Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

RETEX PMD ENSOA (octobre 2023)


Recommended Posts

Bonjour, bonsoir,

Actuellement candidate EVSO, j’ai été amenée il y a peu à effectuer une PMD à l’ENSOA et voici mon RETEX. Bonne lecture !

DIMANCHE

Une navette surprise nous attend à la gare de Saint-Maixent pour nous amener à l’ENSOA. Nous sommes alors répartis dans deux PM différentes, la mienne étant constitué de 29 stagiaires dont 2 féminines, un des candidats ne s’étant jamais manifesté. La soirée est calme et se ponctue uniquement d’un cours sur les grades, simple révision pour la plupart d’entre nous.

LUNDI

La journée est à peu de choses près aussi calme que la veille avec un réveil syndical à 6h tapante au son du clairon. On découvre l’ordre du toit et l’OS, on passe en vitesse à la vitesse médicale (une simple feuille avec à peine dix questions à remplir et un test de grossesse pour les féminines) et surtout on reçoit notre paquetage ! Il était temps… On faisait bien tâche à l’ordinaire lors du petit-déjeuner en civil, cela dit on se distingue encore par nos « magnifiques » chapeaux de brousse. L’après-midi, certains perçoivent de l’armement (PAMAC 50, MAG 58, HK 416, lance-roquette) qu’on passera plusieurs heures à découvrir, monter et démonter. On découvre aussi notre chant de section (Nos Anciens du Liban) sur lequel on s’entraînera à chanter dès qu’une micro-pause se présentera.

MARDI

Les choses sérieuses commencent ! Au programme, parcours d’obstacles ! Après un bel échauffement à coups de relais et de burpees, on découvre les obstacles bas. Les féminines aussi peuvent s’entraîner sur tous (avec l’aide du sergent pour ma part, autrement je serais encore dans la fosse), mais 4 de ces obstacles ne sont pas pris en compte lors des évaluations (planche irlandaise, fosse, mur, gué). Dans l’ensemble, ce n’est pas clairement pas simple mais aucun de ces obstacles n’a l’air insurmontable.

L’après-midi, nous percevons chacun un HK 416 et on s’entraîne au chargement, à la visée, au déchargement, on découvre les règles de l’ISTC mais toujours sans tirer. On commence aussi à chanter en marchant et personnellement je trouve ça plus simple mais au vu des difficultés chez certains qui relèvent presque de la psychomotricité, ce n’est pas un avis partagé par tous. On en aura pourtant passé des heures à marcher au pas… Au passage, les rangers commencent à se faire sentir…

MERCREDI

On commence la journée par le lever des couleurs en chantant la Marseillaise puis on enchaîne sur une séance de sport avec un petit footing de 35-40mn, des accélérations, du renforcement musculaire et du grimper de corde. On nous dispense ensuite un cours expéditif sur le renseignement et les différents véhicules de l’armée française puis on découvre l’OS en pas de gymnaste, vraiment sympa et pour le coup très facile à suivre, le simple fait de crier « 3, 4 » motive énormément.

L’après-midi, la partie tant attendue de la PMD arrive : le terrain. Après avoir perçu notre petit paquetage (rations et red guns), on s’envole pour Avon où nous sommes répartis en trois groupes et alternons les ateliers : ramper jusqu’à une planque et identifier des véhicules avec jumelle, C4, orientation avec boussole. On installe ensuite notre campement avec des bâches dans la forêt mais finalement l’adjudant décidera de nous faire dormir dans les granges au vu de la météo terriblement peu clémente (à l’image de celle que l’on a eue toute la semaine). La soirée est de loin la plus tranquille de la semaine avec un dîner bien costaud mais la nuit à même le bitume à alterner les tours de garde en binôme sera quant à elle bien moins reposante.

JEUDI

Après une nuit pour le moins compliquée, le réveil est encore pire. Le sergent n’est clairement pas de bonne humeur après qu’un des gars (qui ne l’avait pas reconnu) lui ait sorti « File-moi ta lampe pour que je retrouve mon gun », ledit « gun » étant à toujours garder sur soi, et il nous le fait savoir. On enchaîne les punitions jusqu’à l’arrivée des véhicules. A jeun, contusionnés comme jamais et avec peu de sommeil à notre actif, c’est vraiment difficile. Heureusement, on nous accorde une pause de 40mn en guise de REMEC, du jamais vu, avant de nous envoyer faire de la course d’orientation relativement tranquille qui nous permettra surtout de mieux découvrir l’étendue de l’école. Aussi inattendu que cela puisse paraître, on a aussi eu une présentation des assurances et mutuelles militaires par Allianz.

L’après-midi, nous avons l’occasion de découvrir le SITTAL. Faute de pouvoir s’entraîner au tir au HK (manque de munitions et de bouchons d’oreilles), on enchaîne les scénarios de tir avec le bon vieux FAMAS, clairement la meilleure activité de la semaine. Mais c’est aussi le moment de rendre les paquetages, exception faite des rangers et d’un treillis propre à garder pour la cérémonie du lendemain. Au passage, concernant les cérémonies, ce soir-là avait lieu la remise de galons chez une promotion. C’était vraiment sympa de voir tous ces uniformes de sortie.

On nous libère dès 19h le soir, ils ont dû voir à quel point on était épuisés mais on profite de ce temps en plus pour s’entraîner à nouveau à chanter

VENDREDI

Le séjour touche à sa fin. La matinée est dédiée aux TIG à fond, aussi bien dans le bâtiment que sur la place d’armes (qu’est-ce-qu’on aime ramasser les feuilles mortes en plein automne) puis après un dernier entraînement à l’OS et au chant, c’est enfin l’heure de la cérémonie de fin devant le lieutenant-colonel puis celle de rendre le treillis. Un dernier repas à l’ordinaire en civil, comme à notre arrivée et la boucle est bouclée. Nous voilà en route à marcher sous la pluie mythique de Saint-Maixent direction la gare avec, on l’espère tous, un retour dans les prochains mois.

 

Dans l’ensemble, les cadres nous ont vraiment ménage, l’idée n’étant pas de nous dégoûter. Si on avait dû faire des pompes ou du gainage à chaque fois qu’un gars était en retard ou avait son col mal mis, on y serait encore. A noter quand même que dès qu’on vous demande de faire ou d’aller chercher quelque chose, c’est forcément en courant. Tu marches, tu es mort.

Le programme aura été complet et intense, les cadres essayant de nous en montrer un maximum en peu de temps et de nous inculquer les bases les plus rudimentaires. D’après les dires du sergent « Si vous n’êtes pas épuisés à la fin de la semaine, je n’aurai pas rempli ma mission ». Soyez rassuré sergent, nous sommes tous morts.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Splendide !, il y a quelques coquilles orthographiques mais ton enthousiasme est réel et merci pour cet effort rédactionnel qui renseignera bien des jeunes candidats .Tu es dans une très bonne voie pour l'admission continue de travailler ton parcours .L'accessit se mérite et tu as de nombreux atouts ..Fonce ! maths anglais sport , les tests psychos et les entretiens .Tout se travaille en amont .

https://www.amazon.fr/Sous-officier-larmée-Tout-en-nationale-2023-2024/dp/2759052125/ref=sr_1_3?qid=1698694562&refinements=p_27%3AMARC+DALENS&s=books&sr=1-3

Si tu peux le passage par la Réserve est un plus ...

Et n'oublie jamais que tu es en concurrence avec d'autres aussi méritants mais qui ne font pas de retex.👌 tu en es ou niveau académique ?

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...