Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Parcours d'un candidat Officier de Réserve / Etat-major


Cephalyx

Recommended Posts

Bonjour à toutes et à tous,

Cela fait des mois que je lis ce forum plutôt que je n'y participe publiquement, mais je tiens tout de même à titre préliminaire à remercier toutes les personnes qui auront pris le temps de me conseiller en message privé. Il faut croire que la candidature OREM est à ce point une démarche obscure que même ceux qui y ont réussi à intégrer par cette voie n'osent s'afficher publiquement.

A ce titre, je pense qu'il est donc temps de créer ce que l'on pourrait appeler un "miniblog" sur ce forum afin de vous faire part en temps réel du suivi de ma candidature et, pourquoi pas, donner de plus amples informations aux potentiels candidats qui voudraient intégrer la réserve par le biais de cette voie qui semble peu commune. 

Quelques mots de présentation.

J'ai actuellement 32 ans, je suis diplômé de l'enseignement supérieur (Bac+8) et exerce en tant que juriste institutionnel et enseignant attaché à l'université. J'ai toutefois connu une première expérience militaire dans ma prime jeunesse. Engagé à l'âge de 17 ans avec l'autorisation de mes parents, j'ai souscris un contrat d'EVAT pour 5 ans. Affecté en compagnie de combat dans un régiment parachutiste, j'ai obtenu différentes qualifications (tireur de précision, entrainement co, ...) avant de me réorienter sur l'administratif pour cause de blessure. J'ai été affecté dans un groupement interarmes où j'ai terminé mon contrat au grade de caporal (CME + CTE en poche), je ne suis malheureusement jamais parti en OPEX, et ai pour seule décoration la fameuse cochonou pour avoir valeureusement monté la garde lors d'interminables heures :D.

Mon parcours civil se résume quant à lui essentiellement à avoir passé des diplômes universitaires jusqu'au doctorat tout en suivant des stages en rapport avec mon cursus.

Ayant vraiment une vocation pour le métier des armés depuis tout petit, j'ai toujours été peu chagrin d'avoir quitté l'armée trop tôt (ou plutôt l'avoir intégré trop tôt sans qualification, ce qui m'a fatalement bloqué par la suite). Je me suis donc récemment décidé à candidater pour la réserve, sur les conseils d'un ami fraichement officier de réserve en gendarmerie.

Qu'est ce que l'engagement officier de réserve voie état-major ?

Même si les infos sont parfaitement trouvables sur le net, je me permets de procéder à une petite synthèse + quelques informations officieuses (j'invite d'ailleurs tous les participants à confirmer ou infirmer les propos qui vont suivre)

L'engagement officier de réserve est ouvert à toute personne de 17 à 35 ans titulaire d'un niveau Bac +2 (pour la voie commandement) et d'un bac +5 pour la voie état-major. Je tiens dès à présent à attirer l'attention sur cette distinction fondamentale entre commandement et EM.

La voie commandement

La voie commandement vise à former les futurs chefs des sections proterre (aka vigipirate) dans un premier temps, avec des possibilités d'évolution identiques aux officiers d'actives par la suite en ce qui concerne les commandements (preuve en est, le défilé du 14 juillet 2016 ayant mis à l'honneur la réserve opérationnelle avec à la tête du groupement un colonel de réserve au parcours principalement civil). Cet engagement se fait de la même manière que pour la réserve opérationnelle classique, il se fait au titre d'un régiment.

Ses avantages : L'engagement est beaucoup plus rapide que pour la voie EM (plusieurs recrutements dans l'année), possibilité d'aller sur le terrain et de suivre une carrière quasi-équivalente à un OSC d'active. Il est même d'ailleurs tout à fait possible de basculer sur des tâches plus administratives par la suite.

Ses désavantages : A mon titre, je n'en vois qu'un seul, l'incompatibilité avec une fonction militaire antérieure. En effet, et cela l'a été confirmé au niveau du CIRFA (j'y reviendrais par la suite), tout engagement antérieure dans l'armée bloque le candidat à son grade antérieure dans la réserve opérationnelle. Cela veut dire que dans mon cas, je ne pourrais m'engager dans la RO qu'au grade de caporal. Impossible de déroger à cette règle. Même si les possibilités de promotion interne sont toujours possibles, il vaut donc mieux bien peser le pour et le contre si vous aspirez à devenir OR par cette voie. En revanche, si vous êtes vierge de tout engagement antérieur, cette voie ne présente aucun désavantage.

La voie état-major

La voie état-major ne vise pas à former de futurs chef de section mais à recruter des spécialistes dans des domaines utiles à l'armée. L'armée étant une société dans la société, il n'y a en principe aucun domaine qu'elle ne saurait ignorer. Toutefois, la voie état-major n'a rien à avoir avec la voie commandement. En effet, les candidats recrutés par cette voie ne vont pas exercer leur fonction en régiment mais en état-major. Cela signifie que c'est essentiellement un travail de direction et de conception (synthèse, rapport, formation etc). Conséquence, les candidats ne sont pas recrutés au titre de la réserve opérationnelle à proprement parlé mais au titre d'un EM après un parcours différent de celui des officiers voie commandement.

Ses avantages : Si vous avez un profil de gestionnaire, économiste, juriste etc ... donc "administratif" (au sens large), cette voie permet d'exercer des compétences directement transposables du civil à l'armée. Autre avantage, si comme moi vous aspirez à devenir officier de réserve mais que vous avez déjà un passé militaire, celui-ci ne sera pris en compte qu'à un titre qualitatif et non exclusif. C'est à dire qu'avoir été militaire est toujours un plus pour la candidature, mais que vous ne serez pas bloqué par votre ancien grade. Enfin, la candidature n'est pas conditionnée par le suivi d'une PMS comme pour la voie commandement (mais comme je viens de le dire, toute prépa militaire est un plus pour le dossier).

Ses désavantages : D'abord, la voie EM ne permet pas d'aller sur le terrain. La formation militaire (FIOR DEM est essentiellement administrative avec toutefois l'apprentissage des bases de l'institution militaire + SITEM qui est un stage dans l'EM d'affectation). Ensuite, toute candidature est conditionnée par la proximité et le besoins des états-major au sens large (EM de Brigade, gouvernance militaire etc). Si vous êtes dans un coin sans EM ou assimilés, cela peut freiner votre candidature (l'idéal étant d'être dans une grande ville ou à proximité). Enfin et non des moindres, le recrutement est annuel (en juillet), il faut donc s'armer d'une bonne dose de patience avant de savoir si notre candidature a été retenue.

Voilà pour la petite présentation. Passons à mon parcours de recrutement.

 

 

 

Candidature J-0 : Prise de contact avec le CIRFA

  • Like 1

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Candidature J-0 : Prise de contact avec le CIRFA

Prise de contact avec le CIRFA donc pour un entretien d'information. Je suis reçu par un adjudant-chef fort sympathique dans un bureau décoré "à la militaire" qui me rappelle de bons souvenirs ... Souvenirs d'OPEX, photos de camarades, poster de tanks ... on se  sent comme à la maison ! Mon conseiller en recrutement (puisque c'est son titre) me pose alors les questions d'usage sur l'objet de ma venue. Je lui expose donc mon projet d'intégrer la réserve en tant qu'officier voie état-major car cela semble correspondre à mon parcours mais que j'aimerais d'avantages d'informations ainsi que mes motivations plus profondes, notamment au regard de mon passé et de l'actualité qui frappe notre pays.

D'emblée, je sens que ma question le désarçonne. En effet, il m'avoue que les candidatures OR sont assez rares dans le coin (pourtant je suis dans une grande ville) et qu'il ne connait pas trop les fonctions et missions d'un OREM. Honnête, il m'explique que les candidatures de ce type sont gérées directement par le commandant du CIRFA (qui n'était pas disponible ce jour là). Ceci étant, rien ne m'empêche de prendre la documentation (la version papier de ce qui se trouve sur le site de la réserve), mais surtout, du fameux dossier de candidature.

Soit, ne voulant pas être venu pour rien, j'accepte de prendre ledit dossier de candidature. Mon conseiller m'en expose le contenu qui est identique à celui d'une candidature OSC d'active : Lettre de motivation manuscrite, CV, photos (3 exemplaires), diplômes certif de bonne santé dentaire etc etc etc. Au bas mot, une 15 aine de documents officiels/pro/universitaire + copie des diplômes/brevets/ESS militaires. En tout, une 30 aine de documents. 

Pas découragé, je prends le dossier et le recontacterai quand j'aurais tout réuni. Cela m'a pris 20 jours !

Candidature J+1 mois : Entretien pour enregistrement du dossier

Voilà, après 20 jours de course à droite à gauche pour réunir toutes les pièces de mon dossier, me voilà fin prêt pour l'enregistrement officier. Contact est repris avec le CIRFA avec un entretien sous 10 jours, ce qui nous amène à 1 mois depuis le premier entretien.

Cet entretien d'enregistrement ne présente que peu d'intérêt puisque le conseiller en recrutement va contrôler tous les documents et les enregistrer dans un logiciel afin d'ouvrir officiellement la candidature. Cela à pris en tout et pour tout 2 bonnes heures le temps d'entrer chaque information dans le logiciel, avec les inévitables bug (notamment sur les brevets militaires et autres diplômes ayant changé de dénomination entre-temps). En tous cas, honneur à cet adjudant-chef qui de son propre aveu ignorait qu'entrer une candidature OR pouvait être si fastidieux ! :Y

Particularité en ce qui me concerne : Ayant été militaire par le passé, l'officialisation de la candidature exige que certains documents remis lors de la cessation des services soient transmis. Par chance, j'avais encore ces documents (visite de fin de service, ESS etc), mais en cas de perte, les différentes demandes aux services administratifs militaires retardent la candidature de 2 mois en moyenne en fonction des documents. Tenez vous le pour dit !

Prochaine étape : Entretien de motivation avec le directeur du CIRFA.

Edited by Cephalyx
Ajout d'un titre
  • Like 1

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Candidature J+1mois et 17 jours : Entretien avec le chef de centre

Voilà, après avoir réuni tout le dossier me voilà convoqué par le chef de centre de mon CIRFA. Il faut savoir que les candidatures officiers sont "prises en main" par l'officier directeur personnellement. Dans mon cas, la rencontre fut aussi agréable que surprenante. Un commandant très avenant m'a invité à prendre le café dans son bureau tout en me questionnant sur mes motivations et ma démarche. Redite de ce que j'avais déjà dit à mon conseiller recrutement, il insiste toutefois sur deux points importants par rapport à une candidature OREM. Le premier, le nombre de places. En moyenne, une vingtaine par an, guère plus. A son niveau (càd, CIRFA de grande ville), il recueille entre 5 et 10 candidature par an ... multiplié par 135 CIRFA nationaux, d'importance inégale, certes, mais en prenant une moyenne de 6 cela fait plus de 800 candidatures ...

Ouch ! Coup direct au moral ... Ceci dit le commandant se montre rassurant. En effet, il me confirme que la sélection se fait, certes sur le parcours, mais également sur la proximité et la réussit de la DEI. Par chance, j'apprends de manière officieuse que l'EM de ma ville va demander 2 OREM ce qui, selon lui, augmente considérablement mes chances. Toutefois, il me propose tout de même de tenter par la voie interne, càd semi-directe, parfois plus rapide et moins incertaine qu'une candidature directe. L'offre est censée mais, vu mon âge et mon emploi du temps, je préférais tenter ma chance en direct (ceci dit, le tuyau reste valable pour des candidature plus jeune et à l'emploi du temps plus souple).

Le reste de la discussion est très courtois, voire très cordial. Mon dossier lui semble solide (Bac + 8 et XP antérieure dans l'armée, ce qui est rare pour un candidat OREM). Nous finissons par aborder la question de la sélection en DEI (département évaluation information). D'emblée, il me met en garde. Les candidats sont mélangés, càd que le candidat, qu'il soit VADAT, EVAT, sous-off, OSC etc ... tout le monde est mis dans le même panier, ce qui peut engendrer des crispations. Personnellement ça ne me dérange pas, mais il a l'honnêteté de me mettre en garde. Parfait. Nous finissons de fignoler le dossier sur l'application dédiée et me voici inscrit pour fin novembre à la sélection en DEI.

Edited by Cephalyx
  • Like 1

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Candidature J+2 mois : Entretien de préparation au passage en DEI

Nouvelle convocation du chef de centre pour un entretien à propos du passage en DEI. Le commandant se montre rassurant sur le passage en DEI qui a, peu ou prou, peu changé par rapport à l'époque de mon engagement, sauf bien évidemment le fait qu'il soit passé de 3 à 1 jour et demi.

Présentation des épreuves psychotechniques, de stress etc. Le commandant me donne quelques conseils et astuces pour certaines épreuves qui se révéleront utile j'en suis sûr ! Nous passons en revue rapidement les épreuves sportives : Luc léger, parcours, tractions ... pas de secret, il faut s'entrainer (surtout pour les tractions et le léger). De mon côté, pas vraiment de problème, je suis resté quelqu'un d'assez sportif, je suis donc assez serein. Le commandant me briefe également sur l'entretien avec le psy, entretien qui conjugue, dans mon cas, le bilan des tests psy + l'entretien de motivation. Pas de grandes révélations : il faut être naturel, justifier son projet et surtout cartonner aux tests !  

Le commandant clos l'entretien en me remettant mes bulletins de transport et un petit fascicule sur le déroulement de la DEI, plus la lettre de convocation en centre sur laquelle je lis "Candidat VADAT". Ce n'est pas une erreur, c'est bien la dénomination du candidat officier réserviste au niveau de la DEI.

Prochaine étape, le passage en DEI dans 1 mois !

  • Like 1

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Candidature J+3 mois : Passage en DEI au GRS (feu CSO)

Ca y est, enfin le grand jour est arrivé, le passage tant attendu en DEI dont le but n'est pas d'être en concurrence avec les autres candidats présents, mais de se faire délivrer le précieux sésame "aptitude officier des armes/spécialiste".

Je ne m'étendrai pas sur le passage au GRS en lui-même, tout à déjà été dit sur de nombreux forums. 40 personnes en moyenne des 3 armées qui sont mélangées les unes avec les autres, quelque soit l'origine de leur engagement. J'avais quelques inquiétudes au début et au final tout s'est bien passé. J'ai pu partager mon expérience avec de jeunes candidats (certains avaient 17 ans) et en retour, je me suis rendu compte que cette proximité permettait de saisir les problèmes et difficultés de chacun. Comme l'a très bien dit un adjudant-chef issu de St-Maixent lors d'une présentation : C'est facile de jouer au chef à St-Cyr ou St-Maixent avec des gens issus du même milieu socio-professionnel que soi, et qui donc jouent le jeu ... ça l'est beaucoup moins quand on arrive en régiment avec des jeunes, parfois perdus ou réfractaires, et un encadrement qui a de la bouteille (j'invite tous les candidats à des postes de cadre à méditer sur cette remarque). Humilité et écoute sont les maîtres mots du jeune chef.

Concernant la réserve. La sélection est absolument identique à celle des autres candidats : tests médicaux / BEP (tests psychotechniques - perso - stress - anglais) / Sport. Évidement, le but du jeu est d'avoir toutes les aptitudes pour blinder son dossier, étant entendu que certains sont déterminantes d'un recrutement officier (aptitude OPEX / TAP) au niveau de l'examen médical.

Quelques précisions sur le BEP. 4h, 4 tests :

Le TAMI-C : 6 mini-tests de type logique/psychotechniques :

- Suite logique sur des dés (plusieurs inscriptions dont il faut retrouver la suite parmi plusieurs propositions).

- Repérage dans l'espace (sortes de mots-croisés vierges dont il faut retrouver celui qui est identique).

- Test d'arithmétique (problèmes divers en pourcentages, soustraction etc).

- Test de langage (trouver l'intrus, le synonyme etc).

- Test d'attention (4 successions de lettres, chiffres, ou mots qui peuvent,ou non, être identiques et dont il faut repérer, ou non, l'intrus).

- Test de décodage (une liste de mots avec un code à 4 chiffres s'affiche, il faut retrouver à quel "code" appartient le mot affiché).

Le test de personnalité

Grande classique, plusieurs propositions, 5 nuances (pas du tout, un peu, moyennement, plutôt, tout à fait).

Le "fameux" test de stress

Assez similaire au test de personnalité à la différence qu'ici le candidat doit se placer dans une situation de stress abstraite pour répondre aux questions. Par exemple, "Quand je suis stressé j'ai tendance à aller boire un verre avec des amis le soir".

Le test d'anglais

150 questions en 55 minutes. Il faut avoir un minimum de 80 pour pouvoir prétendre à l'aptitude officier. C'est de l'anglais de base, rien de technique.

Concernant les épreuves sportives. Là encore, pas de barèmes spécifiques pour la réserve, il faut toutefois donner le maximum de soi-même. Précisions sur le GRS de Nancy où j'ai passé mes tests : Il n'y plus de maximum aux tractions et le léger s'arrête à 12 paliers.

Sur l'entretien d'évaluation en question. A ma surprise, je ne suis pas passé devant un officier, ni devant le C2 du GRS (contrairement aux autres candidats OSC) mais devant un adjudant-chef comme les candidats EVAT/SOC. Pas de spécificités donc sur l'engagement OR/EM. Comme au CIRFA, l’évaluateur n'était pas très à l'aise avec ce type de candidature peu commune, mais l'entretien s'est toutefois merveilleusement bien passé. L'évaluateur revient sur toutes les étapes de la sélection : médical, psycho, sport et dresse un portrait de ma candidature en posant des questions du type "Pourquoi voulez entrer dans la réserve ? Quel poste souhaiteriez vous exercer ? Quel est votre travail actuel ? Que pouvez vous apporter à l'armée ? Etc). A ma grande surprise gros carton sur les épreuves psychotechniques (que je pensais avoir foirées), bon score en anglais (105), et profil psy parfaitement adéquate avec un poste officier. Seule ombre au tableau, une inaptitude temporaire médicale pour un problème ... de rhume des foins. Ce qui m'oblige à prendre RDV avec un allergologue pour une consultation et de renvoyer le tout au GRS par l’intermédiaire du CIRFA ... Dans tous les cas, l'évaluateur me confirme mon aptitude officier en précisant que j'avais toutes les chances d'être pris (on verra). Prochain rendez-vous au CIRFA pour débriefing avec le CeR.

Conseils généraux à l'attention de tous les candidats

Concernant les tests psychotechniques, le but n'est pas de terminer les exercices mais d'avoir un maximum de bonnes réponses vis-à-vis d'un barème déterminé pour chaque type de candidature. Donc pas de panique si vous ne finissez pas les tests à 100%, l'essentiel c'est de répondre au maximum (c'est pour ça qu'il ne faut pas hésiter à passer lorsqu'on bloque, il y a suffisamment d'autres propositions pour se rattraper).

Vis-à-vis du questionnaire de personnalité / stress, ils sont déterminants du dossier, peut-être encore plus que le sport. C'est simple, beaucoup de candidats ont eu de grosses réserves d'aptitudes suite à ce test, et ce malgré de bons résultats en sport : trop impulsif, trop timide, trop gentil, trop désordonnés sont les choses que j'ai le plus entendues ... S'il ne faut pas jouer un rôle, il faut toutefois comprendre ce qu'on attend d'un soldat, d'un sous-off, d'un officier. Il est évident qu'un candidat EVAT qui se dit impulsif et réfractaire à l'autorité aura des réserves sur sa candidature, tout comme un candidat SOC/OFF qui se dirait timide et peu confiant en aura sur la sienne. Ca parait évident mais j'étais surpris du nombre de personnes sortant dépitées suite à ces entretiens. Concernant l'entretien en lui-même, il n'y a pas de préparation spécifique autre que celle de savoir pourquoi on est là, quel poste on veut exercer et qu'est ce que notre candidature peut apporter à l'institution. Donc, malgré les innombrables (pour ne pas dire interminables) séances d'information pendant ces deux jours, il est inconcevable de venir au GRS sans la moindre petite idée de ce qu'on veut faire dans l'institution. A ce titre, je pense que le domaine d'exercice (infanterie, logistique, manutention etc) avec l'intitulé militaire du poste en lien (tireur d'élite, conducteur de char etc), est le minimum syndical, étant entendu que plus le candidat est précis sur ses aspirations en adéquations avec son profil, plus sa candidature sera prise au sérieux.

 

 

 

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Merci Sco. Le chemin est encore long ceci dit. Toutefois, j'espère vraiment être retenu afin de pouvoir donner le max d'infos par la suite, notamment sur la FIOR D / EM (la formation de l'officier de réserve), vu qu'on trouve vraiment peu d'infos. Restez à l'écoute ;).

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Candidature J+3 mois et demi : Entretien final

Et voilà, après 3 mois de dur labeur, le dossier est enfin finalisé pour partir en commission (qui aura lieu en mars). Dernier entretien pour dans un premier temps faire le bilan de la candidature. Mon CeR tient à souligner que même avec un dossier E1 (ce qui est mon cas), les chances de réussites sont minces à plusieurs égards. Tout d'abord au regard du nombre de postulants (25 postes en moyenne pour plus de 300 candidatures). En général, c'est là qu'il va tenter de vous proposer un ESR SO/MDR "pour être sûr". Perso je préfère jouer le tout pour le tout (on verra si l'avenir me donnera raison). Ensuite, au regard des besoins. En effet, c'est à ce moment qu'il faudra postuler pour 3 choix de régiments/formations/commandements/etc à maximum 2 heures du lieu d'habitation, étant donné que la réserve ne fournit aucun planning des besoins spécifiques à chaque régiment. Si votre CeR connait officieusement les besoins locaux, et normalement il les connaît, il pourra alors vous aiguiller vers les formations les plus susceptibles de vous accueillir, étant donné que ce choix s'avère tout aussi déterminant que la qualité de la candidature elle-même. Si aucun besoin dans les formations à 2 heures de chez vous, c'est mort.

Dans un deuxième temps, le CeR recheckera les infos entrées dans le logiciel recrutement, de constater qu'il n'y a aucune inaptitude, informatisation de la lettre de motivation et corrections éventuelles (penser à l'avoir sur une clef USB ou l'envoyer par mail en plus de la version papier). Si tout est ok, le dossier est finalisé et prêt a être envoyé en commission. A ce stade, il sera toujours possible de prendre RDV par la suite avec le CeR pour modification éventuelle, notamment au regard d'une évolution de la situation personnelle (nouveaux diplômes, perte ou aménagement de l'emploi etc) ou pour partir sur un ESR SO/MDR en plus de l'ESR OR (il est possible de cumuler les candidatures), étant donné que la date limite de modification se situe à mi-mars, juste avant l'envoi des dossiers. 

Normalement, les résultats seront connus au cours du mois d'avril ... La commission envoie directement la décision au candidat qui devra alors prendre contact avec le régiment retenu pour signer l'ESR / OR. Ensuite, direction St-Cyr en juillet pour la FIOR D/EM.

Voilà, les jeux sont faits, ne reste que la longue attente jusqu'en avril.

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Merci BTX :115:

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Petite précision par rapport à mon premier message (dommage que la fonction d'édition ultérieure n'existe pas sur ce forum) notamment par rapport aux différences voies CDT / EM.

- Contrairement à ce que j'ai affirmé, il n'existe actuellement aucune restriction de grade par rapport à un engagé ultérieur. C'était valable du temps de la réserve ancienne mouture mais depuis 2014 tout à été réformé. Il est donc possible de candidater pour la voie EM / CDT sans restriction relative à un engagement précédent.

- Concernant l'emploi (et cela me l'a été confirmé au niveau du GRS), la distinction CDT / EM n'est plus aussi tranchée sur la durée que pouvait l'être auparavant. Il n'est pas rare d'obtenir des formations en CDT pour un EM et inversement en cours de carrière. D'ailleurs c'est un point fondamental du recrutement, la capacité de commandement et de suppléance, que ce soit pour les OR CDT ou EM (n'espérez donc pas n'être qu'un gratte papier coureur de moquette, tout dépend bien évidement des affectations). En outre, il est tout à fait possible de faire du terrain et de l'OPEX en voie EM. La FIOR D ne vise qu'à donner une formation générale pour une prise de poste immédiate mais la fonction est susceptible d'évolution en cours de carrière, comme elle l'est pour officier d'active.

En clair, la réserve est à l'heure actuelle en profonde restructuration au regard des nouveaux défis que doit affronter l'institution militaire. Même si l'on manque actuellement de recule par rapport à cette nouvelle formule, les limites d'âges, emploi, passerelles sont encore susceptibles d'évoluer au cours des prochaines années.

  • Like 1

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • 1 month later...

Salutations !

Je suis également candidat mais en OR voie CDT. Cependant, mon CeR m'a expliqué qu'il y a eu certains changement. En tout cas pour la voie cdt.

L'année dernière, il y avait une liste de poste, nous faisions 3 choix, et ensuite la commission en mars statuait sur nos choix et communiquait sa réponse. Or cette année, les régiments n'ont pas assez tôt donné leurs besoins, de ce fait, il n'y a aucune liste et la commission statue alors seulement sur notre possibilité d'être réserviste ou non. Seulement en suite en fonction de notre zone géographique et de l'avis de notre CeR (et de nos aptitudes évidemment), la section réserve de la DRHAT va nous contacter pour nous proposer des postes.

Autre changement, alors qu'avant la formation à Coët de 20 jours en juillet permettait à la voie cdt de valider les modules de formation de chef de section Proterre sauf la composante AZUR qui était validé dans le régiment d'affectation, désormais, cette formation Proterre n'aura plus lieu durant ce stage de 20 jours, mais plus tard dans l'année durant un autres stage, encore à Coët, de 20 jours également.

Sinon ton post est superbe, je me retrouve quelque peu dans ton récit étant juriste, mais doctorant pour l'instant. Quoi qu'il en soit, joli parcours, et bonne chance !

J'espère que nous nous retrouverons cet été ! 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, Rolig a dit :

Salutations !

Je suis également candidat mais en OR voie CDT. Cependant, mon CeR m'a expliqué qu'il y a eu certains changement. En tout cas pour la voie cdt.

L'année dernière, il y avait une liste de poste, nous faisions 3 choix, et ensuite la commission en mars statuait sur nos choix et communiquait sa réponse. Or cette année, les régiments n'ont pas assez tôt donné leurs besoins, de ce fait, il n'y a aucune liste et la commission statue alors seulement sur notre possibilité d'être réserviste ou non. Seulement en suite en fonction de notre zone géographique et de l'avis de notre CeR (et de nos aptitudes évidemment), la section réserve de la DRHAT va nous contacter pour nous proposer des postes.

Autre changement, alors qu'avant la formation à Coët de 20 jours en juillet permettait à la voie cdt de valider les modules de formation de chef de section Proterre sauf la composante AZUR qui était validé dans le régiment d'affectation, désormais, cette formation Proterre n'aura plus lieu durant ce stage de 20 jours, mais plus tard dans l'année durant un autres stage, encore à Coët, de 20 jours également.

Sinon ton post est superbe, je me retrouve quelque peu dans ton récit étant juriste, mais doctorant pour l'instant. Quoi qu'il en soit, joli parcours, et bonne chance !

J'espère que nous nous retrouverons cet été ! 

Salut Rolig !

Merci pour ces précisions. C'est exactement pareil pour la voie EM. A la période de 15 jours à Coët succède la formation de spécialisation spécifique aux EM : Le SITEM à l'EORSEM, composante de l'Ecole militaire à Paris. Ce stage peut s'effectuer dans la foulée ou l'année suivante (je pense que c'est la même chose pour les CDT). Il est bien évidement conseillé de suivre l'ensemble des stages la première année afin d'être le plus rapidement opérationnel.

En ce qui concerne les postes, même problème pour les EM. Aucune liste des besoins n'a été transmise à la SDR. Toutefois, mon CeR, m'a quand même demandé de formuler trois voeux. Du coup ca été postulation au pifomètre en fonction des besoins en officier d'active (dont mon CeR avait la liste) tout en croisant les doigts pour que les formations du coin (EM/DG/DR/CDT etc pour la voie EM) recherchent un OR.

  • Like 2

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Candidature J+8 mois et de poussières : Réponse de la commission

J'avais un peu laissé tomber ce "topic blog" (si on peut l'appeler ainsi) au profit du topic d'à côté, plus propice à l'échange avec ceux qui attendaient fébrilement la réponse.

C'est donc bon pour moi après 8 longs mois d'attente. C'est peu que de dire qu'il faut vraiment s'armer de patience par rapport à un candidat d'active qui bénéficie de plusieurs commissions annuelles (même si la date d'entrée en formation est unique). Dans tous les cas la bonne nouvelle est venue de mon CeR qui a reçu la liste non diffusable des candidats retenus.

A ce stade, si le feu vert est bon pour la candidature, le flou persiste sur l'affectation. En effet, la session de recrutement 2017 ne dispose pas de plan de recrutement. J'ai donc, comme les autres candidats, candidaté à l'aveugle en tenant en compte divers paramètres dont le premier est celui de la distance. A l'heure actuelle, j'attends toujours l'appel de la DRHAT pour savoir où je serai finalement affecté.

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, bénoïte a dit :

Tu avais un peu prospecté avant, auprès d'un EM proche ou du DMD ?

Effectivement, j'ai un peu regardé avec mon CeR les postes à pourvoir dans l'active dans les formations du coin et ai pris contact avec les cellules RH de chacun. Je me suis positionné en conséquences sur des fonctions plus ou moins en rapport avec mon profil (ce qui n'est pas évident avec un profil de juriste/pipo - très peu recherché dans l'AdT- même si le droit à la réputation d'être une bonne à tout faire) et mes désidératas (j'ai envie de faire du mili pur en complément individuel et éventuellement de bouger si j'en ai l'occasion).

Edited by Cephalyx

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Levy Pierre a dit :

Sincères félicitations pour la réussite de ton parcours
"Bon vent" pour la suite de ta carrière militaire !

A bientôt pour plus de RETEX j'espère !

Merci Pierre !

Hâte de vous conter la suite du parcours, notamment la FIOR à Coët ! ;)

  • Like 1

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Candidature J+10 mois et des cacahuètes : Marathon administratif pré-FIOR

Voilà, vous y êtes ... Vous avez reçu la décision de la DRHAT avec félicitation, avez fêté avec vos potos votre sélection. Vous vous dites que le marathon administratif que vous avez commencé il y de cela quasiment 1 an pour certain en franchissant la porte du CRIFA est enfin terminé ...

Monumentale erreur !

 

C'est simple. Entre la signature de l'ESR; la perception du paquetage complet (dont les éléments différeront selon les formations vis-à-vis de la liste donnée sur le site du 4eme bataillon); l'ouverture du carnet d'habillement (conditionné par la rapidité avec laquelle la RH va gérer votre dossier); la confection de la TDF (simplement, oubliez ou faites vous en prêter une pour le Triomphe, les délais entre 4 et 6 mois sont intenables par les maîtres-tailleurs); l'établissement des différentes habilitations; attestations; dossier d'accueil et j'en passe ... Tout ça peut aller très vite (selon l'expérience du personnel avec la réserve), ou prendre des mois à base de relances, coups de fils et innombrables mails ... Bienvenue dans le recrutement OR nouvelle formule.

Bref, c'est ce qui s'appelle dans le jargon torcher les plâtres ... :X

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Merci Cephalyx pour toutes ces précisions, notamment pour celle du grade car je suis dans ce cas-là.

Je ne suis pas trop surpris de la latence du processus du recrutement jusqu'à l'intégration.

Je vais bientôt devoir aussi m'y atteler mais j'envisage la réserve opérationnelle en Gendarmerie.

Bonne réserve,

Johan

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

FIOR, SITEM et bilan/conclusion à candidature année +1 et des brouettes

Croulant sous les messages persos, mails, appels, menaces ... je me suis décidé à enfin donner la conclusion tant attendue à cette épopée débutée il y a de cela plus d'un an. Je ne reviendrai pas dans le détail sur la FIOR qui amplement été détaillée par Sixquatre en son temps. La formation est courte, intense, frustrante par certains de ses aspects, mais indispensable pour donner les clés du savoir-être de l'officier.

Concernant le SITEM, suite logique de la FIOR. Celle-ci se déroule sur 2 semaines à l'Ecole militaire au sein de l'ESORSEM. Sans entrer là aussi dans le détail, la formation donne l'enseignement de base pour assurer un rôle d'officier traitant en EM/PC (rédaction de note, d'ordres dans toutes ses déclinaisons, présentation du combat interarmes etc etc). Là aussi, la formation est très courte, mais elle a l'avantage d'être particulièrement intéressante et très bien rôdé au regard de la qualité des supports documentaires fournis et de l'investissement de l'équipe pédagogique.

Pour la suite, cela dépend de chaque formation. Certains sont en stand-by, d'autres ont déjà fait pas mal de jours en sus de la formation, certains du sentinelle en PC, d'autres sont en préparation départ OPEX pour 2018 ...

Bref, le sentiment est unanime : la réserve attend beaucoup de ses officiers de réserves mais offre de réelles perspectives d'emploi et de formation. Bien sûr, le volontariat reste la règle mais il est véritablement possible de s'investir au-delà de quelques jours par an, ne serait-ce par les possibilités d'OPEX ou de MCD. La grande question qui animera le jeune OR est celle de savoir "comment vais-je articuler tout ça avec mon job ?".

Voilà, une conclusion un peu rapide au regard des derniers messages, j'en ai conscience, mais qui j'espère suscitera des vocations ;)

  • Like 1

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Bonjour Cephalyx, merci pour toutes ces infos !

Je suis juriste aussi, en droit public. Je suis en CDI dans une entreprise de conseil depuis plus d'un an. J'envisage de commencer une thèse et si possible d'obtenir un contrat doctoral ; l'objectif étant d'être enseignant chercheur. Et je me renseigne aussi sur la réservé en état major. Est-ce que le fait de candidater pour être OR t'a causé des problèmes avec la fac ? Est-ce que tu penses que c'est un obstacle pour obtenir un contrat doctoral ?

Link to comment
Share on other sites

Le 1/12/2017 à 16:19, Sym a dit :

Bonjour Cephalyx, merci pour toutes ces infos !

Je suis juriste aussi, en droit public. Je suis en CDI dans une entreprise de conseil depuis plus d'un an. J'envisage de commencer une thèse et si possible d'obtenir un contrat doctoral ; l'objectif étant d'être enseignant chercheur. Et je me renseigne aussi sur la réservé en état major. Est-ce que le fait de candidater pour être OR t'a causé des problèmes avec la fac ? Est-ce que tu penses que c'est un obstacle pour obtenir un contrat doctoral ?

Hello ! N'étant pas enseignant-chercheur mais seulement chargé d'enseignement, la fac n'a pas eu son mot à dire du temps que j'assure les heures pour lesquelles je me suis engagé. Pour ce qui est de la thèse, j'ai quelques amis qui sont OR tout en étant contrat-doc / ATER. Dans l'absolu, la fac voit d'une mauvais oeil (voire interdit tout court) toute activité lorsque l'étudiant est sous contrat doctoral. Heureusement, le code de la défense comporte un article article L4211-7 qui dispose que : "Aucun établissement ou organisme de formation public ou privé ne peut prendre de mesure préjudiciable à l'accomplissement normal du cursus de formation entrepris par un étudiant ou un stagiaire en raison des absences qui résultent soit d'une activité au titre d'un engagement à servir dans la réserve opérationnelle, soit d'un appel ou d'un rappel des personnes soumises à l'obligation de disponibilité".

Le thésard sous contrat doc étant sous statut étudiant, l'université ne peut pas s'opposer à cette activité. Toutefois, je me réserverai personnellement à en faire état (tout comme lorsqu'on postule dans une entreprise qui ne voit pas d'un bon oeil la réserve ou l'armée en général), de ma qualité d'OR tant que je n'ai pas le contrat dans la poche ;)

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...