Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Mer Rouge : la frégate multimissions Languedoc a abattu deux drones hostiles lancés depuis le Yémen


Recommended Posts

https://www.opex360.com/2023/12/10/mer-rouge-la-fregate-multimissions-languedoc-a-abattu-deux-drones-lances-depuis-le-yemen/

fremm-languedoc-20190603.jpg

Ces dernières semaines, plusieurs missiles et drones, lancés depuis des zones contrôlées par les rebelles Houthis [soutenus par l’Iran] au Yémen, ont été interceptés et détruits par des « destroyers » de l’US Navy déployés en mer Rouge. Si, pour la plupart, ces attaques ont ciblé le sud d’Israël ainsi que des cargos et des pétroliers liés à des intérêts israéliens, il n’est pas exclu que certaines d’entre elles les aient visés sciemment, d’autant plus que, tant en Irak qu’en Syrie, des milices affiliées à Téhéran s’en prennent régulièrement aux emprises militaires américaines.

Cependant, le Pentagone n’est pas affirmatif… Toutefois, a-t-il encore fait valoir, le 4 décembre, de telles attaques « représentent une menace directe pour le commerce international et la sécurité maritime ».

Reste que, le 9 décembre, les Houthis ont amplifié leurs menaces en affirmant que si « Gaza ne reçoit pas la nourriture et les médicaments dont elle a besoin, tous les navires en mer Rouge à destination de ports israéliens, quelle que soit leur nationalité, deviendront une cible ».

C’est dans ce contexte que, ayant intégré l’initiative européenne EMASoH [European-led Maritime Awareness in the Straight of Hormuz – opération Agenor] le 1er décembre, après une escale aux Émirats arabes unis, la frégate multimissions [FREMM] Languedoc a abattu deux drones lancés depuis le Yémen.

« Le 9 décembre, la FREMM Languedoc […] a abattu deux drones qui se dirigeaient droit sur elle, en provenance des côtes du Yémen. L’interception et la destruction de ces deux menaces caractérisées ont eu lieu vers 21h30 puis vers 23h30 [heures françaises] à 110 km des côtes du Yémen, à hauteur de Al Hudaydah », a en effet affirmé l’État-major des armées [EMA]. Et d’ajouter que la frégate « opère en mer Rouge sous chaîne de commandement nationale ».

spacer.png

Cet incident fait écho aux propos qu’avait tenus l’amiral Christophe Prazuck, alors chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM], en décembre 2017. « Je pense que nous ne sommes pas loin du jour où un missile antinavire sera tiré contre un bâtiment français », avait-il en effet « prophétisé », lors d’une audition parlementaire.

L’EMA n’a pas précisé les moyens utilisés pour abattre ces deux drones [des Samad-3?]. Pour rappel, outre ses capacités de lutte anti-sous-marine, de lutte anti-navire et de frappe contre la terre, une frégate multimissions est dotée d’une tourelle de 76 mm, de deux canons téléopérés de 20 mm et, surtout, de 16 missiles surface-air Aster 15 en silos [SYLVER A-43] qui, couplés au radar multifonctions Herakles, capable de détecter et de suivre jusqu’à 400 cibles maritimes et aériennes, peut intercepter tout aéronef [avion, drone et missile de croisière] représentant une menace jusqu’à plus de 30 km de distance et à une altitude de 13 km.

Cela étant, il n’est pas exclu que la FREMM Languedoc ait utilisé son canon de 76 mm pour abattre ces deux drones.

aster-15-bretagne-20231210.jpg

En effet, lors d’un exercice effectué dans le golfe de Gascogne en septembre 2022, avec la participation du centre d’essais des Landes [CEL] de la Direction générale de l’armement [DGA], la FREMM Bretagne avait lancé un Aster 15 [photo] pour détruire un premier missile « simulé » et utilisé son canon de 76 mm pour « traiter » le second. « Des leurres électromagnétiques ayant été simultanément déployés », avait précisé la Marine nationale, à l’époque.

Reste maintenant à voir quelles seront les conséquences diplomatiques et militaires de cet incident, dont le caractère intentionnel est fortement suggéré par l’EMA…

Le 7 décembre, le conseiller adjoint à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jon Finer, a accusé le Corps des gardiens de la révolution iranien de fournir une aide aux Houthis pour « planifier et mener des attaques de missiles et de drones contre Israël et des navires en mer Rouge ».

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2023/12/10/la-fremm-languedoc-a-tire-deux-aster-15-contre-des-drones-ho-24291.html

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Ils commencent à nous emmerder ceux la ... il n’y a pas de paix possibles dans ces régions pour des décennies, il faut du temps pour éduquer des animaux !

Jusqu'à quand, les Occidentaux vont mettre sous le tapis l'ensemble de ces groupes salafistes et autres qui gangrène ces pays depuis de nombreuses années? (Qui s'incruste dans nos terres via des associations payées via nos impôts 😢)

Pauvre citoyen de ces pays merdiques, obligés de se soumettre à des fanfarons idiots et rétrogrades ....

Pauvre monde dans lequel on vit ...

  • Like 2

Je ne peux confirmer ni démentir que c'est une signature. 😶

Link to comment
Share on other sites

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2023/12/19/une-coalition-navale-pour-dissuader-les-houthis-de-frapper-e-24312.html

Une coalition navale pour dissuader les Houthis de frapper en mer Rouge

 

YEMEN-GULF-MARITIME.jpg

On attendait une annonce américaine  depuis samedi...

Il y avait urgence puisque les plus grands armateurs mondiaux ont décidé de déserter la mer Rouge et le détroit de Bab al-Mandeb. Par ce détroit stratégique qui sépare la péninsule arabique de l’Afrique, transitent 40 % du commerce mondial.

En fin de semaine dernière, le Danois Maersk, l’Allemand Hapag-Lloyd, le Français CMA CGM et l’Italo-suisse MSC avaient fait savoir que leurs navires n’emprunteraient plus la mer Rouge "jusqu’à nouvel ordre", jusqu’à ce que le passage "soit sûr". A leur tour, le géant britannique des hydrocarbures BP et le géant taïwanais du transport maritime Evergreen ont annoncé suspendre tout transit en mer Rouge à cause des attaques à répétition lancées par les rebelles du Yémen, les Houthis, qui disent vouloir punir les alliés d’Israël et les sociétés qui commercent avec l’État hébreu.

houthis_ISRAEL-.jpg

D’où la confirmation, lundi soir, par le Secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, du lancement d’une opération conjointe : "Il s’agit d’un défi international qui exige une action collective. C’est pourquoi j’annonce aujourd’hui la création de l’opération Prosperity Guardian, une nouvelle initiative multinationale de sécurité importante". Outre les États-Unis, Lloyd Austin a indiqué dans un communiqué que la France, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, l’Italie (Rome a confirmé l'envoi rapide d'une FREMM, la Virgilio-Fasan), les Pays-Bas, la Norvège, l’Espagne (mais dans le cadre de l'UE ou de l'Otan, c'est à dire en détachant un bâtiment déjà implique dans une TF)), et les Seychelles prendraient part à cette coalition et effectueraient des patrouilles conjointes dans le sud de la mer Rouge et dans le golfe d’Aden.

Quelles conséquences ?
D’abord, une hausse des coûts du transport. S’ils ne transitent plus par le canal de Suez et la mer Rouge, les navires doivent contourner l’Afrique et passer par le cap de Bonne-Espérance, ce qui va considérablement rallonger les trajets. Pour relier Rotterdam à Singapour, le détour rallonge le voyage de 40 %, passant d’à peu près 8 400 milles marins (15 550 km) à 11 720 milles (21 700 km), selon le cabinet S & P Global.

Ensuite, une hausse du prix du brut, même s’il ne s’agit pas d’un problème de production mais de transport. Les cours du pétrole se sont raffermis, lundi, sous l’effet des craintes de perturbations du transport maritime d’hydrocarbures liées à des attaques en mer Rouge. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en février a pris 1,82 %, pour clôturer à 77,95 dollars. Son équivalent américain, le West Texas Intermediate (WTI), avec échéance en janvier, a lui gagné 1,45 %, à 72,47 dollars.

Enfin, une hausse des tarifs des assurances. Tout navire parcourant cette région doit le signaler à ses assureurs. Le syndicat britannique du Lloyd’s, groupement d’assureurs qui couvrent notamment les risques maritimes, a élargi vers le sud, lundi, la zone considérée comme à risque en mer Rouge. Selon le site The Insurer, les tarifs pour couvrir les cargos désireux d’emprunter ce parcours qui mène au canal de Suez vers le nord ont été décuplés avec la multiplication des tirs attribués aux Houthis.Certains armateurs, plus inquiétés par des tentatives d’abordage que par des tirs de missiles houthis, ont déjà fait embarquer des équipes de protection armées.

Risques d’affrontements
La nouvelle opération conjointe baptisée Prosperity Guardian a été placée sous le commandement de la Task Force 153, chargée de la sécurité maritime en mer Rouge et dans le détroit de Bab al-Mandeb. Cette TF 153 a été créée en avril 2022 ; elle regroupe 39 pays dont l’Égypte qui en assure le commandement actuellement. Son commandement est à Bahreïn.

FILES-languedocjpg.jpg

Austin n’a, toutefois, donné aucun détail sur les forces qui seront engagées dans cette mission. Des destroyers lance-missiles américains mais aussi une frégate française (la FREMM Languedoc) et une frégate britannique, sont déjà sur place et ont prouvé leur efficacité. On attend la liste des moyens nationaux qui seront mis à sa disposition.

A priori la mission internationale est dissuasive, ce déploiement de forces navales devant convaincre les Houthis de ne pas s’en prendre à des navires de commerce.

Mais il existe un risque d’escalade si les frappes houthis se poursuivent, à coups de drones armés et de missiles. Certes, les frégates de défense aérienne sont en mesure de contrer ces attaques. Mais la recrudescence éventuelle des attaques pourrait convaincre les pays engagés dans Prosperity Guardian de lancer des frappes en territoire yéménite, sur les sites de lancement des missiles des Houthis. Ces derniers avaient déjà prévenu, vendredi, que toute initiative offensive déclencherait une riposte aux "conséquences désastreuses", selon un responsable houthi à la chaîne de télévision Al Mayadine.

"Même si l'Amérique mobilise le monde entier, nos opérations militaires ne s'arrêteront pas (...) quels que soient les sacrifices que cela nous coûte", a déclaré, ce mardi,  Mohammed al-Bukhaiti, un haut responsable des Houthis, sur le réseau social X. Il a ajouté que ces attaques s'arrêteraient seulement "si Israël cesse ses crimes et que la nourriture, les médicaments et le carburant parviennent à la population assiégée", de la bande de Gaza.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

https://www.opex360.com/2024/03/09/les-forces-francaises-ont-detruit-quatre-drones-lances-contre-la-fregate-alsace-depuis-le-yemen/

Les forces françaises ont détruit quatre drones lancés contre la frégate « Alsace » depuis le Yémen

 

 

Depuis la mi-janvier, les forces américaines et britanniques ont mené quatre séries de frappes aériennes contre l’infrastructure militaire des rebelles Houthis [liés à l’Iran] au Yémen.

Pour autant, ceux-ci continuent de s’en prendre régulièrement au trafic maritime dans les environs du détroit de Bab el-Mandeb [mer Rouge] et dans le golfe d’Aden. Ce qui interroge sur leur résilience et, surtout, sur la taille de leur arsenal…

Alors que, pour justement garantir la liberté de navigation dans la région, deux opérations navales disctintes ont été lancées par les États-Unis et l’Union européenne, à savoir « Gardien de la prospérité » et EUNAVFOR Aspides, les attaques lancées par les houthis ont des conséquences de plus en plus graves.

Ainsi, dans la nuit du 1er au 2 mars, abandonné par son équipage après avoir été gravement endommagé par des missiles deux semaines plus tôt, le vraquier Rubymar, battant pavillon du Belize, immatriculé au Royaume-Uni et exploité par le Liban, a fini par couler, avec une cargaison de 22’000 tonnes d’engrais à base de phosphate d’ammonium et de sulfate. En outre, cette attaque aurait indirectement endommagé… des câbles sous-marins.

« Nous estimons actuellement que les dégâts aux câbles sous-marins […] sont le résultat de l’attaque au missile lancée par les Houthis le 18 février contre le Rubymar, qui a coulé depuis. […] Cette attaque a contraint l’équipage à jeter l’ancre et à abandonner le navire. Les premières évaluations montrent que l’ancre a vraisemblablement, en raclant les fonds, sectionné les câbles sous-marins qui fournissent des services de communication et des services Internet au monde entier », a en effet affirmé le Pentagone, le 7 mars.

Un jour plus tôt, battant pavillon de la Barbade et exploité par la compagnie grecque Third January Maritime Ltd, le vraquier MV True Confidence a aussi été touché par au moins un missile tiré depuis le Yémen par les Houthis… Et, pour la première fois, une telle attaque a fait des victimes. « Le missile a touché le navire et l’équipage a fait état de trois morts, d’au moins quatre blessés, dont trois sont dans un état critique, et de dégâts importants », a en effet indiqué l’US Centcom, le commandement militaire américain pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale.

Dans le même temps, il ne se passe pratiquement pas un jour sans qu’il ne soit fait état de l’interception de missiles et de munitions téléopérées – voire désormais de drones de surface et de drones sous-marins – dans le cadre des opérations « Gardien de la prospérité » et « Aspides ».

spacer.png

La semaine passée, engagées sous la bannière de l’UE, la frégate de défense aérienne italienne Caio Duilio a ainsi connu son baptême du feu en abattant un drone hostile avec son canon de 76 mm. Même chose pour la frégate allemande Hessen, malgré quelques problèmes…

Malgré les frappes contre leurs dépôts d’armes et la présence accrue de navires militaires dans la région, les Houthis ont été en mesure de lancer une nouvelle attaque à « grande échelle, dans la nuit du 8 au 9 mars.

Selon leur porte-parole, Yahya Saree, deux opérations « distinctes » ont été menées : l’une contre le vraquier Propel Fortune, dans le golfe d’Aden, l’autre contre un « certain nombre de navires de guerre américains ». Pour la seconde, a-t-il précisé, « 37 drones » ont été lancés.

 

Ce chiffre est-il exagéré ?

Toujours est-il que, via un communiqué diffusé ce 9 mars, l’US Centcom a fait savoir que 15 engins de ce type ont été abattus par les « navires et les avions de la marine […] de la coalition ». Et d’ajouter, sans plus donner plus de détails : « Ces mesures ont été prises pour protéger la liberté de navigation et rendre les eaux internationales plus sûres et plus sécurisées ».

En tout cas, il s’agit de la seconde attaque de grande ampleur lancée par les Houthis, après celle du 9 janvier dernier, au cours de laquelle 18 drones et 3 missiles avaient été interceptés par l’US Navy et la Royal Navy [qui avait déployé, à l’époque, le « destroyer » HMS Diamond].

Cela étant, dans la suite de ces évènements, le M/V True Confidence a de nouveau été visé par les Houthis.

20220405_FS%20Alsace%20flag%20OTAN1_NP_%

En effet, via un communiqué publié ce 9 mars, l’État-major des armées a fait savoir que, dans le golfe d’Aden, la frégate multimissions à capacité de défense aérienne renforcée [FREMM DA] « Alsace », engagée dans l’opération Aspides, a détecté quatre drones qui se dirigeaient vers elle « en vol tactique ». Ces engins ont « tous été détruits en légitime défense par la frégate et des chasseurs français ».

Et d’ajouter : « Cette action défensive a directement contribué à la protection du cargo True Confidence […] frappé le 6 mars dernier et en cours de remorquage, ainsi que d’autres navires de commerce en transit dans la zone ».

 

L’EMA n’a pas précisé les moyens utilisés pour détruire ces quatre drones hostiles. Pour rappel, une FREMM DA est dotée de missiles surface-air Aster 15 et Aster 30 [32 au total] ainsi que d’un canon de 76 mm. A priori, les deux systèmes ont été utilisés, à en juger par les photographies diffusées via X [anciennement Twitter].

Quant aux « chasseurs » évoqués dans le communiqué, il s’agit très vraisemblablement de Mirage 2000-5 de l’Escadron de chasse 3/11 Corse, basé à Djibouti. Ces appareils sont équipés de 2 canons DEFA 554 de 30 mm et de missiles air-air MICA.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...