Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Les exportations allemandes d’équipements militaires ont atteint le niveau record de 11,7 milliards d’euros en 2023 (et en même temps....)


BTX

Recommended Posts

https://www.opex360.com/2023/12/28/les-exportations-allemandes-dequipements-militaires-ont-atteint-le-niveau-record-de-117-milliards-deuros-en-2023/

leopard2a7-20230203.jpg

En octobre 2021, l’accord trouvé par les sociaux-démocrates [SPD], les libéraux [FDP] et les écologistes [Bündnis 90/Die Grünen] pour former l’actuelle coalition gouvernementale allemande, emmenée par Olaf Scholz, avait insisté sur la nécessité de « durcir » les règles en matière d’exportation d’équipements militaires, y compris au niveau de l’Union européenne, en y associant les autres États membres.

Cette année-là, le montant total des autorisations accordées par le gouvernement de la chancelière Angela Merkel à la base industrielle et technologique de défense [BITD] allemande pour exporter du matériel militaire avait atteint le niveau record de 9,35 milliards d’euros.

En 2022, les exportations d’équipements militaires de facture allemande enregistèrent un léger recul, celles-ci s’étant tout de même élevées à 8,35 milliards d’euros, dont un quart concernait les cessions d’armes [système de défense aérienne IRIS-T SLM, blindés Guepard, obusiers PzH2000, munitions, etc.] à l’Ukraine.

Cela étant, selon des données communiquées par le ministère allemand de l’Économie en réponse à une question d’une députée, le gouvernement de M. Scholz a approuvé des exportations d’armes pour une valeur totale de 11,71 milliards d’euros entre le 1er janvier et le 12 décembre 2023. Soit un résultat en hausse de 25% par rapport au niveau « record » constaté deux ans plus tôt.

Près de 90% des licences d’exportation concernent des pays de l’Union européenne et/ou de l’Otan, ainsi que des États proches de ces deux organisations, comme le Japon, l’Australie, la Corée du Sud et, évidemment, l’Ukraine [pour 4,15 milliards d’euros, soit un tiers des licences accordées, ndlr].

Outre l’Ukraine, les principaux clients de la BITD allemande sont la Norvège [1,2 milliard d’euros], la Hongrie [1,03 milliard], le Royaume-Uni [654,9 millions], les États-Unis [545,4 millions] et la Pologne [327,9 millions]. On notera que la France ne figure pas dans ce peloton.

Par ailleurs, des licences d’exportation ont été accordées, pour une valeur de 1,18 milliard d’euros au total, à Israël, aux Émirats arabes unis et… à l’Arabie Saoudite. Bien que, s’agissant de cette dernière, les montants soient modestes [13,3 millions d’euros], cela tend à montrer que l’actuel gouvernement allemand n’a pas d’opposition de principe à lui vendre du matériel militaire… alors que, dans le même temps, il s’oppose à livraison d’au moins 48 avions de combat Eurofighter Typhoon à la Royal Saudi Air Force [RSAF], dans le cadre d’un contrat soutenu par le Royaume-Uni.

Ce véto allemand a conduit Riyad à solliciter Dassault Aviation, avec l’idée d’acquérir 54 Rafale. Ce dossier a certainement pu avancer lors de la récente visite à Paris du prince Khalid bin Salman bin Abdulaziz, le ministre saoudien de la Défense.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...