Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Formation FMIR juillet 2024


Recommended Posts

Bonjour, cet été j’effectue une FMIR, mais depuis 4 semaines j’ai une légère tendinite au pied, l’inflammation est terminée depuis bien 3 semaines mais je n’ose pas trop recourir beaucoup ( je ne fais que 3km sans douleurs histoire de me rassurer). Et donc je me demandais si la FMIR était très exigeante sportivement au niveau de la course à pied et surtout je voudrais savoir si vous aviez des solutions pour justement limiter les dégâts sur mon pied et éviter de rentrer chez moi au bout de 3 jours par blessure.

je demande cela au cas où car ma blessure aura peut-être guéri d’ici à 3 semaines sachant que je ne ressens rien en marchant et en courant à faible allure. 
 

voilà, j’espère que quelqu’un pourra m’apporter une réponse ! Merci 

doubleA

Link to comment
Share on other sites

pour avoir connu une reprise sportive avant une formation je te conseille quelques petits trucs

- renseigne toi auprès d'un kiné pour éviter la rechute et être conseillé sur ta reprise du sport

- remet toi progressivement et doucement au sport : augmente peu à peu l'intensité et la longueur de tes exercices pour éviter la blessure. L'important c'est d'être actif avant le début de la FGI-R pour éviter un changement de rythme trop important et une blessure.

- prépare de quoi tenir avant la formation : anti-douleurs, crème anti inflammatoire, straps...

 

Si c'est une petite tendinite, 3 semaines de repos + 3 semaines de reprise progressive ça devrait le faire ! Vas-y mollo lors du sport et des autres activités. Mieux vaut être moyennement classé et terminer la formation que se donner à fond et se faire éjecter au bout d'une semaine pour cause de blessure.

Mais si ça peut te rassurer, les FGI-R ne sont pas connues pour leur rythme intense en sport...

 

Bon courage ! 

 

 

Link to comment
Share on other sites

D’accord, merci pour ta réponse. Je vais faire comme tu m’as dit. J’ai déjà couru 3 km sans problème, et à chaque séance, je vais augmenter de 1 km sans trop forcer, en croisant les doigts !

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

6 minutes ago, DoubleA said:

je vais augmenter de 1 km sans trop forcer, en croisant les doigts !

exactement ! fais aussi du renforcement musculaire pour ta cheville (tu as plein de tutos sur youtube) et des étirements. ça aide

Link to comment
Share on other sites

Bonjour. Pour la FMIR/FGI-R, c'est exigeant physiquement. On te laissera te reposer au moins 6 heures pour les nuits, un petit-déjeuner, déjeuner, diner et tu auras des douches. C'est pas une FGE-R/CAME-CATE donc ton corps aura le temps de récupérer.

Tu auras des marches, des bivouacs tactique et du recadrement (en gros ramasser... j'en sais rien si c'est au programme mais je crois que l'on y a tous eu droit dans toutes nos classes, actifs comme réservistes). Pour du footing, l'important est de garder de vue tout tes camarades, c'est pas une course. Le parcours d'obstacle c'est à ton niveau mais c'est évalué malgré tout donc le plus vite possible.

Si ta condition physique ne te permet pas des exercices physiques intenses alors contacte ta compagnie de réserve et dis leur que tu ne peux pas y aller avec un justificatif médical. Normalement, il y a deux FMIR/FGI-R organisé dans l'année, tu prendras la suivante. Je te conseille une montre résistante à la boue, poussière et l'eau.

Si tu n'es pas sportif, je te conseille de renforcer ta musculature, faire des footing avec un sac à dos à 5, 10 puis 15 kg et t'exercer petit à petit ton corps à de forte pression comme du poids très lourd mais pas non plus à te blesser !

Enfin, si tu participe à ta FMIR/FGI-R alors n'hésite pas à parler avec tes encadrants. Ils étaient à la même place que toi. Si tu leur caches tes défauts et tes faiblesses, alors tu ramassera mais si tu demandes à apprendre alors ils t'apprendront. Si en revanche cela se répète encore et encore... alors tu ramassera.

Hors-sujet Si tu veux éviter le plus que possible l'effort physique et les pertes de temps alors je te conseille d'organiser ta musette. À apprendre à rouler (le ranger roll) tes vêtements dans la musette afin de consommer le moins d'espace que possible tout en mettant le plus que possible d'affaire dedans (N'OUBLIE PAS TA PARKA ET TON GILET DE COMBAT), à prendre une pochette molle (normalement, tu en as déjà deux sur les cotés latéraux de ta musette mais tu peux en acheter d'autres dans le civil et les attacher sur le front de ta musette) pour ta trousse de toilette avec cube de savon, brosse à dent, rasoir, miroir, coupe-ongle, gant de toilette et baume à lèvre. Une autre pochette molle pour le tactique dans lunette balistique, BAB, un gant de toilette pour le nettoyage du FAMAS, une brosse à dent pour le nettoyage du FAMAS, gants de combat, piles AA et ta lampe frontale. Bien sur, tu alourdis ta musette donc tu dois être capable de porter et courir avec ta musette et le poids que tu lui confère ! Achète toi un cahier et un stylo, n'hésite pas le soir à ré-écrire ce que tu as appris et à "dessiner" des scénarios qui appliqueront tes connaissances comme le combat. Et achète toi un sac étanche pour le linge sale, en bivouac à mettre des vêtements plein de terre et de boue dans ta musette, c'est pas chouette... Si tu peux t'acheter un mémento, c'est parfait !

N'hésite pas à m'écrire si tu veux en savoir plus ou d'éventuelles questions.


Respectueusement.

 

Link to comment
Share on other sites

D'accord, merci pour toutes ces précisions ! Au niveau de ma condition physique, je suis plutôt bien : je cours souvent (moins à cause de ma blessure) et je n'ai aucun problème au niveau de la musculation. En gros, sportivement, je suis bon, sans soucis particuliers. Je m'inquiète juste pour ma blessure au talon. Même si je ne la ressens plus, j'ai peur qu'elle revienne lors d'un footing, car je ne m'inquiète pas trop pour les marches. D'ailleurs, l'allure est-elle soutenue pendant un footing, ou mon pied pourra-t-il supporter cette activité ?

Link to comment
Share on other sites

Je pense le plus lourd que j'ai du soulever est ma musette et un pneu d'hélicoptère avec d'autres recrues. Ensuite, une recrue sur mon dos à courir un aller-retour sur une courte distance et une musette bien chargé pour le combat en foret et le bivouac tactique sur 10 KM de marche en foret. Enfin, une recrue qui avait carrèment la jambe cassé mais à continuer la FGI-R/FMIR donc je l'ai porté avec l'aide d'une autre recrue pendant le footing et quelques tours d'un stade. J'ai aussi ramasser avec ma musette bien chargé.

Je suis d'accord avec le post précédent, achète toi des médicaments, des pansement et de la crème hydratante contre la douleur, les ampoules, les inflammations, contre les maladies de peau, les coups de chaleur... Basiquement, toutes les pathologies que tu peux rencontrer dans un bivouac dans le civil. Apprend à te masser et à reposer ton corps. Pendant les courtes périodes de repos (minutes à une heure), tu peux en profiter pour te reposer et soigner les bobos. Accumule pas les bobos sur les bobos, par mon expérience, sa chauffe à la fin. J'ai en générale une trousse molle pour le secourisme (SC1 et PSC1) et des médicaments pour la bobologie sur ma musette pour les sorties terrains.

Dans ta musette, tu as normalement un sac d'hydratation et un sac pour recouvrir la musette pendant la pluie, sers-toi en. Au moins, qu'en patrouille en foret, tu fais pas une blessure sous le poids de ta musette.

L'allure pendant ta FMIR/FGI-R est comme le décidera tes encadrants. Il est possible que tu peux te blesser donc échec à la FMIR/FGI-R alors repose toi bien, prépare toi et soigne ta jambe. Ou alors tu continues la FMIR/FGI-R avec une jambe cassé et tu gardes ta souffrance pour toi.

Edited by Derkyk
Link to comment
Share on other sites

Ok, merci pour ces renseignements qui me seront d'une aide précieuse. J'effectue ma formation le 8 juillet, ce qui me laisse encore plus de temps pour reposer et réadapter mon pied à courir. Je vous donnerai des nouvelles à la fin de la formation pour vous dire si tout s'est bien déroulé.

Merci,
DoubleA

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Derkyk a dit :

et tu auras des douches

Nous on a eu le droit qu'à un tuyau d'arrosage (donc eau froide) derrière une bâche pour toute la section et encadrement, quand il fait chaud ça va ça passe, sinon on a pas très envie d'y aller en général (certains n'y sont pas aller de toute la formation, c'est honteux)

Link to comment
Share on other sites

26 minutes ago, Charles Kahn said:

Nous on a eu le droit qu'à un tuyau d'arrosage (donc eau froide) derrière une bâche pour toute la section et encadrement, quand il fait chaud ça va ça passe, sinon on a pas très envie d'y aller en général (certains n'y sont pas aller de toute la formation, c'est honteux)

Si les encadrants ont subi les mêmes conditions que vous, alors c'est correcte. Autrement, c'est du rabaissement et c'est sanctionnable. On sait tous que les conditions de la guerre sont rudes et bien que l'hygiène est non négociable, on aura pas une baignoire pour nous laver. Sa me rappelle le stage Commando que j'ai regardé sur Youtube...

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Certains conseils ou affirmations sont ... assez surprenants pour rester soft.

S'entraîner à courir avec un sac à dos jusqu'à 15kg pour une FGI-R ? Intérêt ? Ah oui se blesser sûrement.

Le "ramassage" est interdit, et en FGI-R sans rigoler ... on a pas le temps pour ces bêtises. Apres si faire 10 pompes pour se réchauffer vous appelez ça du "ramassage" ... 

Les conditions de vie entre cadre et stagiaire qui doivent être les même ? Non mais vous revez ou bien ? C'est qui ceux qui doivent apprendre ? Vous pensez que les cadres en stage commando font dodo dehors avec les stagiaires et ne mangent pas pendant 4 jours ? 

  • Like 4
Link to comment
Share on other sites

On 6/22/2024 at 6:18 AM, schafer said:

Certains conseils ou affirmations sont ... assez surprenants pour rester soft.

S'entraîner à courir avec un sac à dos jusqu'à 15kg pour une FGI-R ? Intérêt ? Ah oui se blesser sûrement.

Le "ramassage" est interdit, et en FGI-R sans rigoler ... on a pas le temps pour ces bêtises. Apres si faire 10 pompes pour se réchauffer vous appelez ça du "ramassage" ... 

Les conditions de vie entre cadre et stagiaire qui doivent être les même ? Non mais vous revez ou bien ? C'est qui ceux qui doivent apprendre ? Vous pensez que les cadres en stage commando font dodo dehors avec les stagiaires et ne mangent pas pendant 4 jours ? 

L'intéret de courir avec un sac à dos à 15 kg ? Un militaire doit être capable de porter sa musette chargé et prête pour un bivouac et le combat. Il doit au moins faire 10KM avec sa musette.

Se blesser ? On frôle la pleurnicherie, si vous voulez pas vous blessez ni tombez malade, ne venez pas dans l'armée !  

Et enfin, on est pas en stage commando ni en FGE-R... on est en FGI-R. Même en bivouac, nos encadrants étaient avec nous...

On 6/22/2024 at 6:18 AM, schafer said:

Certains conseils ou affirmations sont ... assez surprenants pour rester soft.

S'entraîner à courir avec un sac à dos jusqu'à 15kg pour une FGI-R ? Intérêt ? Ah oui se blesser sûrement.

Le "ramassage" est interdit, et en FGI-R sans rigoler ... on a pas le temps pour ces bêtises. Apres si faire 10 pompes pour se réchauffer vous appelez ça du "ramassage" ... 

Les conditions de vie entre cadre et stagiaire qui doivent être les même ? Non mais vous revez ou bien ? C'est qui ceux qui doivent apprendre ? Vous pensez que les cadres en stage commando font dodo dehors avec les stagiaires et ne mangent pas pendant 4 jours ? 

L'intéret de courir avec un sac à dos à 15 kg ? Un militaire doit être capable de porter sa musette chargé et prête pour un bivouac et le combat. Il doit au moins faire 10KM avec sa musette. 15kg pour certains c'est quelque chose mais avec de l'entrainement régulier, c'est accessible. 

Se blesser ? On frôle la pleurnicherie, si vous voulez pas vous blessez ni tombez malade, ne venez pas dans l'armée !  

Et enfin, on est pas en stage commando, ni en FGE-R ! On est en FGI-R. Même en bivouac tactique, nos encadrants étaient avec nous... Je vous rappelle que les recrues étaient hier des civils !

Edited by Derkyk
Link to comment
Share on other sites

Je suis d'accord avec schafer, absolument aucun intérêt de courir 10km avec 15kg sur le dos pour une fmir, à part pour se blesser, même pour un futur engagement dans l'active je ne le conseillerai pas, sauf pour des personnes déjà très entraînées de base. 

Lors de ma fmir sur une 30aine il y avait moins d'un tiers dépassant les 4 tractions, je ne vous fais pas un dessin quant à la course à pied... résultat? tous ont été retenus. 

Le niveau physique vient progressivement. 

Link to comment
Share on other sites

4 hours ago, Charles Kahn said:

Je suis d'accord avec schafer, absolument aucun intérêt de courir 10km avec 15kg sur le dos pour une fmir, à part pour se blesser, même pour un futur engagement dans l'active je ne le conseillerai pas, sauf pour des personnes déjà très entraînées de base. 

Lors de ma fmir sur une 30aine il y avait moins d'un tiers dépassant les 4 tractions, je ne vous fais pas un dessin quant à la course à pied... résultat? tous ont été retenus. 

Le niveau physique vient progressivement. 

Oui le niveau physique vient progressivement. C'est ce que j'ai écris non ? S'entrainer petit à petit pour être capable d'atteindre cette performance. L'intérêt est que vous devez être capable de courir avec votre musette bien chargé sur 10KM. C'est pas non plus une course à qui va arriver le premier... Et 15kg c'est je pense le maximum que vous pouvez avoir dans votre musette et encore si vous êtes du genre à tout mettre dans votre musette. Enfin, courir 10km avec 15kg, c'est que tu dois être capable de faire idéalement, pas que tu vas le faire tous les jours, mais si on vous demande de le faire alors en avant... Pour mon expérience, j'ai couru avec le TRPP 13, le casque, le SMB et le FAMAS sur 7km alors que je n'étais censé être que l'équipe astreinte et balancé une ou deux grenades factices sur les actifs... 

 

Enfin, je vous encourage à vous regarder seulement et uniquement comme des militaires professionnels et responsables et ne pas vous diviser en actif et réserviste et encore moins des civils dans vos esprits, me dire dans votre FMIR sur une 30e... désolé mais ce n'est pas une excuse pour vous et pour les autres. S'engager dans l'armée est une grande responsabilité (quelque soit vos motivations) et un grand honneur ! Comme me le dit mon CDU, vous avez des devoirs d'engagement envers la réserve et de dépassement de soi.

 

J'en ai vu des réservistes qui ne peuvent épauler le FAMAS pour effectuer le tir au point qu'ils ont passé toute la matinée pour s'accommoder et réussir le tir l'après midi et d'autres qui ne peuvent faire du gainage, des pompes, des tractions et faire un footing de 10 km sans aucun poids sauf leur corps sur les 2 jambes. Ils sont partis travailler avec des actifs sur le terrain, non seulement ils se sont blessés mais en plus ont eu droit à du rabaissement et des mauvaises histoires avec les actifs. J'ai personnellement écouter lors d'une soirée un capitaine se plaindre des performances d'un réserviste et qu'il n'a rien à faire dans l'armée mais puisque l'armée n'arrive pas à fidéliser ses militaires....etc etc etc pendant 10 minutes... J'ai littéralement assisté à un sergent qui a essayer de pousser un réserviste hors de l'armée par du harcèlement et du ramassage gratuit car il est maigrichon et étudiant, sa seule faute est d'avoir raté un footing de 10 km avec la section.

 

Améliorer vous physiquement et entrainer-vous, c'est d'abord pour vous et pour les autres et d'éviter les blessures car sur le terrain, vous découvrez ce nouvel effort physique alors que mince... vous pensez pas que c'était possible de faire ça. C'est idiot dit comme ça mais sa arrive tout le temp chez moi qu'un réserviste se blesse et m'explique que c'est la première fois qu'il fait cette effort physique. Si vous vous mettez des barrières car vous trouvez inutile, cela n'arriverai jamais ou que vous êtes réservistes et non un actif donc moins d'efforts à fournir, vous finirez par vous blesser et tomberez sur un actif qui va vous pourrir la vie et vous poussez à quitter l'armée. Cela ne m'est pas arrivé mais à mes collègues réservistes qui ont fini par abandonner la réserve à presque 2 ans d'engagement pour certains à cause du harcèlement ou qu'ils ne seront jamais de soldat professionnelle.

 

C'est ce que j'avais à dire, j'en arrête avec ce sujet de courir 10Km avec 15kg sur le dos...libre à vous de poursuivre votre engagement dans la réserve comme bon vous semble.

Link to comment
Share on other sites

C'est ça, il faut mieux que vous arrêtiez de donner des conseils.

Quand vous aurez plusieurs années de paquetage on verra, et on pourra parler du rôle des cadres lors d'une FGI-R.

Un bon reserviste est un reserviste régulier dans sa présence, qui se maintient en condition physique hors de ses periodes de convocation, et qui surtout ne se prend pas pour ce qu'il n'est pas.

Je conclue sur le niveau physique pré-FGI-r :

-> sachez simplement courir 7-10km. On ne cherche pas des coureurs à allure 4'30.

-> sachez faire 20-30 pompes

-> sachez faire quelques tractions

-> apprenez une routine sportive hors convocation

 

Et ca sera déjà très très bien.

  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

Mais enfin qui court avec 15kg sur le dos sur 10km en dehors de la marche-course de sélection au commando Hubert ? Le max dans une unité de la régulière est calé sur la marche-course TAP, 11kg sur 8km en moins d'une heure (ce qu'en plus on ne demandera pas lors d'une FGI-R même dans une USR TAP). S'il fallait se caler sur un "niveau idéal théorique" avant engagement, suffit de se caler sur les tests du CSO : 

- Minimum 3 tractions;
- Un bon palier au Luc Léger (10 mini);
- Pas d'échec au parcours d'habilité motrice (un parcours Vita bien équipé peut faire l'affaire).

@schafer a tout résumé.

  • Thanks 2

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Je me permets de rebondir sur ce sujet. Effectivement, courir 10 km avec 15 kg est une idée ridicule, d'autant plus pour une FMIR / FGI-R. Pour exemple, en 2021, quand je suis passé à l'ENSOA, il y avait au maximum 5 personnes dans ma section capables de faire 10 tractions, et je ne parle même pas du reste (course à pied, pompes, etc.). Donc oui, c'est ridicule de proposer à un jeune de faire toute cette préparation en amont.

Pour ton point sur la différence entre réserviste et actif, je suis désolé, mais j'ai des études en dehors. Si tu veux faire la même chose que les mecs d'actives et avoir leur niveau, tu vas au CIRFA. La réserve n'a pas vocation à être déployée en première ligne, et encore moins à avoir un niveau sine qua non à l'active. J'ai vu, connu et même été félicité par des actifs pour le professionnalisme dont nous avons fait preuve. À tel point qu'on m'a proposé une place de permanent. On connaît tous des histoires qui vont dans un sens ou l'autre, mais généralement, la réserve n'a rien à envier à l'active.

Je vais conclure en reprenant le sujet de base. J'ai effectué ma FMIR en 2019, et le niveau physique n'est absolument pas un enjeu. Il est plus question de te former sur des savoirs (être/connaissances). À ta place, je ne serais pas réellement inquiet, sauf si tu veux absolument majorer. La FMIR est l'unique formation où tu peux te passer d'apprendre avant les cours. Je te conseille d'en profiter, quand tu seras dans mon cas, cette époque risque de te manquer !

Tsarévitch

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

Je ne fais pas la Fmir, mais j'en ai des nouvelles, et en effet, il ne faut pas trop s'en faire. Mon fils a été surpris par le niveau très bas de beaucoup, et pourtant dans l'infanterie. Certains ont jeté l'éponge la première semaine, ou ont été ajournés (impossible de sortir de la fosse, ne supportant pas la première marche de 5 ou 8 kms...), et même dans ceux qui sont restés, le niveau n'est pas celui de champions. Ce qui l'a le plus marqué, plus que les performances, c'est qu'il faut accepter le petits bobos, l'inconfort, la fatigue. S'endurcir un peu quoi...

Ensuite, il n'y a pas eu de mutation génétique depuis que j'étais militaire moi-même, et la condition physique comme les performances viennent en cours de route, et plus rapidement qu'on ne le croit avec la régularité. J'ai vu des gars qui crachaient leurs poumons aux premiers footings et qui deux mois après se baladaient, quatre mois après faisaient le 8km en 1H00. Quand j'étais moi-même au PEG, exigence absolue de le faire en 50 mn, eh bien absolument tous ceux qui sont allés jusqu'au bout le faisaient,  donc des soldats entre quatre et six mois de service. Idem pour le parcours du combattant,  les tractions, les pompes, à force d'en faire tous les jours avec des barres  et des  cordes lisses installées à l'arrière de chaque compagnie, sur la route de l'ordinaire...

Donc un réserviste qui dans sa vie civile arrive à faire régulièrement du sport, à ne pas faire 20 kgs de trop,  a une base à mon avis suffisante, il progressera dès qu'il aura une période un peu plus longue et soutenue.

Edited by Decurio
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Ah oui, merci pour votre message. Je ne m'inquiète plus trop du coup. Pour vous donner une idée, je fais entre 15 et 20 tractions, je fais très régulièrement de la musculation et, pour la course à pied, j'ai déjà fait un semi-marathon en moins de 2 heures. D'après tous vos messages, je devrais bien m'en sortir ! 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Attention, être un bon sportif est déjà bien, une bonne base, mais certains bien que sportifs ne supportent pas d’autres types d’effort ou de souffrances : les ampoules et les pieds qui saignent, vivre mouillé ou frigorifié plusieurs jours, ou au contraire dans la canicule et  tellement sale que les treillis sentent l’ammoniaque, les petites plaies fréquentes et douloureuses ( chocs, micro coupures en  s'entraînant, en rampant... ), la faim  ou la soif parfois. J'ai vu des gars costauds, sportifs,  piquer des crises parce qu'ils avaient mal et  qu'on marchait sans savoir combien de temps  encore ( une spécialité jadis, je ne me prononce pas sur ce qui se fait aujourd'hui : faire faire des trucs sans aucune info, ni sur la durée, ni sur la difficulté, on part et on voit au fur et à mesure...).  Certes c'était pas la FMIR, mais c'est quand même révélateur de la différence d'efforts entre la performance purement chiffrée et la capacité à supporter.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, Decurio a dit :

Attention, être un bon sportif est déjà bien, une bonne base, mais certains bien que sportifs ne supportent pas d’autres types d’effort ou de souffrances : les ampoules et les pieds qui saignent, vivre mouillé ou frigorifié plusieurs jours, ou au contraire dans la canicule et  tellement sale que les treillis sentent l’ammoniaque, les petites plaies fréquentes et douloureuses ( chocs, micro coupures en  s'entraînant, en rampant... ), la faim  ou la soif parfois. J'ai vu des gars costauds, sportifs,  piquer des crises parce qu'ils avaient mal et  qu'on marchait sans savoir combien de temps  encore ( une spécialité jadis, je ne me prononce pas sur ce qui se fait aujourd'hui : faire faire des trucs sans aucune info, ni sur la durée, ni sur la difficulté, on part et on voit au fur et à mesure...).  Certes c'était pas la FMIR, mais c'est quand même révélateur de la différence d'efforts entre la performance purement chiffrée et la capacité à supporter.

Point sémantique : la FMIR n'existe plus, on est passé à la FGI-R (plus de spécificités dans l'appellation et le contenu des formations actives / réserve, le volume horaires et les qualifications étant désormais les mêmes sur des périodes aménagées au regard de la spécificité de la réserve). La FGI-R ne donnant qu'un verni avec 15 jours intensifs de classes, suffisant pour apprendre le BA-BA du C3T, mais insuffisant pour mesurer la robustesse et la détermination. C'est surtout sur l'année d'instruction qu'on mesure la résilience des pax et qu'ils sont "bons de guerre". Rappel aussi que toutes les UER sont appelées à devenir des USR pour celles qui ne le sont pas encore, cela signifie l'apprentissage et la mise à niveau aux compétences métiers du corps d'affectation. C'est un réel défi pour les régiments de mêlée qui n'ont jamais eu d'USR (pour l'appui / soutien, ça n'a jamais totalement disparu depuis la fin du service national) car il faut former sur les matériels et détenir les diverses qualifications régimentaires (permis et CATI divers, BMP, BAM etc). Fatalement, la sélection et les formations s'épaissiront dans le temps et la durée pour atteindre l'objectif 2030.

Edited by Cephalyx
  • Like 2
  • Thanks 1

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Oui je me trompe dans les sigles (FMIR), je vois ça par mon fils et ses camarades, et apparemment ça a déjà changé depuis l'an dernier. Ceci dit, je mesure la difficulté d'avoir des réservistes vraiment opérationnels : trouver des candidats, qu'ils soient aptes, qu'ils puissent être suffisamment présents, et si possible  assez souvent ensemble, pour se connaître un minimum. Après il faut trouver un encadrement, et ça prend du temps de monter en grade à coups de quelques jours par-ci par -là. A  supposer aussi  que le réserviste le veuille, car il a souvent une activité principale et prioritaire, des études notamment. Les salariés du public ont droit à un mois d'absence par an, après c'est très compliqué, il faut être mis en détachement.  Les anciens d'active font peut-être l'affaire, mais s'ils ont nouveau métier, ils ont aussi  du mal à être  souvent présents.

Link to comment
Share on other sites

Il y a dans la Réserve Ops  N1, un important vivier de jeunes compétents et volontaires, pour peu que l'on veuille, (et puisse budgétairement.. 😑), les employer à hauteur de leurs compétences, en regard des besoins opérationnels...

Les "anciens d'active", relevant des obligations de service dans la RO2, ne sont qu'une fraction infime à souscrire un engagement dans la "Réserve Ops R1"...

Mais ils ont déjà largement contribué.

Et pour certains "bien au-delà du possible"... 😎

Tous ont déjà servi entre 5 et 30 ans dans l'Active ! Avec les contingences de disponibilté permanente, de renoncement familiaux, et de potentiel sacriffice ultime...

Quel "pur civil" peut prétendre être audible devant cet engagement..?

 

Link to comment
Share on other sites

Le 25/06/2024 à 17:46, Decurio a dit :

Oui je me trompe dans les sigles (FMIR), je vois ça par mon fils et ses camarades, et apparemment ça a déjà changé depuis l'an dernier. Ceci dit, je mesure la difficulté d'avoir des réservistes vraiment opérationnels : trouver des candidats, qu'ils soient aptes, qu'ils puissent être suffisamment présents, et si possible  assez souvent ensemble, pour se connaître un minimum. Après il faut trouver un encadrement, et ça prend du temps de monter en grade à coups de quelques jours par-ci par -là. A  supposer aussi  que le réserviste le veuille, car il a souvent une activité principale et prioritaire, des études notamment. Les salariés du public ont droit à un mois d'absence par an, après c'est très compliqué, il faut être mis en détachement.  Les anciens d'active font peut-être l'affaire, mais s'ils ont nouveau métier, ils ont aussi  du mal à être  souvent présents.

Ce n'est pas vraiment un droit mais un encouragement "à la discrétion du chef de service" et la FP est un bien mauvais élève en la matière. Et oui, il faut passer à un nouveau paradigme si on veut y arriver (contrat court type VDAT réserve et passerelle vers l'active).

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Cephalyx a dit :

Ce n'est pas vraiment un droit mais un encouragement "à la discrétion du chef de service" et la FP est un bien mauvais élève en la matière. Et oui, il faut passer à un nouveau paradigme si on veut y arriver (contrat court type VDAT réserve et passerelle vers l'active).

Dans la FP, je crois que jusqu'à un mois il y a obligation, sauf nécessité absolue de service (mais il faut le justifier) de laisser faire de la réserve. Il y a des obligations similaires pour les pompiers. Ceci dit, c'est vrai,  il y a des tas de moyens de s'en prendre à quelqu'un qui fait valoir des droits, même être réserviste ou pompier. Pour avoir des réservistes, des engagés, c'est simple, il faut tout simplement que ça ne soit pas un handicap, voire que ça donne des avantages : bonus pour devenir militaire d'active et prise en compte de l'ancienneté,  même chose dans les concours publics, pour les ex- engagés prise en compte totale de l'ancienneté et points de bonus. Pour les étudiants, il faudrait que la réserve  valide et remplace les stages obligatoires. Actuellement, il n'y a guère de progrès dans ce sens, ça ressemble à ce que j'ai hélas connu jadis, la galère en fin de contrat.

Edited by Decurio
corrections
Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, Decurio a dit :

Dans la FP, je crois que jusqu'à un mois il y a obligation, sauf nécessité absolue de service (mais il faut le justifier) de laisser faire de la réserve. Il y a des obligations similaires pour les pompiers. Ceci dit, c'est vrai,  il y a des tas de moyens de s'en prendre à quelqu'un qui fait valoir des droits, même être réserviste ou pompier. Pour avoir des réservistes, des engagés, c'est simple, il faut tout simplement que ça ne soit pas un handicap, voire que ça donne des avantages : bonus pour devenir militaire d'active et prise en compte de l'ancienneté,  même chose dans les concours publics, pour les ex- engagés prise en compte totale de l'ancienneté et points de bonus. Pour les étudiants, il faudrait que la réserve  valide et remplace les stages obligatoires. Actuellement, il n'y a guère de progrès dans ce sens, ça ressemble à ce que j'ai hélas connu jadis, la galère en fin de contrat.

Nope. Un fonctionnaire a le droit à 10 jours comme dans le privé, à la discrétion de son chef de service jusqu'à 30 jours, au delà il est mis en position de détachement https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000451902 + https://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-76929QE.htm.

Actuellement les militaires de réserve adorent leur engagement, mais ne veulent pas le faire à plein temps ou tout recommencer à zéro. Il faut que le système s'adapte aux nouvelles ambitions de la réserve (surtout la réserve de combat) avec l'établissement de nouvelles formes d'engagement type CDD VDAT réserve activé et des passerelles vers l'active pour les pax détenant les mêmes qualifications / XP. Pour les étudiants, ils peuvent faire valoir leurs activités dans la RO au titre des formations obligatoires : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000033939455/

"Celui qui n'est que militaire n'est qu'un mauvais militaire, celui qui n'est que professeur n'est qu'un mauvais professeur, celui qui n'est qu'industriel n'est qu'un mauvais industriel. L'homme complet, celui qui veut remplir sa pleine destinée et être digne de mener des hommes, être un chef en un mot, celui-là doit avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l'honneur de l'humanité". Maréchal Lyautey.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...