Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Un « contrat de continuité » pour consolider la réserve


BTX

Recommended Posts

https://rh-terre.defense.gouv.fr/communautaire

Réservistes lors de leur formation initiale de réserveRéservistes lors de leur formation initiale de réserve© armée de Terre / DRHAT
 

L’armée de Terre se trouve fortement engagée dans une dynamique soutenue de doublement du nombre de ses réservistes à l’horizon 2030. Disposer d’un maillage de citoyens acculturés au milieu militaire et employables sur l’ensemble du territoire national, quelle que soit leur situation personnelle, fait partie des atouts gagnants de la réussite de la montée en puissance de la réserve et de la résilience de notre pays.

En quoi consiste ce contrat de « continuité » ?

La préservation du lien entre l’armée de Terre et un réserviste perdant temporairement sa disponibilité constitue un enjeu majeur de la robustesse de la réserve. Pouvant être souscrit à tout moment en cours de contrat ESR, le contrat de continuité offre l’opportunité aux réservistes peu disponibles pendant une période programmée ou non disponibles, de rester dans la réserve opérationnelle de premier niveau (RO1). Ce contrat, renouvelable au besoin, permet de s’adapter au mieux aux contraintes des réservistes, qu’elles soient professionnelles, familiales ou liées au tempo des études suivies par exemple. 

Comment avoir recours à un contrat de « continuité » ?

À partir du 1er mars 2024, chaque chef de corps pourra proposer à un réserviste dont la disponibilité devient conjoncturellement très limitée ou nulle de rester dans la RO1 de son unité d’appartenance, sans être soumis à des convocations et attentes relevant de son contrat dans la réserve. Le réserviste signera alors un contrat de « continuité », signé initialement pour 5 ans et susceptible d’être interrompu en vue d’une reprise sous ESR « normal ». Maintenant le lien moral du réserviste avec son unité, ce contrat prévoira un niveau d’activités cible négocié permettant de conserver certaines aptitudes (VMP à jour, habilitation à jour, recyclage IST-C…) et favorisant le retour à une activité plus dense sous ESR dès que la situation de l’intéressé le permet.

Pour plus de renseignements sur cette mesure, rapprochez-vous de votre RRH.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, schafer a dit :

Intéressant.

Mais quelle différence avec un mec qui fait déjà que 5 jours et fini non noté ?

A part garder ledit personnel dans les effectifs et se dire qu'il reviendra, ce qui n'est pas sûr pour autant même si dans ce cas, il fait la démarche de lui-même pour se mettre temporairement en attente plutôt que de rester fantôme (et risquer une radiation de contrat), je ne vois pas l'apport d'une telle mesure d'autant plus avec les nouvelles modalités de notation des personnels (20 jours sur les trois dernières années).

Mais c'est une mesure qui vient prendre en compte la spécificité du statut de réserviste, elle reste bonne à prendre (notamment pour les nouveaux chargés de familles (ceux à qui je pense en premier qui ont beaucoup de mal à conjuguer tous les engagements, mais aussi les personnes qui souhaitent faire une parenthèse dans leur vie : tour du monde, voyage long, volontariat/étude à l'étranger, etc....)

Link to comment
Share on other sites

Ma vision d'OA :

Ça nous a été présenté comme un outil de simplification de gestion qui permet de faire le tri dans les viviers des UER/UIR/USR ... Beaucoup sont dans les effectifs avec peu ou pas de jours d'activité et parfois depuis des années. D'après la loi on est censé les résilier après 3 refus mais dans les faits on garde ces fantômes. Au niveau gestion ça devient compliqué de distinguer un réserviste actif d'un passif sans s'adonner à un fastidieux travail de computation des jours + notations pour des gens inactifs. Avec le contrat de continuité on espère pouvoir basculer ces personnels dans un vivier de "réserve de la réserve" afin de simplifier la gestion sur le long terme des "fantomes" (on verra à l'usage); ils seront dans les effectifs avec une gestion allégée.

Sur le long terme c'est aussi et surtout un outil pour attendre les 100.000 réservistes pour 2030-2035, l'idée étant d'avoir un vivier mobilisable en volume, pas forcement faisant régulièrement des périodes.

  • Like 2

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Oui je voyais ça comme ça aussi : une solution pour garder les fantômes, pour faire du chiffre et si guerre il y avait, leur dire qu'ils ont pas le choix (hehe fallait rompre le contrat mon loulou).

Car la gestion des fantômes peut déjà être faite en les isolant dans des sections / groupes dédiés, ce qui permet de pas perdre de temps à les solliciter sans réponse.

Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, schafer a dit :

Oui je voyais ça comme ça aussi : une solution pour garder les fantômes, pour faire du chiffre et si guerre il y avait, leur dire qu'ils ont pas le choix (hehe fallait rompre le contrat mon loulou).

Car la gestion des fantômes peut déjà être faite en les isolant dans des sections / groupes dédiés, ce qui permet de pas perdre de temps à les solliciter sans réponse.

En pratique oui, on a nos petits tableaux Excel, mais Concerto ne permets pas d’isoler ces personnels. Du coup à chaque millésime de notation, de convocation sur SIROC ils apparaissent dans les effectifs. Sans compter les chefs qui parfois ignorent ces petits détails de gestion. Bref, ça a l’air con comme ça, mais c’est fastidieux à gérer à terme. On verra si ces contrats changeront la donne (peut être qu’ils joueront un effet d’electro-choc dans quelques cas).

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...