Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Volontaires français dans l’armée ukrainienne


Recommended Posts

Une volonté d'aider le peuple ukrainien, une déception vécue au sein de l'armée française, un souhait de recommencer sa vie à zéro... Des volontaires français qui ont rejoint les rangs de l'armée ukrainienne ont expliqué à BFMTV leurs motivations.Deux drapeaux ornent leur tenue militaire aux classiques couleurs de camouflage, kaki, vert et beige: le drapeau tricolore et le drapeau ukrainien. Maxime, Jules, Tom et Charlie font partie de ces centaines de Français partis combattre dans les rangs de l'armée ukrainienne pour faire face à l'invasion russe. Quatre hommes que l'équipe de "Ligne Rouge" - un documentaire de BFMTV diffusé ce lundi 22 avril à 21 heures - a pu rencontrer.Leur motivation première: aider le peuple ukrainien. "Je suis venu en Ukraine pour toutes ces images d'enfants que j'ai pu voir, soit martyrisés, soit évacués tout seul sans leurs parents", explique depuis Karkhiv, Maxime, 33 ans. "Des images qui m'ont un peu fait trembler".

Il ajoute: "Quand je vois encore Irpin et Butcha, quand on voit tous ces corps de civils au milieu de la route, on se dit qu’on a raison d'être là et d’aider ce peuple".

"Si on perd l'Ukraine, pour moi, la Russie voudra plus"

Maxime s'est engagé en mai 2022 dans une milice après l'appel du président ukrainien Volodymyr Zelensky aux étrangers "qui savaient se battre". Ce père d'un enfant a ensuite combattu pour "le troisième bataillon", jusqu'à ce qu'il perde une partie de sa jambe gauche en novembre 2023, lors d'une "petite mission de reconnaissance" sur une "ligne de forêts". Il a explosé sur une mine. En visionnant les images de ce moment, s'il se "demande comment il a fait pour survivre", il n'a qu'une "envie", c'est d'y "retourner".

Après quatre opérations, et une évacuation en France, Maxime récolte depuis un bureau, à la localisation tenue secrète, de l'argent et du matériel pour son bataillon, en attendant de pouvoir retourner combattre malgré sa prothèse.

"J'étais un petit peu réticent au départ, puis, je me dis quand même que j'aide les mecs qui bossent, ma place n'est pas minime quoi", réfléchit celui pour qui le drapeau bleu et jaune fait désormais "partie de son sang".

Jules, 21 ans, a aussi décidé de venir en Ukraine il y a quelques mois car "depuis 2014, les Ukrainiens vivent un enfer".

"Je suis venu principalement pour les civils. Et puis, je pense que c'est important de rétablir la paix ici. Si on perd l'Ukraine, pour moi, la Russie voudra plus", souligne ce dernier.Interviewé avant une mission classée secret défense menée par les forces spéciales ukrainiennes, il apparaît le visage en partie caché à l'écran pour préserver son anonymat.

Avec Tom, un autre Français de 25 ans, ainsi que d'autres membres de leur unité avec qui ils partagent un appartement, ils ont pour mission de reprendre le contrôle d’un bâtiment tenu par des dizaines de soldats russes.

Déçus par l'armée française

Tom, en Ukraine depuis neuf mois, est un ancien soldat de l’infanterie de marine de l’armée française. Comme lui, Maxime et Jules ont aussi servi la France avant leur départ. Mais ils ont été déçus par cette expérience. Pour Jules, il y avait trop de contraintes et pas assez d'actions.

"J'ai fait quelque temps dans l'armée française… Ensuite, j'ai été chauffeur livreur en France pendant une petite année. C'est pendant cette petite année que je me suis décidé à partir ici", explique Jules.

Maxime, originaire de Metz, explique aussi rechercher dans son enrôlement dans les rangs de l'armée de Kiev de l'adrénaline ainsi qu'une expérience forte.

Charly, qui fait partie d’une unité de l’armée régulière ukrainienne, a vu quant à lui la guerre en Ukraine comme "le moyen de tout recommencer", comme une "case départ".

Après une courte formation dans l'armée française au collège, son retour à la vie civile a été un "désastre". "J'étais perdu. Je traînais tout le temps dehors, je traînais avec les mauvaises personnes... Mes parents se faisaient énormément de soucis. J'avais beaucoup de rendez-vous avec la gendarmerie, tellement que j'étais un idiot. Puis je pense que je prenais la route de la délinquance", détaille le soldat, qui arbore le tatouage d'un heaume de chevalier sur la joue.

Une paye de 1.500 euros par mois

Charly se bat depuis un an et demi en Ukraine et a tenu pendant trois mois une tranchée à 400 mètres d'une position russe avant que son unité ne soit obligée de reculer. Il a transmis à BFMTV de nombreuses vidéos qu'il tourne lui-même à l'aide de son portable. Souvent avec le sourire, sur le ton de l'humour, détaché, il témoigne dans ces vidéos de son quotidien, de l'intérieur des tranchées au champ de bataille.

Un sourire qu'il perd lorsqu'il évoque la bataille de Bakhmout, particulièrement meurtrière pour les deux armées, où il a vécu pendant six mois les pires moments de sa vie de soldat. Contrairement à ceux qui se noient dans l'alcool, il se change les idées grâce à Dorota, sa compagne polonaise, également membre de son unité. Il la considère "un peu" comme sa "psychologue", celle à qui il peut parler et qui le "réconforte".

"Si vraiment je ne voulais pas risquer ma vie mais rentrer à métro boulot dodo, rien ne m'empêche de rentrer chez moi, mais qu'est ce qu'ils feraient les copains sans moi et moi qu'est ce que je ferais sans eux, donc non je ne les laisse pas", précise-t-il, conscient qu'il "pourrait y rester".

Si Charly risque sa vie en Ukraine, ce n'est en tout cas pas pour l'argent. Contrairement à des mercenaires qui s'engagent pour une entreprise privée, ces soldats sont enrôlés par l'armée ukrainienne, et de facto par le gouvernement ukrainien. Comme n'importe quel soldat de ce pays, ils sont payés 1.500 euros par mois. Une somme de laquelle ils déduisent l'achat de certains équipements. "Ils [l'armée ukrainienne, NDLR) n'ont pas forcément tous les moyens nécessaires. Le plus gros de la paye passe dans l’équipement. J’ai investi 1.500, 2.000 euros de ma poche", nous explique Jules.

Bonjour,

dans ce documentaire de BFMTV, vrai ou faux qu’il soit, je retrouve les motivations de nombreux jeunes engagés à la Légion d’un temps: Maxime qui. même s’il a payé avec sa jambe, soutient toujour sa recherche initiale d’adrénaline, Jules avec l’idealisme de ses 21 ans et une expérience dans l’armée témoigne l’inquiétude des jeunes, Tom, qui a servi dans un Rima, etait déçu soit de l’armée traditionelle soit de la vie civile. Charlie par contre avec son heaume sur la joue veut repartir “à zéro” après le college et le refus de tomber dans la délinquance.

Sûrement ne sont pas les 1500 euro qui les poussent vers l’Ukraine, vu qu’il pourraient les gagner dans un régiment tout près de mama et papa, mais quelque chose qui est caché dans le profond de l’âme des jeunes de nos temps.

Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, vittorio venturi said:

Sûrement ne sont pas les 1500 euro qui les poussent vers l’Ukraine,

Dans la zone de combat, solde de militaire de FAU tourne autour de 3.000 euro.

Si vous n'etes pas sur le front - vous touches la moitie, soit 1.500 euro.

  • Like 1
  • Thanks 1

Moi legionnaire, moi pas bien francais parler.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...