Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

La Marine nationale renforce ses capacités de défense aérienne en mer Rouge avec la FREMM DA « Alsace »


Recommended Posts

https://www.opex360.com/2024/01/25/la-marine-nationale-renforce-ses-capacites-de-defense-aerienne-en-mer-rouge-avec-la-fremm-da-alsace/

fremm-da-alsace-20211122.jpg

Dans la nuit du 11 au 12 janvier, les forces américaines et britanniques ont mené un raid aérien contre l’infrastructure militaire des rebelles Houthis [soutenus par l’Iran, ndlr] au Yémen. Au total, environ soixante objectifs [radars, centres de commandement, sites de lancement de missiles et de drones, dépôts de munitions, etc.] ont été visés, avec l’objectif de dégrader leur capacité à lancer des attaques contre les navires commerciaux [exceptés ceux liés aux intérêts chinois et russes].

Seulement, cette action s’est révélée insuffisante puisque l’US Navy a dû effectuer des frappes ponctuelles afin d’empêcher de nouvelles attaques. En outre, une semaine plus tard, les forces britanniques et américaines ont de nouveau bombardé les positions houthistes, dont un « site de stockage souterrain » ainsi que des « sites de missiles et de surveillance aérienne ». Et cela, a soutenu l’US Centcom, le commandement militaire américain pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale, afin d’« affaiblir l’arsenal que les Houthis utilisent pour mettre en danger le commerce mondial et les vies de marins innocents ».

Cependant, le 24 janvier, deux porte-conteneurs exploités par la filiale américaine de l’armateur danois Maersk – le Maersk Detroit et le Maersk Chesapeake – ont été visés aux abords du détroit de Bab el-Mandeb, alors qu’ils étaient escortés par un « destroyer » de l’US Navy. Sur les trois missiles tirés vers eux, deux ont été interceptés et le dernier a manqué sa cible.

Quoi qu’il en soit, les frappes aériennes effectuées au Yémen n’entrent pas dans le cadre de l’opération « Gardien de la Prospérité », lancée en décembre par les États-Unis avec une dizaine de pays afin d’assurer la sécurité du trafic maritime en mer Rouge. Pourtant concernées, la France et l’Italie ont décidé de ne pas la rejoindre, leurs moyens déployés dans la région étant maintenus sous « commandement national ».

Pour rappel, à deux reprises, la frégate multimissions [FREMM] Languedoc a abattu des drones hostiles qui la menaçaient directement, en utilisant des missiles de défense aérienne Aster 15 [la dotation d’une FREMM est de 16 exemplaires, ndlr].

En outre, comme l’a expliqué le président Macron lors de sa conférence de presse du 16 janvier, la France ne s’est pas associée aux États-Unis et à la Grande-Bretagne pour mener des « frappes préventives » contre les Houthis afin de maintenir une « posture qui cherche à éviter toute escalade ».

Mais probablement que Paris envisage de tenir un rôle actif dans l’opération navale « ASPIS » que l’Union européenne a l’intention de lancer pour protéger le trafic maritime en mer Rouge. Pour le moment, les modalités de cette dernière restent à préciser… Cependant, il n’est pas exclu qu’elle puisse compter, entre autres, sur la frégate multimissions à capacité de défense aérienne renforcée [FREMM DA] « Alsace », laquelle vient d’arriver dans la région.

https://twitter.com/hashtag/merRouge?ref_src=twsrc^tfw|twcamp^tweetembed|twterm^1748848386634104996|twgr^3eb2eb18634f1d403d2d7a80eccf24a72fde155e|twcon^s1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.opex360.com%2F2024%2F01%2F25%2Fla-marine-nationale-renforce-ses-capacites-de-defense-aerienne-en-mer-rouge-avec-la-fremm-da-alsace%2F&src=hashtag_click

La présence de l’Alsace en mer Rouge traduit un renforcement capacitaire significatif en matière de défense aérienne, étant donné qu’une FREMM DA est dotée de 32 missiles surface-air Aster 15 ou Aster 30, d’un radar Herakles +, plus puissant que celui des FREMM « classiques », d’une conduite de tir radar et électro-optique améliorée et de moyens de communications renforcés. En revanche, elle ne dispose pas de missiles de croisière navals [MdCN].

Le déploiement de la FREMM DA Alsace « répond à la surveillance des attaques contre les navires commerciaux. C’est la contribution à toutes les initiatives dans la région, comme Prosperity Guardian », a expliqué l’État-major des armées [EMA]. Quant à la FREMM Languedoc, qui est en train d’effectuer, selon la Marine nationale, un « déploiement opérationnel à la longueur inédite », elle mènera des patrouilles dans le golfe d’Aden, où, par ailleurs, la piraterie maritime semble reprendre de la vigueur.

Outre l’Alsace et le Languedoc, la Marine nationale dispose, depuis peu, d’un troisième navire dans la zone, à savoir le nouveau Bâtiment ravitailleur des forces [BRF] « Jacques Chevallier ».

Photo : FREMM DA Alsace – Marine nationale

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

https://www.opex360.com/2024/01/28/la-fregate-alsace-a-porte-assistance-a-un-petrolier-attaque-par-les-rebelles-houthis-dans-le-golfe-daden/

La frégate Alsace a porté assistance à un pétrolier attaqué par les rebelles Houthis dans le golfe d’Aden

marlinluandan-20240128.jpg

Les rebelles Houthis, liés à l’Iran, avaient prévenu qu’ils riposteraient aux frappes menées par les États-Unis et le Royaume-Uni contre leur infrastructure militaire au Yémen, utilisée pour attaquer le trafic maritime en mer Rouge. Et ils ont mis leurs menaces à exécution.

Ainsi, ces derniers jours, les porte-conteneurs Maersk Detroit et Maersk Chesapeake, exploités par la filiale américaine de l’armateur danois Maersk, ont été visés par trois missiles alors qu’ils naviguaient aux abords du détroit de Bab el-Mandeb. Deux des trois engins ont été interceptés par le « destroyer » USS Gravely, qui se trouvait à proximité, tandis que le dernier a manqué sa cible.

En revanche, le pétrolier Marlin Luandan battant pavillon des Îles Marshall, a eu moins de chance. Appartenant à la société Oceonix Services Ltd, enregistrée au Royaume-Uni et exploités par Trafigura, ce navire a été touché, le 26 janvier, par un « missile balistique anti-navire » alors qu’il transportait du naphta, un mélange d’hydrogène liquide hautement inflammable.

Cette attaque « a été menée en soutien au peuple palestinien et en réponse à l’agression britannique et américaine contre notre pays », a revendiqué le porte-paroles des rebelles Houthis.

Seulement, un violent incendie s’est ensuite déclaré à bord du Marlin Luandan. Récemment arrivée en mer Rouge, la frégate multimissions à capacité de défense aérienne renforcée [FREMM DA] Alsace a été sollicitée pour lui porter assistance, alors qu’elle se trouvait à une centaine de kilomètres du lieu de l’incident. Elle a ensuite été rejointe par le « destroyer » américain USS Carney, puis, un peu plus tard, par la frégate Visakhapatnam de l’Indian Navy.

Ces trois navires ont « soutenu l’équipage » du Marlin Luandan « durant toute la nuit et la mantinée du 27 janvier en lui fournissant de grandes quantités d’émulseur à haute efficacité pour lutter contre ce feu d’hydrocarbures jusqu’à son extinction. Le feu a pu ainsi être maîtrisé après 20 heures de lutte », a expliqué l’État-major des armées, via un communiqué diffusé via X, anciennement Twitter. Aucune victime n’est à déplorer parmis les marins du pétrolier.

« La FREMM-DA Alsace est engagée en mer Rouge et dans le golfe d’Aden depuis le 20 janvier afin de contribuer à la sûreté maritime et à la liberté de navigation des navires soumis à la menace des Houthis », a-t-il ajouté.

Pour rappel, la France n’a pas engagé de moyens dans l’opération « Gardien de la prosperité », lancée en décembre par les États-Unis afin d’assurer la protection du trafic maritime en mer Rouge. En clair, les frégates Alsace et Languedoc [déjà présente dans la zone] restent sous commandement national.

« Il n’y a aucune subordination au partenaire américain, en revanche on a une répartition géographique intelligente des efforts et nous partageons nos informations. Nos bâtiments sont reliés entre eux de telle sorte que ce qui est détecté par l’un est vu en temps réel », a récemment expliqué le vice-amiral Emmanuel Slaars, le commandant la zone maritime de l’océan Indien [ALINDIEN] ainsi que des forces françaises stationnées aux Émirats arabes unis [FFEAU].

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...