Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Soutien à l’Ukraine et crise sahélienne au menu de la prochaine réunion informelle Défense de l’Europe


Recommended Posts

https://www.forcesoperations.com/soutien-a-lukraine-et-crise-sahelienne-au-menu-de-la-prochaine-informelle-defense-de-leurope/

image.jpeg.61f4083045f514a966b7b200263321fc.jpeg

Les ministres européens de la Défense se réuniront les 29 et 30 août à Tolède (Espagne) pour une nouvelle réunion informelle. À l’agenda : le soutien à l’Ukraine, la situation au Niger, les missions à l’étranger et l’opérationnalisation de la capacité européenne de déploiement rapide (EU RDC).

 
Un appui qui doit durer
Face à une contre-offensive ukrainienne dont l’issue reste incertaine, la consolidation du soutien militaire de l’Europe n’en est que plus indispensable. Si aucune annonce fracassante ne semble attendue, les discussions devraient néanmoins acter des avancées dans les processus d’appui direct ou indirect déjà mis en oeuvre ou en cours de lancement. 
 

Avec plus de 25 000 militaires formés à date, la mission d’assistance militaire de l’Union européenne (EUMAM) a largement dépassé l’ambition de départ – 15 000 – et pratiquement atteint l’objectif actualisé de 30 000 soldats ukrainiens formés pour fin 2023. Son budget a en conséquence été rehaussé de 65 à 100 M€, effort indispensable pour soutenir les coûts supplémentaires en termes d’interprétariat, de transport ou de soutien des matériels, par exemple. 

Le mandat d’EUMAM court pour l’instant jusqu’au 31 décembre 2024 et, pour les 27, le rendez-vous de Tolède devrait aussi permettre d’aborder le rôle à plus long terme de du dispositif, souligne le ministère de la Défense néerlandais dans un exercice de transparence à l’égard de ses parlementaires qui devrait en inspirer d’autres. 
 

Largement mis à profit depuis le début du conflit, la Facilité européenne pour la paix (FEP) dispose depuis fin juin d’un budget de plus de 12 Md€, plus du double du plafond initial. La seule aide à l’Ukraine étant estimée à 5 Md€ par an sur la période 2024-2027, la création d’une enveloppe dédiée est sur la table des négociations depuis le mois dernier. La manoeuvre ne sera pas de trop pour garantir la viabilité financière de la FEP et continuer à soutenir Kyiv sur une base pluriannuelle. Si la proposition sera discutée en Espagne, une décision formelle du Parlement n’est attendue qu’à l’automne prochain. 

Progresser sur les initiatives conjointes
 

Depuis le 20 mars 2023, les pays européens travaillent à reconstituer au plus vite les stocks d’obus d’artillerie de 155 mm et de missiles des forces ukrainiennes tout en musclant leur filière munitionnaire pour assurer des livraisons plus rapides et pérennes. Cinq mois plus tard, cette initiative à trois voies semble sur le point de passer la seconde.

Derrière les ponctions ponctuelles dans les stocks nationaux, une première vague d’acquisitions conjointes de munitions auprès d’entreprises européennes est sur le point d’être actée. Conduites par l’entremise de l’Agence européenne de défense, les négociations avec l’industrie sont désormais achevées. Les 25 États concernés – dont la Norvège – ont jusqu’à fin août pour transmettre leur commande. À charge de l’EDA de les regrouper pour ensuite les notifier aux industriels retenus. Côté néerlandais, ce seul volet représente un effort financier de 130 M€, complété d’autant pour un second projet d’acquisition d’obus de 155 mm cette fois piloté par l’Allemagne. 
 

Moins « direct », l’instrument « Act in Support of Ammunition Production » (ASAP) est entré en vigueur le 25 juillet. Cette troisième voie bénéficiera d’une ligne de 500 M€ sur deux ans pour augmenter les capacités de production européennes et s’attaquera aux goulets d’étranglement par le biais de nouvelles réglementations. Un mois avant l’adoption de l’ASAP, un premier accord avait été trouvé pour favoriser les achats communs d’équipements militaires via le mécanisme de l’EDIRPA. L’Europe envisage d’y allouer 300 M€. Le sujet sera soumis au vote du Parlement européen le mois prochain.  

Sahel et EU RDC
 

Le 29 juillet, l’UE suspendait temporairement sa coopération de sécurité avec le Niger, conséquence du putsch conduit trois jours plus tôt par la garde du président Mohamed Bazoum. Un coup d’État de plus dans la région, après ceux menés au Mali et au Burkina Faso, et qui se solde par l’interruption des missions européennes EUMPM et EUCAP Sahel Niger. Cette énième crise sahélienne, sur fond d’insurrection islamiste et d’influence russe croissante, sera au centre des discussions. 

Le retrait de la mission onusienne MINUSMA, avalisé le 30 juin, suppose par ailleurs de se pencher sur l’avenir des engagements européens sur le sol malien. Le positionnement, les garanties de sécurité et la chaine médicale des missions EUTM Mali et EUCAP Sahel Mali a ainsi été évoqué en Comité politique et de sécurité de l’UE. « D’autres décisions seront prises en septembre sur la manière dont les missions de l’UE devraient être adaptées », souligne le ministère de la Défense néerlandais. 
 

Cette multiplication des crises dans le voisinage de l’Europe ne fait qu’accroître les attentes vis-à-vis de la future EU RDC. Initiée en mars 2022, cette force de réaction rapide « modulaire » rassemblant 5000 militaires devrait être pleinement opérationnelle d’ici à 2025. Après 17 mois sans avancée majeure, son opérationnalisation alimentera les prochains débats. Celle-ci suppose notamment de s’attarder sur le développement de la capacité militaire de planification et de conduite (MPCC), l’élaboration de scénarios opérationnels et le financement par l’élargissement de la définition des coûts collectifs de la FEP. La MPCC fait ainsi l’objet de lacunes en matière de personnel et de moyens de communication. Sur toutes ces questions et bien d’autres, une mise à jour est attendue à Tolède. 

La première rotation opérationnelle de l’EU RDC sera conduite par l’Allemagne en 2025. Les Pays-Bas y prendront part à hauteur d’une compagnie détachée de la 11e brigade aéromobile et d’une unité médicale rôle 1, soit environ 150 soldats. 
 

Crédits image : Bundeswehr

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...