Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Berlin porte un coup sans doute fatal au projet de char franco-allemand de nouvelle génération


BTX

Recommended Posts

https://www.opex360.com/2023/09/07/berlin-porte-un-coup-sans-doute-fatal-au-projet-de-char-franco-allemand-de-nouvelle-generation/

130mm-mgcs-2020731.jpg

Lors des débats sur le projet de Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30, des parlementaires suggérèrent de financer une solution intermédiaire pour faire le lien entre le Leclerc et la mise en service du char franco-allemand de nouvelle génération devant être issu du projet MGCS [Main Ground Combat System – Système principal de combat de terrestre], alors embourbé en raison de désaccords entre les industriels concernés. Seulement, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, s’y opposa… alors que, de son côté, Berlin venait de donner un gros coup de pouce au Leopard 2A8, la dernière version du Leopard 2 proposée par Krauss-Maffei Wegmann et Rheinmetall.

Allemagne : Leopard 2A8 pour la HEER ? - Magazine Raids

En juillet, lors d’un déplacement à Berlin pour relancer ce programme, ce dernier déclara avoir eu des « discussions franches et décisives » avec Boris Pistorius, son homologue allemand. Et d’annoncer que les états-majors allaient se consulter pour établir un « document de base » commun afin d’harmoniser leurs attentes au sujet du MGCS. Et cela, six ans après son lancement… Une nouvelle rencontre était prévue d’ici la fin de cette année pour faire le point.

Aura-t-elle lieu ? Rien n’est moins sûr… En effet, le 6 septembre, le quotidien économique allemand Handelsblatt, qui s’était déjà fait l’écho des doutes de Berlin au sujet du MGCS, a révélé que l’Allemagne venait de s’associer avec l’Italie, l’Espagne et la Suède pour développer un nouveau char de combat, décrit comme devant être le « successeur du Leopard 2″… De fait, la France se retrouve le bec dans l’eau…

Qui plus est, les pays associés à cette initiative allemande entendent demander « plusieurs centaines de millions d’euros » au Fonds européen de défense [FEDef] afin de financer le développement de ce nouveau char. En outre, des contrats auraient déjà été notifiés aux industriels concernés, avance Handelsblatt.

Ironie de l’histoire, il a récemment été rapporté que Paris envisageait d’élargir le projet MGCS à l’Italie, afin de trouver un nouvel équilibre avec l’Allemagne, celle-ci ayant agi de la même manière avec l’Espagne pour le programme SCAF [Système de combat aérien du futur].

Rheinmetall et l'Ukraine négocient sur l'achat des nouveaux chars Panther  KF51 – Eurasia Business News

Outre Krauss-Maffei Wegmann [ou KNDS] et Rheinmetall [qui, au passage, propose déjà le char KF-51 « Panther »], ce projet porté par l’Allemagne devrait réunir l’italien Leonardo [via Oto-Melara] et le suédois Saab. L’industriel espagnol n’a pas été précisé… mais il pourrait s’agir de Santa Bárbara Sistemas ou de TESS Defence.

Cela étant, l’Italie [qui envisage par ailleurs la commande de 125 Leopard 2A8] et l’Espagne [via un document intitulé « Fuerza 2035 » et publié en 2019] avaient très vite fait part de leur intérêt pour le MGCS. Mais, à l’époque, la France fit valoir qu’il était encore trop tôt pour accueillir de nouveaux partenaires dans ce programme. Aussi, les autorités italiennes avaient évoqué l’idée de lancer un projet concurrent. Quant à la Suède, elle avait demandé un statut d’observateur, comme, du reste, le Royaume-Uni.

Dans un rapport publié en 2020, le ministère allemand de la Défense, avait soutenu l’idée d’ouvrir le projet MGCS « aux autres membres de l’Union européenne et de l’Otan » ainsi qu’à « d’autres partenaires potentiels ». Et il avait dit souhaiter la participation du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de la Norvège, de la Suède, de l’Espagne et de l’Italie. Visiblement, il est presque arrivé à ses fins…

Est-ce une réponse à l’ambitieux projet d’avion de combat Rafale F5 porté par la France, perçu à Berlin comme étant un possible « plan B » pour le SCAF ?

Toujours est-il que le projet de mettre au point un successeur au Leopard 2 met en péril le MGCS, dont le char de combat n’est qu’un élément puisqu’il doit déboucher sur un « système de systèmes » dans lequel cohabiteront des blindés, des robots et des drones au sein d’un « cloud de combat ». Ce qui nécessite de développer d’autres briques « technologiques ».

« Nous avons la volonté, de toute manière, d’avoir un avenir à notre feuille de route de char de combat. C’est suivi au plus haut niveau de l’État. Et donc, là aussi, il y a des jalons […] qui nous permettront de développer des solutions alternatives si jamais on se rend compte que le programme MGCS ne se réalise pas comme prévu », avait cependant expliqué Emmanuel Chiva, le Délégué général pour l’armement [DGA], lors d’une audition parlementaire.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Rappelons une petite réalité : jamais en Allemagne on ne parle du "couple Franco-Allemand", c'est une belle illusion hexagonale, les allemands sont des gens très terre à terre, et savent bien que deux pays ont très peu de raison de se marier, et que même comme pour les mariages, le divorce est souvent l'issue ....

Mais en France on continue à parler de ce couple avec la larme à l'oeil et l'espoir qu'on pourra tout faire ensemble (et surtout mettre le pognon ensemble, histoire de réduire les deficits ...)

Clairon

  • Like 3

Le fil rouge sur le bouton rouge, le fil bleu ....

Link to comment
Share on other sites

Pour les avoir bien connu au boulot c'est "nous , nous , nous " .L'intervention des russkofs est pour eux une catastrophe mais ils s'en foutent complètement des ukrainiens c'est les accords énergétiques qui sont tombés à l'eau qui les dérangent quand à l'ouverture aux migrants soi disant par humanité alors là bref .....

Link to comment
Share on other sites

https://www.opex360.com/2023/09/08/berlin-assure-que-la-cooperation-franco-allemande-sur-le-futur-systeme-de-combat-terrestre-va-continuer/

Berlin assure que la coopération franco-allemande sur le futur système de combat terrestre va continuer

 

mgcs-130-20200731.jpg

............/............

En juillet, il fut convenu que les états-majors des deux pays allaient plancher sur une fiche d’expression commune de leurs besoins en vue d’une prochaine réunion entre Sébastien Lecornu, le ministre des Armées, et Boris Pistorius, son homologue allemand. Celle-ci doit avoir lieu le 22 septembre, à Évreux.

Seulement, ce n’est un mystère pour personne que le développement d’un char de nouvelle génération en coopération avec la France n’a pas bonne presse outre-Rhin.

Des responsables politiques ainsi que des industriels ne cachent plus leurs doutes [si ce n’est leurs réticences] à l’égard du MGCS, estimant que, au regard de la situation actuelle, un Leopard 2 modernisé ferait l’affaire, d’autant plus qu’il s’agit de faire face à une hausse significative de la demande depuis le début de la guerre en Ukraine.

Une telle approche ne peut pas satisfaire Paris, qui doit remplacer le char Leclerc à l’horizon 2035/40.

C’est dans ce contexte que le quotidien économique Handelsblatt a révélé, le 6 septembre, que l’Allemagne allait s’associer avec l’Italie, l’Espagne et la Suède pour développer un nouveau char de combat en sollicitant le Fonds européen de défense [FED], mis en place par la Commission européenne. Et d’ajouter qu’il était question d’un investissement de plusieurs centaines de millions d’euros.

En réalité, si l’Allemagne s’est associée avec les trois pays européens, qui frappaient jusqu’alors à la porte du MGCS, c’est pour répondre à l’appel à projets « Main Battle Tank Platforme Systems », lancé en juin dernier par la Commission européenne, avec une dotation de 20 millions d’euros.

« Les chars de combat restent un élément essentiel de la manœuvre militaire terrestre, en particulier dans un contexte de guerre conventionnelle. […] Néanmoins, les chars actuellement utilisés par les forces armées des États membres et celles des pays associés au FED [Norvège] sont soit vieillissants, soit obsolètes. Par conséquent, il y a une nécessité impérieuse de les moderniser ou de remplacer ceux qui approchent de la fin de leur durée de vie opérationnelle », est-il expliqué dans la présentation de cet appel à projets.

Aussi, poursuit le document, les « propositions devront porter sur les études et la conception de mises à niveau des technologies actuelles et le développement des futurs technologies de chars de combat », en prenant en compte les impératifs de « mobilité, de déployabilité, d’autonomie, de puissance de feu, de protection et de cybersécurité ».

Évidemment, au regard du MGCS, l’absence d’industriels français dans le tour de table réuni par l’Allemagne a de quoi interroger…

Et, sur ce point, deux versions s’affrontent.

Selon La Tribune, Paris aurait refusé la participation de Nexter/KNDS et de Thales pour… contester l’hégémonie allemande et préparer une offre concurrente.

Or, d’après le quotidien « Süddeutsche Zeitung », c’est Berlin qui a mis un veto à la présence de Nexter dans ce projet, ce qui aurait entraîné le « forfait » de Thales.

Quoi qu’il en soit, dans les pages de la Süddeutsche Zeitung, M. Pistorius s’est voulu rassurant. « Avec le MGCS, nous voulons développer l’un des systèmes de chars de combat les plus modernes et les plus puissants du futur », a-t-il dit. « Il est donc important que nous continuions à développer ce système d’armes pour l’avenir. L’Allemagne et la France se coordonnent étroitement sur le programme du système principal de combat principal terrestre », a ajouté le ministre. Et de conclure : le fait qu’il y ait une initiative simultanée de la Commission européenne « ne fait pas obstacle au projet franco-allemand. Bien au contraire. Les deux se complètent ».

Cela étant, et si tout est si limpide, il est tout de même curieux que, les ministères français et allemand n’aient ni l’un ni l’autre publié de communiqué pour corriger les éventuelles erreurs d’appréciation du Handesblatt… et pour réaffirmer leur volonté de faire aboutir le MGCS.

La revue spécialisée italienne RID [Rivista Italiana Difesa] qui, au passage, indique que la Belgique a aussi rejoint l’initiative allemande, a sans doute livré un bon résumé de la situation.

« Le projet du Fonds européen de défense concernant le système de chars de combat principal s’élève à 20 millions d’euros, auxquels il faudra ensuite ajouter les fonds alloués par les pays participants, pour mener à bien une revue de conception préliminaire », a-t-elle commencé par rappeler. Cette « initiative est très importante sur le plan stratégique car elle signale les difficultés toujours croissantes de l’axe franco-allemand dans le domaine militaire. […] L’Allemagne envoie donc un signal assez précis à la France concernant le char du futur, en formant un bloc, avec notamment l’Italie », a-t-elle conclu.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...