez faire un petit coucou en MP.
    2 points
  20. Bonjour tout le monde je fais ce message pour vous annoncer la nouvelle je suis pris au 8eme rpima c'est confirmé Je pars le 2 juillet normalement
    2 points
  21. https://www.opex360.com/2024/05/12/une-initiation-au-tir-sportif-sera-bientot-au-menu-de-la-future-journee-defense-citoyennete/ Les réformes du ministères des Armées menées à partir de 2008, dans le cadre de la « Révision générale des politiques publiques » [RGPP] n’a pas tenu compte du fait que le Service national avait été seulement suspendu et non supprimé. Aussi, au regard du nombre d’emprises militaires fermées [dont certaines ont été cédées pour l’euro symbolique], tout retour en arrière est extrêmement compliqué, alors que le contexte international a rouvert le débat sur la conscription en Europe, comme c’est actuellement le cas en Allemagne et même au Royaume-Uni. À moins de s’inspirer du modèle scandinave, où les forces armées ne retiennent que les conscrits dont elles ont besoin, le rétablissement du service militaire n’est pas à l’ordre du jour en France, l’accent devant être mis sur l’accroissement significatif de la réserve opérationnelle [RO1], selon un ratio d’un réserviste pour deux militaires d’active. Du moins, c’est ce que prévoit la Loi de programmation militaire [LPM] en vigueur à l’horizon 2035. Cela étant, la question d’un éventuel rétablissement de la conscription revient régulièrement dans le débat politique. Lors de l’élection présidentielle de 2017, le candidat Emmanuel Macron avait ainsi proposé l’instauration d’un « service militaire universel » d’une durée de seulement un mois… Mais, une fois élu [et réélu], ce projet s’est mué en « service national universel » [SNU], lequel pourrait se généraliser en 2026 [du moins est-ce la feuille de route donnée au gouvernement]. Pour autant, selon le général Pierre-Joseph Givre, directeur du Service national et de la jeunesse au ministère des Armées, un retour de la conscription n’est pas totalement exclu. « S’agissant de l’éventuel rétablissement du service national, la réponse a été donnée par le chef de l’État et le ministre des armées. Jusqu’à présent, elle consiste à accroître l’épaisseur de la ressource humaine du ministère des armées, en augmentant la réserve. Le président de la République a par ailleurs indiqué que le débat n’était pas figé et que si les circonstances l’exigent, nous devons être prêts à rétablir un service national, sous une forme militaire ou autre », a-t-il en effet déclaré lors d’une audition à l’Assemblée nationale ayant eu lieu le 20 mars et dont le compte-rendu vient d’être publié. En attendant la possible généralisation du SNU, chaque jeune âgé de moins de 25 ans, après avoir accompli les démarches [obligatoires] du recensement, est fortement incité à participer à la Journée Défense Citoyenneté [JDC, autrefois appelés Journée d’appel de préparation à la Défense, ou JAPD]. Celle-ci prévoit des tests d’évaluation, un enseignement sur le civisme, une information sur « l’égalité entre les femmes et les hommes » et une sensibilisation aux enjeux de la défense. L’utilité de cette JDC est régulièrement remise en cause [de même que son coût, de 100 millions d’euros]. « Ce n’est pas en quelques heures qu’il est possible d’aborder les enjeux de la Défense, qui, par ailleurs, ne sont évoqués que succinctement pour faire la place à d’autres thématiques », avaient ainsi estimé les députés Marianne Dubois et Joaquim Pueyo, dans un rapport remis en 2016. Depuis, le constat n’a pas varié d’un iota… comme l’a récemment admis Sébastien Lecornu, le ministre des Armées. « C’est devenu une journée un peu fourre-tout, où des gens admirables s’engagent pour la faire vivre, mais au fond, elle se démilitarise un tout petit peu avec le temps », a-t-il en effet déclaré, à l’antenne de LCI, le mois dernier. Comme elle « passe à côté de sa cible », le ministre a dit souhaiter la « rendurcir militairement » car il « faut qu’à la fin de cette journée, les jeunes Françaises et les jeunes Français […] aient les idées claires sur notre système de défense et les rudiments de compréhension sur le fonctionnement de l’armée française, sur les grandes opérations auxquelles l’armée française a pu participer ces dernières années ». Quel sera le contenu de cette JDC « remilitarisée » ? Le général Givre a donné des détails à son sujet. « Nous avons établi un prototype pour la nouvelle formule de la JDC. Elle sera ainsi découpée en plusieurs étapes. La première […] consistera à rassembler les participants dans une enceinte militaire, sauf dans les ‘déserts militaires’, où nous devrons aller à la rencontre des jeunes » et elle « débutera par la levée des couleurs et le chant de la Marseillaise, pour ressentir symboliquement le ‘vivre ensemble' », a-t-il dit. Ensuite, il est question de mettre en place un « atelier métavers » afin de « faire découvrir les métiers de la défense à travers des avatars », avec par exemple « un cuisinier dans une frégate qui double le cap Horn, un alpiniste militaire ou un pilote de chasse », a continué le général Givre. Un autre type d’atelier portera « sur le tir sportif, à travers un tir laser, pistolet et carabine, pour les garçons et les filles, de type biathlon », a-t-il continué. On peut supposer qu’il s’agira d’armes à air comprimé pour tirer des plombs. « Le fait de prendre une arme en main exige de la discipline et de la stabilité émotionnelle. Les jeunes apprendront à manipuler une arme de manière intelligente et en sécurité », a fait valoir le général Givre. Un autre atelier prendra la forme d’un « jeu de rôle, où les jeunes joueront des décideurs ou des soldats, des marins, des aviateurs, dans le monde entier », a-t-il poursuivi, sans donner plus de précisions. Enfin, un enseignement sur les gestes élémentaires des premiers secours « physiques et psychologique » devrait également être au programme. « La journée se conclura par des échanges avec des militaires, dans le cadre d’un forum très informel, avant de procéder à une remise des certificats lors d’une cérémonie », a ajouté le général Givre, qui a estimé le coût de cette refonte de la JDC à 10 millions d’euros. C’est un « montant extrêmement raisonnable par rapport à l’enjeu » et « nous espérons que cette immersion et ces échanges interpelleront et créeront des vocations », a-t-il affirmé. « Cette démarche est inclusive et vise à révéler des talents, quels que soient la condition physique ou le niveau intellectuel », a-t-il souligné. Par ailleurs, et comme l’avait annoncé le ministre, il est prévu de « moderniser » le recensement afin d’être en mesure d’identifier les compétences des « personnes volontaires susceptibles de rejoindre la réserve ». Sur ce point, le général Givre a estimé qu’il fallait en effet « aller plus loin, probablement dans la connaissance de la jeunesse française et de la mise à jour des données qui nous permettraient, le cas échéant, de réquisitionner et/ou de mobiliser, sans passer par un intermédiaire ». L’idée est d’éviter les « problèmes politiques » que l’Ukraine a connus au moment de voter une loi sur la mobilisation militaire. « Nous devons nous y préparer, non pas dans l’idée d’une levée en masse ou d’un service militaire. Mais parmi mes missions figure l’appel sous les drapeaux. Aujourd’hui, nous sommes, à mon sens, insuffisamment préparés ; raison pour laquelle nous travaillons ardemment », a conclu le général Givre.
    2 points
  22. Mon duvet après une longue marche dans les montagnes sous la neige ! J'ai dormi comme un bébé et j'étais frais pour continuer le périple sous la pluie cette fois ! Moins joyeux le réveil ! Sinon en deuxième position, je dirais les vols en hélico pour rejoindre des positions, c'est plus agréable que l'avion ou les véhicules à roues qui adore labourer les pistes pourries de boue ! 😅
    2 points
  23. Mes stages montagne encadrés par le PGHM on a fait des courses magnifiques , très difficiles et en toute sécurité avec les guides .Que des bons souvenirs .
    2 points
  24. Oui c'est exactement ça. Tu signes ton contrat uniquement pour le domaine "Artillerie" et le choix de spécialité n'est effectué qu'en fin de formation. Au passage, il est possible que certaines de ces spécialités ne soient pas disponibles sur toutes les formations.
    2 points
  25. A 16 ans on est en droit de se poser des questions. Le tout est de trouver qqun pour y répondre. C'est fait. BTX
    2 points
  26. Des combats d'une intensité terrible s'y déroulèrent .Nos "Turcos" y sont pour l'hommage !
    1 point
  27. Salut, je suis passé passé aussi en cpge mili. Je sais que le concours littéraire est plus accessible, mais tout de même, aujourd’hui pour intégrer, khuber reste l’un des meilleurs moyens. Selon moi, même sans ce problème administratif ( sur lequel je ne vais pas m’avancer car j’en ai aucune idée), vous auriez khuber comme la majorité des cyrards. Et ensuite à vous l’ESM, après une année de khube. En revanche, le parcours légion/emia serait bien plus long, fastidieux et incertain. Pour moi la question ne se pose même pas, même si je peux comprendre la réticence à devoir khuber. Sans compter le fait que khuber vous donnera une licence, et donc en cas d’échec au concours à deux reprises, vous pourrez passer l’emia sur titre.
    1 point
  28. Bonjour à vous Cela peut entre 2 à 4 semaines parfois moins parfois plus. si je ne me trompe pas le 27 BCA à une incorporation en juin donc si c'est bien le cas vous devriez avoir la réponse dans les deux semaines restantes du mois de mai. Moi j'ai eu ma réponse en 1 semaine il à envoyé le jeudi et j'ai la réponse le vendredi qui suivait
    1 point
  29. la dague SAS est bien là ....
    1 point
  30. Plum, j'ai bien connu dans les années 90 jolie petit village en bord de mer!! Il y a le RIMAP NC là bas, je voudrai bien connaître l'ambiance car c'est des locaux et la compagnie tournante PARA de mémoire, c'était parfois "tendu" entre nous!
    1 point
  31. Ca ne nous rajeunit pas. BTX
    1 point
  32. Salut la team Terre ! Je profite d’un petit arrêt de travail qui va sans doute me valoir le statut si peu convoité d’IRP pour vous rédiger un petit RETEX de mes deux premiers mois à Saint-Maix. J’ai incorporé le 1e bataillon de la 372e promo en février dernier, la fameuse promo des JO. Au départ, nous étions 330 élèves dont 31 majors FGI, mention spéciale à l’arme du train qui compte dans ses rangs 10 majors FGI sur 14 élèves, autrement dit les 4 directs n’auront que peu de choix concernant leur affectation. Je complèterai plus tard avec les statistiques concernant le nombre de bac+2, féminines et ultra-marins quand je retournerai à l’école. Dans ma section, quasiment la moitié a déjà de l’expérience militaire, que ce soit en tant que major FGI, réserviste, voire active dans l’AAE mais leur avance s’atténue assez vite. Pour ce qui est des spécialités, les plus répandues sont sans conteste le génie combat, les SIC et la sécurité civile pour seulement une dizaine de fantassins et une dizaine de cavalos. Sans surprise, les spés sont réparties équitablement entre les sections (jamais plus de 2/3 représentants de la même spé par section). Avant de commencer le descriptif de mes premiers mois à l’ENSOA, quelques petits points concernant les récentes altérations de la formation des sous-offs. La promo de juin sera la dernière à suivre la formation de 8 mois avant que cette dernière ne passe à 6 mois. Le contenu a cependant déjà été fortement réduit avec notamment la suppression du stage en corps de troupe et des cours d’anglais, seul le TOEIC a subsisté. La promotion de novembre est la première à expérimenter cette réduction du volume de la formation et les cadres commencent à se demander comment ils vont réussir à combler les derniers mois. Un autre changement majeur est la suppression partielle du CM1 remplacé par du contrôle continu. A titre d’exemple, en deux mois, on a déjà eu 4 évaluations en topographie. Circuit d’incorporation La première semaine est exclusivement dédiée au circuit administratif (visite médicale, prise de mesures, coiffeur, perception paquetage, papiers,…) qui donne lieu aux premiers départs. On a malheureusement 5 inaptes d’entrée de jeu dont 2 rien que dans ma section, certains se sont par ailleurs lassés de l’attente ou n’ont pas supporté les premières contraintes telles que faire le lit au carré et un gars n’a pas supporté sa tête sans les dreadlocks et a préféré arrêter directement (c’est pas une blague). Le soir on retrouve notre section et nos cadres, en général 3 chefs ou adjudants appuyés de 2 sergents de promotion pour les premiers mois. En bref, ce sont des sergents de la promotion sortante diplômés quelques jours plus tôt condamnés à rester à l’école 4/5 mois supplémentaires car il y a trop d’attente avant leur rentrée en école de spécialité. Ils n’apprennent que quelques jours avant qu’ils sont sélectionnés et malheureusement, pour certains il est flagrant qu’ils ne veulent pas être là. Pour d’autres en revanche, ça leur permet d’avoir une expérience dans l’instruction, ce que leur futur affectation ne leur aurait pas permis. Début de la formation Les cours débutent le premier week-end avec énormément d’amphis et d’OS le soir ainsi que les tests sportifs initiaux (tractions, pompes, 2400m) mais le sport ne commence véritablement qu’après l’amphi sur les mutuelles, ce serait dommage qu’on se blesse avant d’être assurés. Dans notre cas, le moniteur qui nous a fait passé les tests n’avait clairement aucune attente concernant le niveau des féminines, c’en était limite insultant. Par contre, les gars qui se sont fait battre par une féminine dans ne serait-ce qu’une seule des épreuves ont passé un sale quart d’heure car, je cite, « ce n’est pas normal ». Le message est clair, préparez-vous. Les premiers temps les journées sont longues, on est régulièrement retenu après le diner pour des cours, du chant, de l’OS ou toujours plus d’administratif. On doit notamment désigner les responsabilités de chacun : - Administratif : lister ceux qui mangent à l’ordinaire le week-end et les adresses de ceux qui rentrent, ils ont toujours les chefs et l’ADU sur le dos, très grosse charge de travail (en général les élèves RH) - Tradition : chargés de prendre des photos, réaliser le film de fin, écrire le chant section, déterminer l’animal totem et créer tous les goodies qui en découlent - Optique : responsables du matériel d’optique (pourtant l’instant RAS) - Transmissions : pour l’instant on ne se sert pas encore des postes de radio, les élèves trans sont uniquement condamnés à porter ces 10kgs en plus de leur musette de combat pendant les marches (en général les élèves SIC) - TAM (Tir Armement Munitions) : aider les chefs lors de la réintégration et de l’entretien des armes à l’armurerie (meilleur rôle y a pas de débat) - Sport : suggérer des entraînements et échauffements (pour l’instant RAS) - Popotier : organiser les repas section sur le terrain - Trésorier : récolter l’argent pour les multiples commandes et cautions (oh vous allez en verser de l’argent… vous ne verrez que très peu la couleur de votre 1e solde entre l’achat d’équipements parfois obligatoires et les cotisations quant à elles toujours obligatoires) - Auto : laver les voitures au retour des terrains - Fourrier : responsables de tout ce qui va à la fourre - NBC (Nucléaire Biologique Chimique) : responsables du matériel NBC (pour l’instant RAS) - Santé : soigner les éventuels blessés, vérifier l’état des pieds après les marches - Informatique : aucune idée (pour l’instant RAS) - Chant : faire réviser les chants, rédiger le chant section, désigner de nouveaux chants Pour ce qui est de l’élève chef de section, la sélection se fait sur lettre de motivation, idem pour les élèves compagnie et bataillon qui auront en prime droit à un entretien avec le capitaine et le lieutenant-colonel. Pas de permission les deux premiers week-ends, juste un QL de quelques heures le 2e week-end pour faire le plein de fournitures avant le 1e terrain On ne ramasse que très peu et encore moins à l’école (« ça se paiera sur le terrain » comme disent les cadres), apparemment ce n’est plus vraiment la mentalité. Il y avait trop de désistement alors ils essayent de nous ménager un peu. Après tout dépend des sections, dans ma compagnie il y en a une en particulier qui ramasse régulièrement car les PAX reviennent saouls tous les soirs tous les week-ends. Sport Les premiers mois, les cours sont surtout centrés sur la topographie, le combat et la MOAL (puis le SITTAL et le tir après l’obtention du CATi à repasser plusieurs fois pour certains), avec bien entendu toujours un peu de sport à la clé. Le sport en question dépend de votre moniteur EPMS. Chez nous le modèle est clair : 1 séance = 50% de corde + 50% de cardio. Et par cardio, j’entends de la course sur piste, notamment du fractionné, le footing c’est sur votre temps libre. Pour ce qui est du reste c’est anecdotique : la natation (à part le test initial) et le PO n’arrivent qu’après 2 mois, les cours de CO sont rares et épars, le C4 (remplaçant du TIOR) ne démarre qu’1 à 2 mois avant la fin et vous ne verrez la couleur de la piste d’audace que 2/3 fois. J’avais noté le détail de chaque module en sport mais je l’ai laissé à l’ENSOA, je le posterai quand j’y retournerai. Pour ce qui est des évaluations de 2400m, pompes et grimpers de corde, vous serez évalués ¾ fois au cours de la formation et seule la meilleure note sera retenue. Terrains Pour ce qui est des terrains, ils sont assez condensés au début. On retourne passer trois nuits dans la boue toutes les deux semaines, des nuits avec des alertes à la clé dès le 2e terrain. Vous risquez d’ailleurs d’en faire des cauchemars de cette boue mais bon à Avon la seule météo possible c’est la pluie. Un point qui peut sembler anecdotique pour certains mais qui prend vraiment une ampleur considérable sur le terrain c’est les rations, ou devrais-je dire l’absence de rations. Les rations prévues pour l’ENSOA ont été envoyées en Ukraine et nous sommes pour l’instant à court. A la place nous avons droit à des sachets froids le midi et chauds le soir. Le contenu des sachets est digne des pique-niques d’école primaire, autrement dit on meurt de faim, vraiment. Les chefs ont été tellement sidérés en voyant notre petit-déjeuner (une madeleine et une brique de jus de pomme) qu’ils nous ont rapidement autorisé les amélios. Les terrains sont pour l’instant quasiment exclusivement centrés sur le combat en trinôme avec une marche en bonus à chaque fois. Les marches en question sont progressives : 5km, 10km, 16km puis la fameuse marche au képi de 25km, toutes uniquement avec la musette. Vie sur place Les sections sont regroupés par couloirs dans des chambres de 3 à 6 lits avec une chambre systématiquement réservé aux féminines. Chaque chambre comprend une douche, deux lavabos et une barre de traction. Pour les toilettes, c’est sur le palier. Niveau matériel, les éléments les plus indispensables vous seront indiqués dans le livret d’accueil remis par votre CIRFA mais vous pouvez déjà vous munir des éléments suivants : - Pour l’école : cadenas, cintres, PQ, lessive à main, baskets de course persos - Pour le terrain : lingettes, lampe frontale qui éclaire en rouge, sardines - Pour l’entretien de l’arme : chiffon, cure-dents, brosse à dents, coton-tiges Mis à part les premiers temps où le circuit d’incorpo rend l’emploi du temps assez instable, les journées fonctionnent toutes selon le même modèle, mis à part le vendredi où vous serez en général libérés vers 13h : - 5h30 : Réveil + TIG - 6h15 - 7h15 : Petit-déj (heure variant selon les semaines et les compagnies mais si vous passez à 7h15, soyez certains que vous aurez à courir au retour sans avoir pu avaler quoi que ce soit) - 8h à midi : Cours - Midi - 14h : Pause déjeuner (soyez certains que deux heures de pause sur le papier ne valent jamais deux heures en pratique) - 14h - 18h : Cours - 18h15 - 19h : Dîner - 22h30 : Extinction des feux En définitive, tout se passera bien. Le niveau demandé n’augmente que progressivement et de toute façon, cohésion oblige, on se sert les coudes dans la section. On a tous nos points forts et nos points faibles. Ceux qui ont besoin d’aide pour porter leurs sacs lors des marches / courses aident par exemple les plus endurants lors des évaluations de topo. Tâchez quand même de vous préparer un minimum physiquement et surtout (SURTOUT !) apprenez les grades avant votre arrivée si vous ne voulez pas vous prendre une râclée comme le bitos (désolé mais là y a pas d’autre terme) qui a appelé le général Didier « mon capitaine » en amphi… Alors bon courage aux futurs EVSO et comme dirait le capitaine, GARDEZ LA BANANE !
    1 point
  33. Oui petite fierté d’avoir réussi à obtenir ce régiment, c’est la récompense de ma persévérance et du travail pendant plusieurs mois. Le plus dur reste à venir maintenant
    1 point
  34. https://www.facebook.com/21erima/?locale=fr_FR
    1 point
  35. Bien sûr, on partage le même point de vu. Juste, je vois des parents qui s’inquiètent, et cette inquiétude peut se comprendre et c’est important d’écouter ce qu’ils ont à dire. Et je dis ça alors que perso, mes parents auraient voulu que je reste en master, car c’est une roue de secours . Ça ne m’a pas empêché de faire la connerie et de quitter la fac. La différence, c’est que j’ai entièrement conscience de ce qu’implique ce choix, et quand mes parents me disent « tu aurais dû finir ton master » je réponds juste « oui, vous avez raison, » 😂
    1 point
  36. Je confirme. Fantassin juste avant que Hussard...
    1 point
  37. Ahah je voulais savoir si il fallait prendre un bandeau de la même couleur que celui qu'ils nous donnent. Il va de soit qu'il faut pas prendre un bandeau flashy ou fluo. Je pose cette question parce que j'ai déjà une très bonne lampe frontale (bandeau noir) et si ça m'évite d'en racheter une pourquoi quoi pas la prendre avec moi. Très bien, merci @ODD!
    1 point
  38. Parfait l'essentiel est d'être recruté , tu découvriras par toi même ...Bien joué !
    1 point
  39. Bonjour Pierre, Ayant moi même eu les mêmes doutes concernant l'ENSOA je peux vous dire qu'il vaut mieux s'écouter que de prendre des décisions hâtive et orientée par d'autres personnes (même si il s'agis de vos parents, ce n'est pas eux qui courront durant 8 mois et se demanderont qu'est ce qu'ils font à se rouler dans la boue). De plus concernant votre doute lorsque vous arriverez en régiment, déjà cela dépend dans quelle spécialité vous voulez vous orienter, la concurrence change selon les milieux et ensuite le respect vient naturellement, les soldats que vous commanderez ne sont pas des collégiens, ils connaissent le respect et la discipline cependant votre manière de commander aura forcement des répercussions (accepter les conseils du Caporal Chef avec 10ans d'anciennetés par exemple, être humble, etc). Par rapport à votre stresse et manque de confiance, vous n'avez que 17 ans, c'est jeune et vous n'avez pas encore eu d'expériences assez fortes qui vous fasse sortir de votre zone de confort, je vous donne mon exemple j'ai fais 2,5 ans en tant que surveillant en collège en sortant du lycée je peux vous dire que ça vous forme sur bien des points. Ensuite dite vous qu'à l'ENSOA vous aurez des gens prêts à tout pour avoir ce qu'ils veulent et ce manque de confiance pourrait vous porter un grand préjudice face à eux. Pour résumer: écoutez vous malgré vos parents qui certes veulent le meilleur pour vous mais ont peut-être des aprioris qui bloque leurs ouvertures et surtout n'aillez pas peur de les décevoir car ça ne sera pas le cas. Prenez encore du temps pour vous et vous développer, j'ai lu en haut l'idée de continuer vos étude si vous êtes scolaire c'est une bonne idée. Ne vous mettez pas la pression vous n'avez rien signé, vous n'êtes pas engagé, vous avez encore tout votre temps (surtout à 17ans).
    1 point
  40. La plupart des jeunes engagés ne font pas carrière ( je dis bien la plupart) , muscler un peu sa formation initiale te permettra de ne pas revenir dans le monde civil avec zéro compétence transverse à moins que tu ne choisisses une spécialité qui t'ouvrira plus tr plus tard des métiers civils comme mécanicien , Sic ..j'ai croisé toute ma vie des anciens evats en sécurité privée çà leur faisait tout drôle quand ils faisaient 3 nuits de 12 h d'affilée payées au lance pierre .
    1 point
  41. Sinon, tu ne prends pas le risque, tu fais la demande en ligne ( ce qui prend environ 2min et coûte 0€ ) et tu l’auras pour plus tard si besoin…
    1 point
  42. oui consulat autant pour moi j'ai confondu
    1 point
  43. Les retours de terrains quand on revoit tous ses potes après 5j dans la forêt et la nuit qui suit où l'on nettoie notre matériel tout en racontant nos péripéties
    1 point
  44. Bien le bonjour tout le monde ! Actuellement à l'ENSOA, je vous partage la liste des domaines de spécialités ainsi que les conditions de recrutement et durées de formation associées. A noter que pour les domaines de recrutement indiqués en orange, le choix de la filière de recrutement ne s'effectue qu'en fonction du classement à la fin de l'ENSOA. Par exemple, un élève RH ne pourra pas choisir la chancellerie d'entrée de jeu mais uniquement si son classement et le nombre de places disponibles en fin de formation coïncident. La liste d'origine comprenait 20 pages mais c'est impossible de téléverser autant de photos sur un seul article alors j'ai recopié l'essentiel dans un fichier, j'espère qu'il n'y aura pas de coquille. Par ailleurs, la liste comprenait aussi le détail des modules pour certaines spés mais j'avoue avoir eu un peu la flemme de recopier autant d'information alors n'hésitez pas à me le demander si ça vous intéresse. Bonne lecture Filières ENSOA.pdf
    1 point
  45. Cela reste tout de même un seul test sur plusieurs. Certains avec un 7 au Luc léger ont pu accéder à un BCA, la preuve que s’il a un très bon dossier,style 9-10 au LL minimum plus 60 squats minimum,de supers résultats en anglais et un très bon psychotechnique, toutes les portes ne lui seront pas fermée… Cela dépendra de ce qu’il vise et de sa motivation sans aucun doute. Vous serez évalué sur tout votre comportement au CSO,y compris votre motivation et votre détermination.Alors cela est certes pas le top du top, mais ne rester pas dans une optique,comment dire,fataliste? Non, tout n’est pas”mort pour vous”. De plus,les recruteurs savent que vous n’irez qu’en vous améliorant une fois en CFIM. Peut être n’est ce pas non plus une mauvaise idée que d’avoir d’autre métier dans l’armée en tête. L’armée a de gros besoins de recrutement dans certaines spés,et même des spés pas particulièrement déficitaire mais que vous connaîtriez moins, serait ouverte pour vous. Apres,si vous visez le 2e Hussard ou un régiment blindée dans les paras ou les TDM cela va dépendre de la concurrence,il faut se l’avouer.
    1 point
  46. Salut xover, Nous avons peut être les mêmes infos, mais des informations que j'ai, il est impossible de rejoindre le SA en tant qu'opérationnel depuis le civil. Il y a deux chemins possibles : soit en passant par la case armée (n'importe quel régiment tant que tu sors du lot) soit en rentrant dans le service protec puis en te faisant "repérer". C'est peut être emmené à changer car j'ai aussi entendu que le recrutement d'ops en externe était au bon vouloir du chef de corps, et il me semble qu'il change cette année. Donc à voir
    1 point
  47. Il manque le cliquetis des culasses et le bruit des fers sous les semelles mais c'est à voir une fois dans sa vie au cimetière d'Harlington. Changing of the Guard Triad Honor Flight Apr 2024 https://fb.watch/s1RcBQR5dP/
    1 point
  48. Cependant,je pense que tu ne choisis pas la filière de ton domaine de spécialité. En l’occurrence tu choisira Artillerie, mais selon les places disponibles et les besoins des régiments, tu choisiras ou sera choisis. Donc tu pourrais te retrouver en sol air ou en coordination appui-feux. Je pense que ça marche ainsi.C’est ce que j’avais compris en tout cas. Il faut me dire si je me trompe.
    1 point
  49. Une Pmp n'est pas l'alpha et l'oméga d'une carrière militaire, c'est juste un plus. Il vaut bien mieux une formation intellectuelle et physique solides. Le reste suit et est prévu dans le parcours des concernés.
    1 point
  50. Bienvenue Et puis dans votre situation, n'écartez pas la Légion étrangère même si, francophone, rien n'est gagné. Un autre monde, exigeant qui demande une certaine "force de caractère". Le collectif prime sur l'individuel. Y réfléchir. BTX
    1 point

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...