Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

RETEX CSO Rennes (août 2023)


Recommended Posts

Bonjour à toutes et à tous,

 

Après avoir épluché une quantité astronomique de RETEX en tout genre sur le forum (merci mille fois pour cette mine d’or), il est temps pour moi d’apporter ma pierre à l’édifice avec un descriptif de mon passage au GRS NO de Rennes. Bonne lecture et bon courage pour les prochains !

 

Lundi matin

 

Rendez-vous à 9h devant le GRS pour les Bretons, les autres étant arrivés la veille au soir

Notre session comporte 13 candidats (7 Terre, 3 Air, 3 Marine) dont 3 féminines. Les profils sont vraiment variés (du maître-chien au commando en passant par la BSPP) mais comporte quasi-exclusivement des EVAT, seuls quelques sous-officiers et aucun officier.

Le séjour commence par une séance d’information et de présentation des OPEX, OPINT, corps d’armes et insignes, le tout très centré sur l’AdT, et on en profite pour se présenter. Et là, stupéfaction générale quand le premier de notre session n’est déjà pas capable de donner sa spécialité. A noter qu’il était déjà arrivé 10mn en retard après sa pause clope, s’était endormi au début de la présentation et était constamment avachi à bailler à s’en décrocher la mâchoire. Je me demande toujours ce qu’il faisait là mais par la suite d’un commun accord le reste de la session le surnommera (affectueusement bien entendu) « le boulet ».

On nous installe ensuite dans les dortoirs et direction l’ordinaire à 11h où on note une vraie scission entre les différentes armées qui semblent ne se mélanger sous aucun prétexte : la Terre à l’entrée, l’Air tout au fond et pas de Marin en vue. A noter, c’est un dessert par personne, ce qui n’empêchera bien entendu pas le boulet d’en prendre… 4, et de se faire reprendre haut et fort. Bon départ, camarade.

 

Lundi après-midi

 

Rendez-vous à 14h pour la visite médicale, c’est là que les choses sérieuses commencent. Bien entendu quand on vous dit 14h, c’est 13h55. Car comme l’a souligné notre caporal-chef, « un militaire à l’heure c’est un militaire en retard ». De toute façon, on a bien compris que l’ensemble du séjour consisterait à se dépêcher d’attendre.

On commence tous par le test urinaire si millimétré que le processus aurait sa place dans une usine Ford et qui vise à vérifier le sang, le sucre et les protéines. La présence de stupéfiants n’est a priori vérifiée qu’à l’incorporation.

Viennent ensuite :

  • Visuel : Récitez 6 lettres en vous cachant l’œil droit puis le gauche (30s montre en main)
  • Auditif : Un clic sur la manette à chaque son d’une fréquence pour l’oreille droite puis la gauche (attention ça démarre sans prévenir)
  • Visuel bis : Regardez la montgolfière (pour voir à travers votre âme comme l’a dit l’ophtalmologue et apparemment ça se voit que je ne suis pas un bébé 2000, j’ai encore des bons yeux), test d’Ishihara pour la daltonisme, test de vision en relief avec des Pacman tournés dans tous les sens
  • Mesure du poids, de la taille, de la tension et un ECG

Après tout ça, vous aurez sans doute droit à une attente interminable (comptez jusqu’à 2h pour les moins chanceux) avant d’avoir à affronter le boss final : la visite médicale. Bien entendu, personne n’oublie son carnet médical, de toute façon il commencera par le lire ainsi que votre dossier pendant une bonne demi-heure avant de vous convoquer enfin dans son bureau. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’après avoir décortiqué tous vos antécédents aussi longtemps, ils vont droit au but. J’ai moi-même été accueillie par un charmant « Vous avez du croire que vous alliez mourir ? D’ailleurs vous avez failli mourir ! ». Ah mais bonjour à vous aussi mon colonel… Vous blablaterez aussi longtemps que nécessaire pour qu’il vérifie point par point chaque élément nécessaire à souhaits d’orientation. A savoir que le 2eRH requiert aussi l’habilitation chasseur alpin (en gros si vous faites 2m c’est mort). En réalité, il faut quand même un peu préparer cette visite car il vous demandera les mois exacts pour tel ou tel événement (opération, fracture, fin de la cigarette,…). Puis comme pour toute visite médicale, vous aurez le droit à une vérification de la colonne vertébrale, des genoux, du cœur, de la respiration… Plus une palpation intime pour les messieurs.

Le bilan des courses est assez négatif chez nous et les quotas Terre/Air/Mer se rééquilibrent :

  • Terre : 2 inaptes : Une évidence pour le boulet essoufflé rien que pour marcher jusqu’à l’ordinaire mais un coup de massue pour le second qui postulait au 35eRI (une sombre histoire de souffle au cœur qui a a priori 95% de chance de passer à l’expertise moyennant une attente de 4-6 mois (si tu passes par là n°3 de la team blanc, bon courage !).
  • Air : 1 inapte temporaire qui a non seulement pu poursuivre les tests au CSO mais surtout à qui l'assistante médicale a directement pris rdv à Brest la semaine suivante quand elle a vu qu'il candidatait pour une incorpo en septembre (commando Air).

Pour ma part, cette demi-journée était de loin la plus redoutait mais elle se finit en beauté avec un SIGYCOP de 1.1.2.1.1.1.0 malgré quelques documents manquants selon les dires du médecin sans pour autant qu’il n’apporte de précision.

On fait alors chacun un bilan avec le caporal-chef qui nous demande des infos sur notre projet, situation familiale, travail, conso d’alcool, sports, hobbys et surtout nos objectifs pour le lendemain. Pour ma part, je me surprends à répondre palier 8 au LL, 30 tirages, 55 squats alors que je n’ai jamais atteint aucun de ces trois barèmes mais bon, il faut se fixer des objectifs.

Ensuite plus le temps d’attendre, on se rend directement à l’ordinaire alors qu’il n’est que 17h45 pour embrayer sur une deuxième présentation des métiers et formations au sein des armées. A mon sens, la présentation n’avait pas vraiment de plus-value mais ce fut surtout le moment de me rendre compte que certains venaient VRAIMENT les mains dans les poches. Alors petit conseil aux futurs candidats qui passent par là. Sinon vous visez MDR, commencez par savoir ce que veut dire MDR. En bonus, soyons fous, renseignez-vous sur ce qu’est un CFIM et combien de temps vous y passerez (10 semaines, c’est cadeau). D’après l’adjudant-chef en charge de la présente, 50% des EVAT abandonnent dès le premier mois. Dans le même genre, chers camarades candidats EVSO, il est non seulement recommandé de savoir situer l’ENSOA sur la carte mais aussi de savoir que passerez aussi par une école de spécialité avant de rejoindre votre régiment. En définitive, beaucoup de candidats manquent cruellement d'informations sur leur projet.

Sur ce, direction le dortoir avec extinction des feux à 22h (et oui les caporaux-chefs viennent vérifier).

 

Mardi matin

 

Le stress pointe le bout de son nez chez tout le monde, sans exception. Après un petit-déjeuner plus que frugale à 6h20, on assiste à une démonstration de levée des couleurs où un volontaire lit le texte nous expliquant en quoi consiste la cérémonie. Entre temps, nous avons pu retrouvé nos caporaux-chefs qui ont complètement changé de personnalité pendant la nuit. De froids et tout le temps en train de crier, ils sont devenus souriants et enchaînent les blagues. Ils doivent être contents de voir que nous sommes enfin capable de nous ranger en colonne par numéro de badge, ou peut-être essaient-ils juste de nous dérider un peu avant le sport. Car horaires d’été obligent, le Luc Léger ça ne se court qu’à la fraîche à 7h30 par ici. On nous répète les consignes au moins trois fois, on assiste au passage de la session nous précédant (une fille arrêtée au palier 5, deux gars tiennent jusqu’au 12) et ça y est, c’est à nous. A noter qu’il n’y a pas de ligne marquant la marge des 1m, c’est selon la propre appréciation du sergent et il se montre vraiment conciliant. Chez nous, les premiers gars craqueront à 9 (dont un qui se vantait la veille d’arriver au 15) et un marin tiendra jusqu’à la fin.

On enchaîne avec les tractions et tirages verticaux sans plus de pause que le temps de marcher jusqu’à la salle de sport assez vétuste. Chez les mecs, le nombre de tractions réalisées va de 1 à 22 et le silence est de mise. Chez les filles, l’ambiance est aux encouragements. Nous ne sommes peut-être que 4 (2 sessions confondues) mais on n’entend plus que nous. Nous sommes notre propre fan club et ça paye. On explose toutes nos records, c’est du jamais vu pour ma part.

On finit alors par les squats alors que les cuisses sont encore bien à vif. On passe par huit, chacun avec un évaluateur qui compte à côté de vous. Les consignes ont changé il y a quelques mois et il faut garder les bras tendus tout du long. Alors autant les sergents se sont montrés TRES indulgents pour le Luc Léger et le tirage, autant pour les squats, ça décompte sévère. Pour ma part, quand mon adjudant-chef m’a signalé la dixième, j’en étais déjà à 15 dans ma tête, et ça n’arrête pas mais au moins c’est pareil pour tout le monde. Une seule phrase résonne dans la salle : « remontez bien ».

 

Au final, pour les féminines de ma session, les résultats sont on ne peut plus homogènes :

LL : 8’15 / 8’15 / 8’15

Tirages : 61 (25kg) / 41 (30kg) / 40 (30kg)

Squats : 45 / 55 / 60

Pour ma part 8’15, 41 tirages, 55 squats. J’ai tenu mes engagements vis-à-vis du caporal-chef et je ne pourrais pas être plus contente. C’est bien au-dessus de mes performances en entraînement (7’30, 26 tirages, 52 squats). Il n’y a rien de tel que la motivation du groupe. Quels que soient vos scores à la maison, ils n'en seront que meilleurs au CSO.

 

J’en profite pour rappeler qu’au tirage le poids soulevé dépend de votre propre poids :

<55kg        55-65kg        >65kg

  25kg              30kg          35kg

La légende raconte qu’au CSO de Rennes, le record est de 200 tirages à 25kg et encore, ce sont les évaluateurs qui l’ont stoppée.

 

De même, l’information étant difficile à trouver (tout le temps changeante ?), voici les paliers à atteindre pour avoir ce qu’ils appellent un dossier « supérieur » selon les critères de l’AdT :

LL F 7 / M 10

Tirages 40 / Tractions 13

Squats F 53 / M 60

 

On parle beaucoup de la difficulté à réaliser les squats après le Luc Léger mais pas assez de la démarche bancale qu’on a tous pour marcher de la salle de sport jusqu'à l'hôtel des candidats. C’est une bonne chose qu’il n’y ait pas d’escalier sur la route. Là c’est 20mn pour se doucher avant d’enchaîner avec le test de personnalité de 241 questions (très répétitives) en 50mn. Il est clairement faisable en 20mn. Les aviateurs et les marins passent l’anglais dans la foulée puis on va déjeuner à 11h.

 

 

Mardi après-midi

 

On reprend nos places dans la salle de test et c’est parti pour les épreuves de tests psychotechniques avec brouillon, dans l’ordre :

  • Test de logique (je n’avais pas compris la consigne et pensais qu’il fallait trouver la face opposée du dé pendant les 10 premières minutes, difficile de rattraper le retard…)
  • Pivoter les formes à 10/10
  • Maths à 10/10
  • Mots synonymes / intrus à 10/10
  • Codage à 10/10

Et enfin, le test d’anglais de 150 questions en 50mn mais faisable en 15mn et surtout qui comporte au moins 4-5 erreurs selon les dires du major qui nous l’a fait passé, voire plus d’après le gars bilingue de notre session (140/150). D’après mon évaluateur, es candidats se répartissent en deux groupes : 0-50 (les MDR pour qui l'anglais ne comptent pas et qui répondent au pif), et les autres à 100-150. Pour ma part, ce seront 122 bonnes réponses.

Et enfin, le Saint Graal après une nouvelle belle attente : l’entretien. Censé durer 30-40mn, il a pris 1h20 en ce qui me concerne. A priori vous passerez avec quelqu’un relativement familier de votre spécialité. Dans le groupe, deux gars ont mis une chemise, sinon l’ensemble du groupe à respecter l’adage de McDo "Venez comme vous êtes est respecté", même du côté des deux autres filles en crop-tops tout au long du séjour (j'avoue, je valide moyen).

  • 1e partie : Se présenter, projet, hobbys, sport, motivation, travail,...
  • 2e partie : Questions persos : Qu'est-ce-qui vous stresse / Qu'est-ce-qui vous met en colère / Pourquoi pas officier / Pourquoi l'armée / Comment réagissez-vous face à l'imprévu / Qu'est-ce-qui vous a le plus déplu à l'école / Qualités et défauts / Qu'est-ce-qui sera le plus difficile à Saint-Maixent / Que lisez-vous / Avez-vous beaucoup d'amis / Comment vous intégrez-vous dans un groupe d'inconnus / Pourquoi aimez-vous les sensations fortes / Avez-vous une expérience de la vie en communauté / Vous êtes-vous déjà faite harcelée / Avez-vous confiance en vous / Que vous a-t-on déjà reproché au travail / Si vous pouviez changer un aspect de votre personnalité, lequel serait-ce / Pourquoi faites-vous autant d’activités / Comment prendriez-vous une remarque constructive sur votre travail / Êtes-vous anxieuse au quotidien / Quelles situations vous mettent mal à l’aise
  • 3e partie : Questions de connaissance : OPEX / OPINT en cours / Durée de Sentinelle / Que savez-vous du 2eRH / Quelle formation pour un sous-officier / Qu'est-ce-qu'un sous-officier / Quelles sont les qualités d'un sous-officier / Risques du métier / Contraintes du métier
  • 4e partie : Que fais-je dans ces mises en situation : Si un MDR ne fait aucun effort / Si un chef a tort / Si un MDR est en-dessous du niveau mais y met de la bonne volonté
  • 5e partie : Point sur mon profil : J'ai cartonné au sport (à ce point ?), résultats dignes d'un officier pour le psycho malgré ma bourde au 1e exo (je m'en veux encore), profil psychologique qualifié de peu fiable mais honnête et (apparemment ce n'est pas parce que j'ai menti vu qu'il a confirmé les différents points lors de l'entretien mais beaucoup de résultats sont soit neutres soit extrêmes), nickel en anglais, connaissances du domaine inespérées (au vu de ce que j’ai entendu des autres durant les points d’information, je peux comprendre son étonnement positif). D'après lui, c'est bon pour sous-officier et en particulier dans le renseignement mais il ne faut pas que je sois déçue si ça ne passe pas pour le 2eRH, il n'y a que 5-6 places par an et 95% rentrent en EVAT.

 

Au final, c’était vraiment une super expérience dans un groupe avec une ambiance géniale et d’avoir pu discuter de mon projet et de l’armée avec d’autres candidats et militaires ne fait que renforcer mon souhait d’intégrer l’institution.

Edited by ODD
  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, ODD a dit :

Bonjour à toutes et à tous,

 

Après avoir épluché une quantité astronomique de RETEX en tout genre sur le forum (merci mille fois pour cette mine d’or), il est temps pour moi d’apporter ma pierre à l’édifice avec un descriptif de mon passage au GRS NO de Rennes. Bonne lecture et bon courage pour les prochains !

 

Lundi matin

 

Rendez-vous à 9h devant le GRS pour les Bretons, les autres étant arrivés la veille au soir

Notre session comporte 13 candidats (7 Terre, 3 Air, 3 Marine) dont 3 féminines. Les profils sont vraiment variés (du maître-chien au commando en passant par la BSPP) mais comporte quasi-exclusivement des EVAT, seuls quelques sous-officiers et aucun officier.

Le séjour commence par une séance d’information et de présentation des OPEX, OPINT, corps d’armes et insignes, le tout très centré sur l’AdT, et on en profite pour se présenter. Et là, stupéfaction générale quand le premier de notre session n’est déjà pas capable de donner sa spécialité. A noter qu’il était déjà arrivé 10mn en retard après sa pause clope, s’était endormi au début de la présentation et était constamment avachi à bailler à s’en décrocher la mâchoire. Je me demande toujours ce qu’il faisait là mais par la suite d’un commun accord le reste de la session le surnommera (affectueusement bien entendu) « le boulet ».

On nous installe ensuite dans les dortoirs et direction l’ordinaire à 11h où on note une vraie scission entre les différentes armées qui semblent ne se mélanger sous aucun prétexte : la Terre à l’entrée, l’Air tout au fond et pas de Marin en vue. A noter, c’est un dessert par personne, ce qui n’empêchera bien entendu pas le boulet d’en prendre… 4, et de se faire reprendre haut et fort. Bon départ, camarade.

 

Lundi après-midi

 

Rendez-vous à 14h pour la visite médicale, c’est là que les choses sérieuses commencent. Bien entendu quand on vous dit 14h, c’est 13h55. Car comme l’a souligné notre caporal-chef, « un militaire à l’heure c’est un militaire en retard ». De toute façon, on a bien compris que l’ensemble du séjour consisterait à se dépêcher d’attendre.

On commence tous par le test urinaire si millimétré que le processus aurait sa place dans une usine Ford et qui vise à vérifier le sang, le sucre et les protéines. La présence de stupéfiants n’est a priori vérifiée qu’à l’incorporation.

Viennent ensuite :

  • Visuel : Récitez 6 lettres en vous cachant l’œil droit puis le gauche (30s montre en main)
  • Auditif : Un clic sur la manette à chaque son d’une fréquence pour l’oreille droite puis la gauche (attention ça démarre sans prévenir)
  • Visuel bis : Regardez la montgolfière (pour voir à travers votre âme comme l’a dit l’ophtalmologue et apparemment ça se voit que je ne suis pas un bébé 2000, j’ai encore des bons yeux), test d’Ishihara pour la daltonisme, test de vision en relief avec des Pacman tournés dans tous les sens
  • Mesure du poids, de la taille, de la tension et un ECG

Après tout ça, vous aurez sans doute droit à une attente interminable (comptez jusqu’à 2h pour les moins chanceux) avant d’avoir à affronter le boss final : la visite médicale. Bien entendu, personne n’oublie son carnet médical, de toute façon il commencera par le lire ainsi que votre dossier pendant une bonne demi-heure avant de vous convoquer enfin dans son bureau. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’après avoir décortiqué tous vos antécédents aussi longtemps, ils vont droit au but. J’ai moi-même été accueillie par un charmant « Vous avez du croire que vous alliez mourir ? D’ailleurs vous avez failli mourir ! ». Ah mais bonjour à vous aussi mon colonel… Vous blablaterez aussi longtemps que nécessaire pour qu’il vérifie point par point chaque élément nécessaire à souhaits d’orientation. A savoir que le 2eRH requiert aussi l’habilitation chasseur alpin (en gros si vous faites 2m c’est mort). En réalité, il faut quand même un peu préparer cette visite car il vous demandera les mois exacts pour tel ou tel événement (opération, fracture, fin de la cigarette,…). Puis comme pour toute visite médicale, vous aurez le droit à une vérification de la colonne vertébrale, des genoux, du cœur, de la respiration… Plus une palpation intime pour les messieurs.

Le bilan des courses est assez négatif chez nous et les quotas Terre/Air/Mer se rééquilibrent :

  • Terre : 2 inaptes : Une évidence pour le boulet essoufflé rien que pour marcher jusqu’à l’ordinaire mais un coup de massue pour le second qui postulait au 35eRI (une sombre histoire de souffle au cœur qui a a priori 95% de chance de passer à l’expertise moyennant une attente de 4-6 mois (si tu passes par là n°3 de la team blanc, bon courage !).
  • Air : 1 inapte temporaire qui a non seulement pu poursuivre les tests au CSO mais surtout à qui l'assistante médicale a directement pris rdv à Brest la semaine suivante quand elle a vu qu'il candidatait pour une incorpo en septembre (commando Air).

Pour ma part, cette demi-journée était de loin la plus redoutait mais elle se finit en beauté avec un SIGYCOP de 1.1.2.1.1.1.0 malgré quelques documents manquants selon les dires du médecin sans pour autant qu’il n’apporte de précision.

On fait alors chacun un bilan avec le caporal-chef qui nous demande des infos sur notre projet, situation familiale, travail, conso d’alcool, sports, hobbys et surtout nos objectifs pour le lendemain. Pour ma part, je me surprends à répondre palier 8 au LL, 30 tirages, 55 squats alors que je n’ai jamais atteint aucun de ces trois barèmes mais bon, il faut se fixer des objectifs.

Ensuite plus le temps d’attendre, on se rend directement à l’ordinaire alors qu’il n’est que 17h45 pour embrayer sur une deuxième présentation des métiers et formations au sein des armées. A mon sens, la présentation n’avait pas vraiment de plus-value mais ce fut surtout le moment de me rendre compte que certains venaient VRAIMENT les mains dans les poches. Alors petit conseil aux futurs candidats qui passent par là. Sinon vous visez MDR, commencez par savoir ce que veut dire MDR. En bonus, soyons fous, renseignez-vous sur ce qu’est un CFIM et combien de temps vous y passerez (10 semaines, c’est cadeau). D’après l’adjudant-chef en charge de la présente, 50% des EVAT abandonnent dès le premier mois. Dans le même genre, chers camarades candidats EVSO, il est non seulement recommandé de savoir situer l’ENSOA sur la carte mais aussi de savoir que passerez aussi par une école de spécialité avant de rejoindre votre régiment. En définitive, beaucoup de candidats manquent cruellement d'informations sur leur projet.

Sur ce, direction le dortoir avec extinction des feux à 22h (et oui les caporaux-chefs viennent vérifier).

 

Mardi matin

 

Le stress pointe le bout de son nez chez tout le monde, sans exception. Après un petit-déjeuner plus que frugale à 6h20, on assiste à une démonstration de levée des couleurs où un volontaire lit le texte nous expliquant en quoi consiste la cérémonie. Entre temps, nous avons pu retrouvé nos caporaux-chefs qui ont complètement changé de personnalité pendant la nuit. De froids et tout le temps en train de crier, ils sont devenus souriants et enchaînent les blagues. Ils doivent être contents de voir que nous sommes enfin capable de nous ranger en colonne par numéro de badge, ou peut-être essaient-ils juste de nous dérider un peu avant le sport. Car horaires d’été obligent, le Luc Léger ça ne se court qu’à la fraîche à 7h30 par ici. On nous répète les consignes au moins trois fois, on assiste au passage de la session nous précédant (une fille arrêtée au palier 5, deux gars tiennent jusqu’au 12) et ça y est, c’est à nous. A noter qu’il n’y a pas de ligne marquant la marge des 1m, c’est selon la propre appréciation du sergent et il se montre vraiment conciliant. Chez nous, les premiers gars craqueront à 9 (dont un qui se vantait la veille d’arriver au 15) et un marin tiendra jusqu’à la fin.

On enchaîne avec les tractions et tirages verticaux sans plus de pause que le temps de marcher jusqu’à la salle de sport assez vétuste. Chez les mecs, le nombre de tractions réalisées va de 1 à 22 et le silence est de mise. Chez les filles, l’ambiance est aux encouragements. Nous ne sommes peut-être que 4 (2 sessions confondues) mais on n’entend plus que nous. Nous sommes notre propre fan club et ça paye. On explose toutes nos records, c’est du jamais vu pour ma part.

On finit alors par les squats alors que les cuisses sont encore bien à vif. On passe par huit, chacun avec un évaluateur qui compte à côté de vous. Les consignes ont changé il y a quelques mois et il faut garder les bras tendus tout du long. Alors autant les sergents se sont montrés TRES indulgents pour le Luc Léger et le tirage, autant pour les squats, ça décompte sévère. Pour ma part, quand mon adjudant-chef m’a signalé la dixième, j’en étais déjà à 15 dans ma tête, et ça n’arrête pas mais au moins c’est pareil pour tout le monde. Une seule phrase résonne dans la salle : « remontez bien ».

 

Au final, pour les féminines de ma session, les résultats sont on ne peut plus homogènes :

LL : 8’15 / 8’15 / 8’15

Tirages : 61 (25kg) / 41 (30kg) / 40 (30kg)

Squats : 45 / 55 / 60

Pour ma part 8’15, 41 tirages, 55 squats. J’ai tenu mes engagements vis-à-vis du caporal-chef et je ne pourrais pas être plus contente. C’est bien au-dessus de mes performances en entraînement (7’30, 26 tirages, 52 squats). Il n’y a rien de tel que la motivation du groupe. Quels que soient vos scores à la maison, ils n'en seront que meilleurs au CSO.

 

J’en profite pour rappeler qu’au tirage le poids soulevé dépend de votre propre poids :

<55kg        55-65kg        >65kg

  25kg              30kg          35kg

La légende raconte qu’au CSO de Rennes, le record est de 200 tirages à 25kg et encore, ce sont les évaluateurs qui l’ont stoppée.

 

De même, l’information étant difficile à trouver (tout le temps changeante ?), voici les paliers à atteindre pour avoir ce qu’ils appellent un dossier « supérieur » selon les critères de l’AdT :

LL F 7 / M 10

Tirages 40 / Tractions 13

Squats F 53 / M 60

 

On parle beaucoup de la difficulté à réaliser les squats après le Luc Léger mais pas assez de la démarche bancale qu’on a tous pour marcher de la salle de sport jusqu'à l'hôtel des candidats. C’est une bonne chose qu’il n’y ait pas d’escalier sur la route. Là c’est 20mn pour se doucher avant d’enchaîner avec le test de personnalité de 241 questions (très répétitives) en 50mn. Il est clairement faisable en 20mn. Les aviateurs et les marins passent l’anglais dans la foulée puis on va déjeuner à 11h.

 

 

Mardi après-midi

 

On reprend nos places dans la salle de test et c’est parti pour les épreuves de tests psychotechniques avec brouillon, dans l’ordre :

  • Test de logique (je n’avais pas compris la consigne et pensais qu’il fallait trouver la face opposée du dé pendant les 10 premières minutes, difficile de rattraper le retard…)
  • Pivoter les formes à 10/10
  • Maths à 10/10
  • Mots synonymes / intrus à 10/10
  • Codage à 10/10

Et enfin, le test d’anglais de 150 questions en 50mn mais faisable en 15mn et surtout qui comporte au moins 4-5 erreurs selon les dires du major qui nous l’a fait passé, voire plus d’après le gars bilingue de notre session (140/150). D’après mon évaluateur, es candidats se répartissent en deux groupes : 0-50 (les MDR pour qui l'anglais ne comptent pas et qui répondent au pif), et les autres à 100-150. Pour ma part, ce seront 122 bonnes réponses.

Et enfin, le Saint Graal après une nouvelle belle attente : l’entretien. Censé durer 30-40mn, il a pris 1h20 en ce qui me concerne. A priori vous passerez avec quelqu’un relativement familier de votre spécialité. Dans le groupe, deux gars ont mis une chemise, sinon l’ensemble du groupe à respecter l’adage de McDo "Venez comme vous êtes est respecté", même du côté des deux autres filles en crop-tops tout au long du séjour (j'avoue, je valide moyen).

  • 1e partie : Se présenter, projet, hobbys, sport, motivation, travail,...
  • 2e partie : Questions persos : Qu'est-ce-qui vous stresse / Qu'est-ce-qui vous met en colère / Pourquoi pas officier / Pourquoi l'armée / Comment réagissez-vous face à l'imprévu / Qu'est-ce-qui vous a le plus déplu à l'école / Qualités et défauts / Qu'est-ce-qui sera le plus difficile à Saint-Maixent / Que lisez-vous / Avez-vous beaucoup d'amis / Comment vous intégrez-vous dans un groupe d'inconnus / Pourquoi aimez-vous les sensations fortes / Avez-vous une expérience de la vie en communauté / Vous êtes-vous déjà faite harcelée / Avez-vous confiance en vous / Que vous a-t-on déjà reproché au travail / Si vous pouviez changer un aspect de votre personnalité, lequel serait-ce / Pourquoi faites-vous autant d’activités / Comment prendriez-vous une remarque constructive sur votre travail / Êtes-vous anxieuse au quotidien / Quelles situations vous mettent mal à l’aise
  • 3e partie : Questions de connaissance : OPEX / OPINT en cours / Durée de Sentinelle / Que savez-vous du 2eRH / Quelle formation pour un sous-officier / Qu'est-ce-qu'un sous-officier / Quelles sont les qualités d'un sous-officier / Risques du métier / Contraintes du métier
  • 4e partie : Que fais-je dans ces mises en situation : Si un MDR ne fait aucun effort / Si un chef a tort / Si un MDR est en-dessous du niveau mais y met de la bonne volonté
  • 5e partie : Point sur mon profil : J'ai cartonné au sport (à ce point ?), résultats dignes d'un officier pour le psycho malgré ma bourde au 1e exo (je m'en veux encore), profil psychologique qualifié de peu fiable mais honnête et (apparemment ce n'est pas parce que j'ai menti vu qu'il a confirmé les différents points lors de l'entretien mais beaucoup de résultats sont soit neutres soit extrêmes), nickel en anglais, connaissances du domaine inespérées (au vu de ce que j’ai entendu des autres durant les points d’information, je peux comprendre son étonnement positif). D'après lui, c'est bon pour sous-officier et en particulier dans le renseignement mais il ne faut pas que je sois déçue si ça ne passe pas pour le 2eRH, il n'y a que 5-6 places par an et 95% rentrent en EVAT.

 

Au final, c’était vraiment une super expérience dans un groupe avec une ambiance géniale et d’avoir pu discuter de mon projet et de l’armée avec d’autres candidats et militaires ne fait que renforcer mon souhait d’intégrer l’institution.

@ODD Je salue votre sens du détail qui permet d’avoir une idée très précise de ce qui nous attends le jour j. 
 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • BTX featured and pinned this topic

Ses résultats sont incroyables. Étant une femme ça m’oblige à relever le niveau 😅@Yann pyromanevous aviez raison au sujet du délai du contrôle administratif (sujet évoqué dans un autre post). Quasiment 74j d’attente depuis l’envoi du dossier de candidature le 12/06. 9 places restantes (aux dernières nouvelles), pour la rentrée du 25/09 et toujours pas de convocation pour Vincennes. Est-ce dû à la période estivale ? Nul ne le sait ! Je reste optimiste au vue des expériences partagées ici, et me rabattrais au pire sur la rentrée de Novembre.

 

 

Edited by OPERAGARNIER
Link to comment
Share on other sites

alors là l'été et l'armée ...Qu'en dire ? que tout ce que tu imagines est vrai 😉 . La rentrée va booster le processus , l'adjudant -Chef a réglé ses problèmes de retour à la vie civile et il a trouvé un studio pour sa fille qui doit quitter sa coloc à Rennes car le proprio a mis son appart en rbnb ...

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

8 hours ago, OPERAGARNIER said:

@ODD Je salue votre sens du détail qui permet d’avoir une idée très précise de ce qui nous attends le jour j. 
 

Mais je vous en prie, j'ai bien conscience de l'utilité de ces RETEX pour en avoir moi-même lu plus qu'il n'en faut, autant en faire profiter les autres maintenant ! Quand sont prévus vos tests et quelle rentrée visez-vous ?

10 hours ago, Yann pyromane said:

Tu as des membres qui en font partie ou qui y rentre comme réserviste peut être qu'ils pourraient te renseigner si ce n'est pas top secret mais on sait par exemple que la dernière FGI  a relévé  de l'hécatombe donc c'est pas les classes à mémé .

Effectivement, je ne serais pas contre mais maintenant reste à en trouver. Je me doute bien que le niveau y est corsé mais il faut bien se challenger un peu de temps en temps !

Pour ce qui est de l'accessit, on verra. Dans l'immédiat, mon billet d'entrée pour Saint-Maixent me suffirait 😅.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Coucou, j’ai eu 2 rendez-vous au CIRFA de Vannes en mai et en juin, mon dossier étant complet, je n’ai toujours pas reçu de convocation pour les tests au cso de Rennes alors que mon adjudant-chef m’a dit que le recrutement pour ma spécialité (NRBC) était censé être au mois d’août, dois-je m’inquiéter ou pas ? 
En tout cas, merci d’avoir expliqué les deux journées telle que tu l’as fais, on sait à quoi s’attendre maintenant. ☺️

Link to comment
Share on other sites

10 hours ago, LaeticeMdj said:

Coucou, j’ai eu 2 rendez-vous au CIRFA de Vannes en mai et en juin, mon dossier étant complet, je n’ai toujours pas reçu de convocation pour les tests au cso de Rennes alors que mon adjudant-chef m’a dit que le recrutement pour ma spécialité (NRBC) était censé être au mois d’août, dois-je m’inquiéter ou pas ? 
En tout cas, merci d’avoir expliqué les deux journées telle que tu l’as fais, on sait à quoi s’attendre maintenant. ☺️

Hello !

Mes deux premiers rdv ont aussi eu lieu en mai et en juin puis mon conseiller m’a recontacté en juillet pour me fournir le dossier à amener au CSO. Je ne connais pas les délais de traitement de dossier mais si effectivement ta commission était prévue en août, ça me semble serré. As-tu essayé de recontacter ton conseiller ? J’imagine que la période estivale est toujours un peu compliquée à gérer. Tu candidates aussi pour l’ENSOA ?

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le 23/08/2023 à 00:06, ODD a dit :

Bonjour à toutes et à tous,

 

Après avoir épluché une quantité astronomique de RETEX en tout genre sur le forum (merci mille fois pour cette mine d’or), il est temps pour moi d’apporter ma pierre à l’édifice avec un descriptif de mon passage au GRS NO de Rennes. Bonne lecture et bon courage pour les prochains !

 

Lundi matin

 

Rendez-vous à 9h devant le GRS pour les Bretons, les autres étant arrivés la veille au soir

Notre session comporte 13 candidats (7 Terre, 3 Air, 3 Marine) dont 3 féminines. Les profils sont vraiment variés (du maître-chien au commando en passant par la BSPP) mais comporte quasi-exclusivement des EVAT, seuls quelques sous-officiers et aucun officier.

Le séjour commence par une séance d’information et de présentation des OPEX, OPINT, corps d’armes et insignes, le tout très centré sur l’AdT, et on en profite pour se présenter. Et là, stupéfaction générale quand le premier de notre session n’est déjà pas capable de donner sa spécialité. A noter qu’il était déjà arrivé 10mn en retard après sa pause clope, s’était endormi au début de la présentation et était constamment avachi à bailler à s’en décrocher la mâchoire. Je me demande toujours ce qu’il faisait là mais par la suite d’un commun accord le reste de la session le surnommera (affectueusement bien entendu) « le boulet ».

On nous installe ensuite dans les dortoirs et direction l’ordinaire à 11h où on note une vraie scission entre les différentes armées qui semblent ne se mélanger sous aucun prétexte : la Terre à l’entrée, l’Air tout au fond et pas de Marin en vue. A noter, c’est un dessert par personne, ce qui n’empêchera bien entendu pas le boulet d’en prendre… 4, et de se faire reprendre haut et fort. Bon départ, camarade.

 

Lundi après-midi

 

Rendez-vous à 14h pour la visite médicale, c’est là que les choses sérieuses commencent. Bien entendu quand on vous dit 14h, c’est 13h55. Car comme l’a souligné notre caporal-chef, « un militaire à l’heure c’est un militaire en retard ». De toute façon, on a bien compris que l’ensemble du séjour consisterait à se dépêcher d’attendre.

On commence tous par le test urinaire si millimétré que le processus aurait sa place dans une usine Ford et qui vise à vérifier le sang, le sucre et les protéines. La présence de stupéfiants n’est a priori vérifiée qu’à l’incorporation.

Viennent ensuite :

  • Visuel : Récitez 6 lettres en vous cachant l’œil droit puis le gauche (30s montre en main)
  • Auditif : Un clic sur la manette à chaque son d’une fréquence pour l’oreille droite puis la gauche (attention ça démarre sans prévenir)
  • Visuel bis : Regardez la montgolfière (pour voir à travers votre âme comme l’a dit l’ophtalmologue et apparemment ça se voit que je ne suis pas un bébé 2000, j’ai encore des bons yeux), test d’Ishihara pour la daltonisme, test de vision en relief avec des Pacman tournés dans tous les sens
  • Mesure du poids, de la taille, de la tension et un ECG

Après tout ça, vous aurez sans doute droit à une attente interminable (comptez jusqu’à 2h pour les moins chanceux) avant d’avoir à affronter le boss final : la visite médicale. Bien entendu, personne n’oublie son carnet médical, de toute façon il commencera par le lire ainsi que votre dossier pendant une bonne demi-heure avant de vous convoquer enfin dans son bureau. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’après avoir décortiqué tous vos antécédents aussi longtemps, ils vont droit au but. J’ai moi-même été accueillie par un charmant « Vous avez du croire que vous alliez mourir ? D’ailleurs vous avez failli mourir ! ». Ah mais bonjour à vous aussi mon colonel… Vous blablaterez aussi longtemps que nécessaire pour qu’il vérifie point par point chaque élément nécessaire à souhaits d’orientation. A savoir que le 2eRH requiert aussi l’habilitation chasseur alpin (en gros si vous faites 2m c’est mort). En réalité, il faut quand même un peu préparer cette visite car il vous demandera les mois exacts pour tel ou tel événement (opération, fracture, fin de la cigarette,…). Puis comme pour toute visite médicale, vous aurez le droit à une vérification de la colonne vertébrale, des genoux, du cœur, de la respiration… Plus une palpation intime pour les messieurs.

Le bilan des courses est assez négatif chez nous et les quotas Terre/Air/Mer se rééquilibrent :

  • Terre : 2 inaptes : Une évidence pour le boulet essoufflé rien que pour marcher jusqu’à l’ordinaire mais un coup de massue pour le second qui postulait au 35eRI (une sombre histoire de souffle au cœur qui a a priori 95% de chance de passer à l’expertise moyennant une attente de 4-6 mois (si tu passes par là n°3 de la team blanc, bon courage !).
  • Air : 1 inapte temporaire qui a non seulement pu poursuivre les tests au CSO mais surtout à qui l'assistante médicale a directement pris rdv à Brest la semaine suivante quand elle a vu qu'il candidatait pour une incorpo en septembre (commando Air).

Pour ma part, cette demi-journée était de loin la plus redoutait mais elle se finit en beauté avec un SIGYCOP de 1.1.2.1.1.1.0 malgré quelques documents manquants selon les dires du médecin sans pour autant qu’il n’apporte de précision.

On fait alors chacun un bilan avec le caporal-chef qui nous demande des infos sur notre projet, situation familiale, travail, conso d’alcool, sports, hobbys et surtout nos objectifs pour le lendemain. Pour ma part, je me surprends à répondre palier 8 au LL, 30 tirages, 55 squats alors que je n’ai jamais atteint aucun de ces trois barèmes mais bon, il faut se fixer des objectifs.

Ensuite plus le temps d’attendre, on se rend directement à l’ordinaire alors qu’il n’est que 17h45 pour embrayer sur une deuxième présentation des métiers et formations au sein des armées. A mon sens, la présentation n’avait pas vraiment de plus-value mais ce fut surtout le moment de me rendre compte que certains venaient VRAIMENT les mains dans les poches. Alors petit conseil aux futurs candidats qui passent par là. Sinon vous visez MDR, commencez par savoir ce que veut dire MDR. En bonus, soyons fous, renseignez-vous sur ce qu’est un CFIM et combien de temps vous y passerez (10 semaines, c’est cadeau). D’après l’adjudant-chef en charge de la présente, 50% des EVAT abandonnent dès le premier mois. Dans le même genre, chers camarades candidats EVSO, il est non seulement recommandé de savoir situer l’ENSOA sur la carte mais aussi de savoir que passerez aussi par une école de spécialité avant de rejoindre votre régiment. En définitive, beaucoup de candidats manquent cruellement d'informations sur leur projet.

Sur ce, direction le dortoir avec extinction des feux à 22h (et oui les caporaux-chefs viennent vérifier).

 

Mardi matin

 

Le stress pointe le bout de son nez chez tout le monde, sans exception. Après un petit-déjeuner plus que frugale à 6h20, on assiste à une démonstration de levée des couleurs où un volontaire lit le texte nous expliquant en quoi consiste la cérémonie. Entre temps, nous avons pu retrouvé nos caporaux-chefs qui ont complètement changé de personnalité pendant la nuit. De froids et tout le temps en train de crier, ils sont devenus souriants et enchaînent les blagues. Ils doivent être contents de voir que nous sommes enfin capable de nous ranger en colonne par numéro de badge, ou peut-être essaient-ils juste de nous dérider un peu avant le sport. Car horaires d’été obligent, le Luc Léger ça ne se court qu’à la fraîche à 7h30 par ici. On nous répète les consignes au moins trois fois, on assiste au passage de la session nous précédant (une fille arrêtée au palier 5, deux gars tiennent jusqu’au 12) et ça y est, c’est à nous. A noter qu’il n’y a pas de ligne marquant la marge des 1m, c’est selon la propre appréciation du sergent et il se montre vraiment conciliant. Chez nous, les premiers gars craqueront à 9 (dont un qui se vantait la veille d’arriver au 15) et un marin tiendra jusqu’à la fin.

On enchaîne avec les tractions et tirages verticaux sans plus de pause que le temps de marcher jusqu’à la salle de sport assez vétuste. Chez les mecs, le nombre de tractions réalisées va de 1 à 22 et le silence est de mise. Chez les filles, l’ambiance est aux encouragements. Nous ne sommes peut-être que 4 (2 sessions confondues) mais on n’entend plus que nous. Nous sommes notre propre fan club et ça paye. On explose toutes nos records, c’est du jamais vu pour ma part.

On finit alors par les squats alors que les cuisses sont encore bien à vif. On passe par huit, chacun avec un évaluateur qui compte à côté de vous. Les consignes ont changé il y a quelques mois et il faut garder les bras tendus tout du long. Alors autant les sergents se sont montrés TRES indulgents pour le Luc Léger et le tirage, autant pour les squats, ça décompte sévère. Pour ma part, quand mon adjudant-chef m’a signalé la dixième, j’en étais déjà à 15 dans ma tête, et ça n’arrête pas mais au moins c’est pareil pour tout le monde. Une seule phrase résonne dans la salle : « remontez bien ».

 

Au final, pour les féminines de ma session, les résultats sont on ne peut plus homogènes :

LL : 8’15 / 8’15 / 8’15

Tirages : 61 (25kg) / 41 (30kg) / 40 (30kg)

Squats : 45 / 55 / 60

Pour ma part 8’15, 41 tirages, 55 squats. J’ai tenu mes engagements vis-à-vis du caporal-chef et je ne pourrais pas être plus contente. C’est bien au-dessus de mes performances en entraînement (7’30, 26 tirages, 52 squats). Il n’y a rien de tel que la motivation du groupe. Quels que soient vos scores à la maison, ils n'en seront que meilleurs au CSO.

 

J’en profite pour rappeler qu’au tirage le poids soulevé dépend de votre propre poids :

<55kg        55-65kg        >65kg

  25kg              30kg          35kg

La légende raconte qu’au CSO de Rennes, le record est de 200 tirages à 25kg et encore, ce sont les évaluateurs qui l’ont stoppée.

 

De même, l’information étant difficile à trouver (tout le temps changeante ?), voici les paliers à atteindre pour avoir ce qu’ils appellent un dossier « supérieur » selon les critères de l’AdT :

LL F 7 / M 10

Tirages 40 / Tractions 13

Squats F 53 / M 60

 

On parle beaucoup de la difficulté à réaliser les squats après le Luc Léger mais pas assez de la démarche bancale qu’on a tous pour marcher de la salle de sport jusqu'à l'hôtel des candidats. C’est une bonne chose qu’il n’y ait pas d’escalier sur la route. Là c’est 20mn pour se doucher avant d’enchaîner avec le test de personnalité de 241 questions (très répétitives) en 50mn. Il est clairement faisable en 20mn. Les aviateurs et les marins passent l’anglais dans la foulée puis on va déjeuner à 11h.

 

 

Mardi après-midi

 

On reprend nos places dans la salle de test et c’est parti pour les épreuves de tests psychotechniques avec brouillon, dans l’ordre :

  • Test de logique (je n’avais pas compris la consigne et pensais qu’il fallait trouver la face opposée du dé pendant les 10 premières minutes, difficile de rattraper le retard…)
  • Pivoter les formes à 10/10
  • Maths à 10/10
  • Mots synonymes / intrus à 10/10
  • Codage à 10/10

Et enfin, le test d’anglais de 150 questions en 50mn mais faisable en 15mn et surtout qui comporte au moins 4-5 erreurs selon les dires du major qui nous l’a fait passé, voire plus d’après le gars bilingue de notre session (140/150). D’après mon évaluateur, es candidats se répartissent en deux groupes : 0-50 (les MDR pour qui l'anglais ne comptent pas et qui répondent au pif), et les autres à 100-150. Pour ma part, ce seront 122 bonnes réponses.

Et enfin, le Saint Graal après une nouvelle belle attente : l’entretien. Censé durer 30-40mn, il a pris 1h20 en ce qui me concerne. A priori vous passerez avec quelqu’un relativement familier de votre spécialité. Dans le groupe, deux gars ont mis une chemise, sinon l’ensemble du groupe à respecter l’adage de McDo "Venez comme vous êtes est respecté", même du côté des deux autres filles en crop-tops tout au long du séjour (j'avoue, je valide moyen).

  • 1e partie : Se présenter, projet, hobbys, sport, motivation, travail,...
  • 2e partie : Questions persos : Qu'est-ce-qui vous stresse / Qu'est-ce-qui vous met en colère / Pourquoi pas officier / Pourquoi l'armée / Comment réagissez-vous face à l'imprévu / Qu'est-ce-qui vous a le plus déplu à l'école / Qualités et défauts / Qu'est-ce-qui sera le plus difficile à Saint-Maixent / Que lisez-vous / Avez-vous beaucoup d'amis / Comment vous intégrez-vous dans un groupe d'inconnus / Pourquoi aimez-vous les sensations fortes / Avez-vous une expérience de la vie en communauté / Vous êtes-vous déjà faite harcelée / Avez-vous confiance en vous / Que vous a-t-on déjà reproché au travail / Si vous pouviez changer un aspect de votre personnalité, lequel serait-ce / Pourquoi faites-vous autant d’activités / Comment prendriez-vous une remarque constructive sur votre travail / Êtes-vous anxieuse au quotidien / Quelles situations vous mettent mal à l’aise
  • 3e partie : Questions de connaissance : OPEX / OPINT en cours / Durée de Sentinelle / Que savez-vous du 2eRH / Quelle formation pour un sous-officier / Qu'est-ce-qu'un sous-officier / Quelles sont les qualités d'un sous-officier / Risques du métier / Contraintes du métier
  • 4e partie : Que fais-je dans ces mises en situation : Si un MDR ne fait aucun effort / Si un chef a tort / Si un MDR est en-dessous du niveau mais y met de la bonne volonté
  • 5e partie : Point sur mon profil : J'ai cartonné au sport (à ce point ?), résultats dignes d'un officier pour le psycho malgré ma bourde au 1e exo (je m'en veux encore), profil psychologique qualifié de peu fiable mais honnête et (apparemment ce n'est pas parce que j'ai menti vu qu'il a confirmé les différents points lors de l'entretien mais beaucoup de résultats sont soit neutres soit extrêmes), nickel en anglais, connaissances du domaine inespérées (au vu de ce que j’ai entendu des autres durant les points d’information, je peux comprendre son étonnement positif). D'après lui, c'est bon pour sous-officier et en particulier dans le renseignement mais il ne faut pas que je sois déçue si ça ne passe pas pour le 2eRH, il n'y a que 5-6 places par an et 95% rentrent en EVAT.

 

Au final, c’était vraiment une super expérience dans un groupe avec une ambiance géniale et d’avoir pu discuter de mon projet et de l’armée avec d’autres candidats et militaires ne fait que renforcer mon souhait d’intégrer l’institution.

 

Il y a 17 heures, ODD a dit :

Hello !

Mes deux premiers rdv ont aussi eu lieu en mai et en juin puis mon conseiller m’a recontacté en juillet pour me fournir le dossier à amener au CSO. Je ne connais pas les délais de traitement de dossier mais si effectivement ta commission était prévue en août, ça me semble serré. As-tu essayé de recontacter ton conseiller ? J’imagine que la période estivale est toujours un peu compliquée à gérer. Tu candidates aussi pour l’ENSOA ?

 

Il y a 17 heures, ODD a dit :

Hello !

Mes deux premiers rdv ont aussi eu lieu en mai et en juin puis mon conseiller m’a recontacté en juillet pour me fournir le dossier à amener au CSO. Je ne connais pas les délais de traitement de dossier mais si effectivement ta commission était prévue en août, ça me semble serré. As-tu essayé de recontacter ton conseiller ? J’imagine que la période estivale est toujours un peu compliquée à gérer. Tu candidates aussi pour l’ENSOA ?

Je candidates en tant que MDR, mais j’ai envoyer 2 mails à mon conseiller et un au CIRFA de Vannes (j’avoue, j’ai peut-être abuser mais j’angoisse un peu de me dire que ça ce trouve ma convocation c’est perdu ou quelque chose comme ça) 

Il y a 17 heures, Yann pyromane a dit :

Exact pour la période d'été normalement un suivi est assuré mais il suffit d'une signature manquante et là boum personne ne signera à la place du " chargé de " mais pas de pb ton dossier est en cours .

Ben pourtant mon dossier est complet, il ne manquait absolument rien. Il m’a même demandé si je venais en train ou par mes propre moyen, combien de temps pour le contrat ect.. J’essaie de garder espoirs d’être appelé bientôt, mais plus les jours passent, plus je me dis que ce sera pas pour maintenant 😔

Link to comment
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...