Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

La British Army a revu à la baisse les critères de sélection de ses futurs élèves officiers


BTX

Recommended Posts

https://www.opex360.com/2023/12/24/la-british-army-a-revu-a-la-baisse-les-criteres-de-selection-de-ses-futurs-eleves-officiers/

sandhurt-20231224.jpg

Au Royaume-Uni, il n’est pas nécessaire d’être diplômé de l’enseignement supérieur ou de réussir un concours après deux années de classe préparatoire pour être admis à l’Académie royale militaire de Sandhurst [RMAS], qui forme les futurs officiers de la British Army depuis 1741. Cependant, le niveau « A-level » [équivalent du baccaulauréat] est requis.

« Lorsque nous recrutons des officiers, nous recherchons des qualités plutôt que des qualifications. Vous pouvez commencer une formation pour devenir officier dès que vous quittez l’école, à 18 ans. Vous aurez la chance d’obtenir un diplôme pendant votre service, avec l’avantage supplémentaire de gagner en même temps un bon salaire », explique en effet l’armée britannique à l’adresse de ses potentielles recrues.

Cela étant, sous réserve d’être médicalement apte et de satisfaire certaines exigences, un candidat à la RMAS doit passer devant l’Army Officer Selection Board [AOSB – Comité de sélection des officiers de l’armée] qui, pendant plusieurs jours, à Westbury, le soumettra à une batterie de tests afin d’évaluer notamment sa condition physique, sa culture générale et son aptitude au commandement. Des entretiens individuels et des exercices pratiques sont également au programme.

Seulement, ayant de la peine à recruter des élèves officiers, la British Army a assoupli ses critères de sélection pour intégrer l’Académie royale militaire de Sandhurst. En effet, la semaine passée, la presse britannique a rapporté que « certains candidats » n’ayant pas satisfait totalement aux évaluations de l’AOSB allaient finalement être retenus. Cependant, ils devront faire leurs preuves durant les 44 semaines de formation qu’ils suivront après leur incorporation.

Mais cette décision fait polémique outre-Manche, certains estimant qu’elle risque de « réduire les normes » de recrutement de la British Army. Tel est le cas du colonel Hamish de Bretton-Gordon

« Depuis des générations, les officiers de l’armée britannique sont considérés comme les meilleurs au monde. Ils ont tous dû passer devant l’AOSB. […] Aussi excellente que soit [la formation] à Sandhurst, réduire les normes est un pas en arrière qui vise à faire du chiffre », a-t-il pesté dans les pages du Daily Mail.

La British Army a reconnu qu’elle avait « révisé » sa méthodologie pour la sélection de ses futurs élèves officiers. Et cela, a confié une source de la défense britannique au Telegraph, afin de permettre à l’AOSB d’évaluer « objectivement des candidats talentueux qui, autrement, n’auraient pas été retenus ».

« Nous reconnaissons que le recrutement est actuellement difficile, mais nous examinons régulièrement la façon dont nous pouvons maximiser l’immense vivier de talents qui postulent pour rejoindre » la British Army, a-t-elle confié.

Pour le colonel de Bretton-Gordon, le problème ne vient pas de critères trop restrictifs… mais de la bureaucratie du ministère britannique de la Défense [MoD]. Celui-ci « devrait se concentrer sur les lourdeurs administratives qui allongent inutilement les délais » pour l’évaluation des candidats et revoir les normes médicales, qui excluent des individus parfaitement capables », a-t-il estimé.

Pour autant, si les critères de sélection ont été revus à la baisse, il n’en reste pas moins que les « normes requises pour être diplômé de l’Académie royale militaire de Sandhurst et intégrer l’armée britannique » ne seront pas modifiées, a fait valoir le MoD.

Photo : Royal Military Academy Sandhurst / British Army

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...